Mise en place du sénat : Et voici la déclaration de Dakar !

336 11

Les déclarations défavorables à la mise en place du sénat au Burkina Faso se poursuivent. Une quarantaine de Burkinabè vivant à Dakar au Sénégal ont rédigé la leur qu’ils ont nommée “La Déclaration de Dakar”, accompagnée d’une lettre ouverte au Président du Faso (cliquez ici : “Monsieur le Président, la démocratie c’est le respect du choix du peuple libre, mais pas le silence d’un peuple apeuré”). Ils y annoncent leur désapprobation pour la mise en place du sénat, la modification de l’article 37 de la Constitution burkinabè et l’expulsion des étudiants des cités universitaires.  

Le Monument de la Renaissance à Dakar au Sénégal (Ph : DR)
Le Monument de la Renaissance africaine à Dakar au Sénégal, inauguré le 3 avril 2010 (Ph : DR)

Déclaration de Dakar

Chers compatriotes,

Acteurs du débat politique national,

Acteurs de la société civile burkinabè,

La situation sociopolitique nationale burkinabè depuis quelques mois est sujette à des tensions et des soubresauts tous relatifs à la question de la création d’un sénat et à celle de la vie chère. Ces questions et principalement celle relative à la création du sénat clivent actuellement notre nation et mettent face à face deux blocs : l’un favorable et l’autre défavorable à l’institution de cette deuxième chambre du parlement.

Au-delà du fait qu’il parait évident que le débat n’a pas été mené de la façon la plus large possible, nous observons que les uns et les autres usent de multiples moyens pour affirmer leurs positions et ces dernières semaines, ce bras de fer qui jusque-là se déroulait dans un certain cadre, s’est déporté dans la rue, attisant encore plus les passions et donnant lieu à un climat social de plus en plus délétère.

“Dans la situation actuelle, nous pouvons et devons donner notre point de vue”

Les revendications relatives à la vie chère quant à elles durent depuis déjà quelques années et viennent s’ajouter à ce bras de fer entre les forces de l’opposition et celles de la société civile d’un côté et celles de la mouvance présidentielle de l’autre.

Cette situation nationale n’est pas sans préoccuper la diaspora burkinabè de façon générale et celle vivant au Sénégal de façon particulière.

Cliquez ici pour lire :

“Monsieur le Président, la démocratie c’est le respect du choix du peuple libre, mais pas le silence d’un peuple apeuré”

 Au-delà du fait que tout ce qui se passe dans notre pays est d’un grand intérêt, la situation sociopolitique actuelle revêt une importance particulière pour nous membres de cette diaspora vivant au Sénégal. Au regard de la particularité de la situation, il est clair qu’il nous faut dire notre point de vue, participer au débat et ne pas se complaire dans une posture d’observation somme toute stérile.

Il y a des situations qui exigent que tous les fils et filles de la nation, où qu’ils se trouvent prennent leur part au débat.

Opposition à la mise en place du sénat

J. F. Kennedy avait sans doute raison de dire qu’ « il ne faut pas se demander ce  que peut faire notre pays pour nous mais plutôt ce que nous pouvons faire pour notre pays » ; et, dans la situation actuelle, nous pouvons et devons donner notre point de vue, notre position sur le débat qui se déroule actuellement dans notre patrie parce qu’il s’agit là non d’une question politique au sens partisan du terme, mais bien plus : il s’agit d’une question d’intérêt national. Tel est l’objet de la présente déclaration.

Sur cette question de la création d’un sénat qui polarise tant notre communauté au niveau national, nous, membres de la diaspora burkinabè vivant au Sénégal et signataires de la présente, au-delà de tout clivage partisan, marquons par la présente déclaration notre opposition à la création d’une deuxième chambre parlementaire au Burkina Faso, et ce, pour plusieurs raisons.

Les raisons

En premier lieu, la création d’un sénat ou d’une deuxième chambre au sein d’un parlement répond à un besoin qui s’exprime généralement dans le cadre d’Etats où le processus de décentralisation est achevé et où le besoin de représentativité des territoires (collectivités) dans la sphère décisionnelle centrale devient une nécessité.

Tel n’est pas le cas du Burkina Faso qui, au jour d’aujourd’hui ne connait pas une décentralisation achevée, dans la mesure où jusqu’à présent la question du transfert effectif tant des compétences que des ressources de l’Etat central vers les entités décentralisées est au moins en cours, pour ne pas dire qu’il est inachevé et imparfait.

