Fermeture des cités universitaires : Des étudiantes trouvent refuge chez Saran Sérémé

952 22

Suite à l’expulsion manu militari des étudiants des cités universitaires de la ville de Ouagadougou, certaines bonnes volontés ont bien voulu leur porter secours. Parmi elles, on peut citer Saran Sérémé, femme politique et présidente du PDC (Parti pour le développement et le changement). Elle héberge, depuis l’expulsion forcées des étudiants des cités universitaires,  une dizaine d’étudiants qui ne savaient pas où aller. Pour en savoir davantage, Burkina 24 a rencontré cette bienfaitrice et quelques-unes de ses protégées le mercredi 14 août au matin à son domicile.

Le domicile de Saran Sérémé où les étudiantes ont élu domicile (Ph : B24)
Le domicile de Saran Sérémé où les étudiantes ont trouvé refuge (Ph : B24)

Au total, une dizaine d’étudiants, tous expulsés de la Cité universitaire de Kossodo, ont été hébergés par Saran Sérémé aux quartiers Tampouy et Somgandé. Dans ce dernier quartier, elle a cédé le premier étage de son habitat aux étudiantes. Nombreuses sont reparties et il n’en restait que trois lorsque Burkina 24 leur a rendu visite.  Ces jeunes filles  sont sans parents à Ouagadougou et vivent toujours sous son toit en attendant qu’une solution soit trouvée, a expliqué la présidente du PDC.

Il s’agit de Marte Bako, Sophie Zoundi et Namata Ouédroago, étudiantes ayant leurs parents à l’extérieur du Burkina. Refusant toute prise de vue, elles ont néanmoins accepté se prononcer  sur leur situation.

Selon Marte Bako, c’est dans la nuit du mardi 30 juillet que leur délégué les a informés qu’ils doivent quitter la cité universitaire le dimanche 4 août. Une décision qui n’a pas rencontré l’assentiment de ses camarades qui ont décidé de manifester le lendemain, explique-t-elle.

Rejetée par son propre grand-père

« C’est après cela que les CRS (Compagnie républicaine de sécurité, NDLR) sont venues  le 1er août pour nous gazer à la cité. Pour qu’on puisse ramasser nos bagages, c’était un problème. Un homme est intervenu auprès des CRS afin qu’on ramasse nos bagages et ces derniers ont refusé », a-t-elle rappelé. C’est donc avec les seuls vêtements qu’elle portait sur elle que la jeune étudiante s’est retrouvée dans la rue avant d’être accueillie à Somgandé par sa charitable hôtesse.

J’ai dormi dans la rue pendant quelques jours”

Sophie Zoundi et Namata Ouédraogo ont également bénéficié du même accueil. Mais Natama Ouédraogo a dû subir une bévue avant de rencontrer sa samaritaine. En effet, elle a été rejetée par son grand-père chez qui, selon elle, elle a cherché refuge après son expulsion. « Il m’a dit qu’il ne peut pas m’héberger, car il manque de place chez lui. Mon propre grand-père m’a dit cela ! », s’est-elle exclamée.

Elle ne savait pas où aller. “J’ai dormi dans la rue pendant quelques jours”, raconte-t-elle. Elle a même refusé l’aide suspecte d’un homme.  Et lorsqu’elle a entendu que la “tantie Saran Sérémé” accueillait des étudiants, elle s’y est rendue sans hésiter. « Dieu merci ! Lorsqu’elle m’a vue devant chez elle, elle m’a ouvert sa porte sans me poser de question », a expliqué Natama Ouédraogo.

Saran Sérémé, l'hôtesse des étudiantes (Ph : Facebook)
Saran Sérémé, l’hôtesse des étudiantes (Ph : Facebook)

En ce qui concerne leurs conditions d’hébergement, elles ne se plaignent pas et sont plutôt reconnaissantes. « Madame Saran Sérémé nous a bien reçues chez elle, nous sommes à l’aise et nous la remercions énormément pour tout », ont dit les trois étudiantes.

Saran Sérémé demande la libération des étudiants en détention préventive

La bienfaitrice n’a pas manqué de déplorer l’attitude des autorités. «Les autorités universitaires n’ont pas dit la vérité jusqu’à nos jours», a déclaré Saran Sérémé.

 Elle a aussi désapprouvé l’évolution du procès des étudiants mis aux arrêts. Pour elle,  les prévenus doivent être libérés. « Une jeunesse amorphe qui ne peut pas réclamer son droit n’a pas de sens », a jugé la présidente du PDC.

Sandrine Ashley GOUBA

Pour Burkina24                               



sandy

Journaliste chargé des affaires en société et développement

Article similaire

Il y a 22 commentaires

  1. Les langues de bois rangees vous car SARAN ne fait pas de pub c’est burkina24 qui le fait et juste car cette le fait depuis pour ceux qui le savent pas,elle s’occupe de nombreux filles demunis alors renseignez vous. Benis soit ses gestes nobles.