D’abord conduire à terme le processus de décentralisation

De ce point de vue, un sénat n’est pas un besoin pour notre pays. Il est encore plus nécessaire et urgent de bien conduire à son terme le processus de décentralisation et de ne pas se contenter d’une décentralisation de façade.

Deuxièmement, l’une des raisons évoquées pour la création d’un sénat est le besoin d’approfondir la démocratie et d’offrir de nouveaux cadres au débat démocratique national. Nul ne s’aurait s’opposer à l’amélioration de la démocratie burkinabè. Il se pose simplement la question de savoir comment.

La composition du sénat « détériorerait » la démocratie

Il est certain que tel qu’il est envisagé le sénat ne peut en aucun cas être la réponse à un tel besoin ; bien au contraire, il détériorerait cette démocratie car, la composition envisagée consacre une main mise de l’exécutif sur le législatif, matérialisée ici par la nomination d’une grande partie des sénateurs par le président du Faso (Chef de l’exécutif) alors même que la démocratie, exige une séparation des pouvoirs. Comment dès lors améliorer la démocratie si l’on participe à amoindrir le peu d’indépendance dont dispose le parlement ?

Nous, diaspora burkinabè au Sénégal pensons fermement que la démocratie burkinabè gagnerait à être approfondie, entre autres, par l’amélioration des institutions déjà existantes qui aujourd’hui il faut le reconnaitre ne fonctionnent pas comme elles le devraient ; par la consécration d’une véritable indépendance de la justice, toute chose qui permettrait d’améliorer le climat social mis à mal en partie par un fonctionnement insatisfaisant  de la justice; par l’amélioration de notre processus électoral afin qu’il soit plus transparent.

Des coûts supplémentaires pour le fonctionnement de l’Etat

 Notre démocratie serait également meilleure avec une assemblée nationale qui jouerait vraiment son rôle de contrôle de l’action gouvernementale et non pas une assemblée aux ordres où le débat n’existe pratiquement pas.

En troisième lieu, la création d’un sénat, engendrerait des coûts supplémentaires au fonctionnement de l’Etat. Il s’agit d’une mesure budgétivore alors même que des dépenses plus urgentes existent pour le bien des populations. Il y a notamment l’enseignement supérieur national qui demande moins de fonds pour son bon fonctionnement ; le domaine de la santé également demeure une priorité pour des Etats comme le Burkina Faso.

Il est certain que si les fonds alloués pour la création du sénat étaient orientés vers ces secteurs non exhaustifs ci-dessus cités, notre pays ferait plus qu’un pas de géant sur la voie de développement ; toutes choses auxquelles il faut ajouter que la suppression de la chambre des représentants il y a quelques années, répondait aux dires du gouvernement, à un besoin de diminuer les charges de l’Etat aux fins d’une réorientation de ces fonds vers des secteurs qui en avaient le plus besoin.

La situation n’est pas meilleure aujourd’hui. Bien au contraire, elle s’est aggravée et une gestion efficiente de nos ressources est plus que jamais nécessaire.

« Une grande partie de la population est hostile à ce projet »

Quatrièmement, les institutions dans une république, dans une démocratie n’ont de sens que si elles améliorent le quotidien des populations qui dès lors les acceptent et même les réclament. Pourtant, depuis qu’il est question de mettre en place un sénat, innombrables sont les voix qui se sont élevées et qui s’élèvent toujours pour marquer leur opposition à ce projet.

Jamais dans l’histoire récente du Burkina, une telle opposition ne s’est manifestée face à la création d’une institution ; il est clairement établi qu’une grande partie de la population si ce n’est la majorité est hostile à ce projet. Aussi donc, étant donné que la définition la plus partagée de la démocratie est « le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple », il sied d’écouter ce peuple dont une très grande partie s’oppose à la création de cette institution.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, nous manifestons ici notre ferme opposition à la création du sénat.

De l’article 37

Nous apportons notre soutien à nos compatriotes qui sur le territoire national et ailleurs dans la diaspora, continuent de manifester leur opposition à ce projet qui n’a pour seul mérite que d’attiser les passions et de mettre en danger la paix sociale aux lendemains de la crise sociopolitique de l’année 2011, le tout dans un contexte où l’autorité de l’Etat est remise en cause à la moindre occasion.

Il