  2. BIEN DIT BRAHIM, EN PLUS POUR AJOUTER A CE QUE VOUS AVEZ DIT SUR LA PR?SIDENTE DU PDC, ELLE A ?T? LA PREMI?RE A VENIR EN AIDE AUX ETUDIANTS SI L'ON VEUT BIEN VOIR PARCE QU?ELLE S'EST PRONONCE DEPUIS LE TOUT D?BUT A FAIRE DES PROPOSITIONS AUX ETUDIANTS A SAVOIR LES LOGER ET NOURRIR EN ATTENDANT QUE TOUT RENTRE EN ORDRE. ET LA,NOUS AVONS ?T? SUR LES SITES CONSTATER PLUS D'UNE CINQUANTAINE (50) D??TUDIANTS, H?BERGER DANS UNE VILLA A TAMPOUY ET PLUS D'UNE DIZAINE CHEZ ELLE M?ME A DOMICILE. C'EST D?J? PAS MAL COMME GESTE HUMANITAIRE EN DEHORS DE LA SC?NE POLITIQUE. DE TOUTE FA?ON, ELLE EN A L'HABITUDE DANS PAREILLE SITUATION. MERCI PR?SIDENTE, ET COURAGE A VOUS POUR CONTINUER A VENIR EN AIDE A LA JEUNESSE PARCE QU?ON EN TROUVE PEU QUI ONT CE C?UR.

  3. Cet acte salvateur est on ne peut plus louable car des gens mieux nantis se la coule douce au d?triment de ce jeunes qui ne demandent qu'? ?tre mis dans des conditions mini de qui?tude. Je suis d'autant surpris que des d?tracteurs de SARAN osent faire pi?tre figure en laissant l'essentiel de c?t? pour faire ?talage de leurs platitude morale en des termes tout aussi m?diocres qu'eux m?mes. Ces hiboux au regard gluants n'ont pas leur place dans la construction de ce pays. Honte ? eux car la politique du tube digestif ne marchera pas continuellement. Ces pauvres valets me font piti? car ? court d'id?es constructives ils sont utilis?s comme des pions de d?nigrement et de sabotage moral de personnes nobles. Seuls les imb?ciles ne changent pas.

  4. bravo madame.depuis bien longtemps je vous sentais aimable mais la chapeau.dommage que certains n’aient pas pu s’inspirer de votre exemple.une admiratrice de longue date.

  5. mon fils gemi je crois j’ai dit que le geste de saran est noble.
    il n y a pas de contradiction.
    si tu es du journal et que tu me confirmes que c’est une initiative de la journaliste j’en prends acte.

  6. Babamoussa, en mati?re de bienfaits, je suis d’accord avec toi sur le principe de la discr?tion (non publicit?). Mais l?, il s’agit d’un reportage. C’est la journaliste qui a pris l’initiative d’aller vers Saran S. afin de porter l’information ? la connaissance de tous et non l’inverse. Donc, dans ce contexte, je ne partage en aucun cas tes affirmations. Pour ma part, je pense humblement que nous avons juste ? reconna?tre la noblesse de son geste. Quant au reste, c’est ? DIEU d’en juger. Cordialement!

  7. ce qu’il faut pour ce genre de situation c’est moins les actions spectaculaires comme ce ? quoi on assiste actuellement alors que c’est d’une r?ponse structurelle durable dont on a besoin.des individus n’ont jamais resolu des probl?mes de mani?re durable mais l’?tat qui est le garant des actions p?rennes.c’est vrai que l’?tat le fait selon ses moyens disponibles.nos enfants doivent savoir revendiquer mais de mani?re pacifique.

  8. le geste de saran est noble mais ? mon ?ge et au nom de ma foi r?ligieuse je crois que ce n’est pas des gestes qui ont besoin de publicit? car c’est allah le mis?ricordieux lui m?me qui paie aux Hommes de bon coeur qui agissent dans le secret mais quand tu fais la publicit? tu as d?j? eu ta recompense.Mais cel? n’engage que moi et moi seul, mon Dieu pardonne moi d’avoir jug? mon prochain.
    Mis comme nous sommes en politique tous les moyens sont bons.

  9. non je ne suis pas d’accord avec l’introduction de Sandrine Ashley GOUBA Suite ? l?expulsion manu militari des ?tudiants des cit?s universitaires de la ville de Ouagadougou
    Elle devrait dire Apr?s l’expulsion manu militari des ?tudiants des cit?s suite aux actes de vandalisme…
    il ne faut pas tronquer l’information.
    Mais comment s’?tonner si la majorit? des stagiaires sont des ?tudiants m?me s’ils ne vivent pas les m?mes r?alit?s que les autres ?tudiants.

  10. Pendant ce temps les richissimes aliezta gando et Fatoumata Diendere sont dans leur Bunker climatis? et ne songent qu’? amasser les fortunes sur le dos de l’etat avec le c?ur ferm? comme une coquille saint jaques.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *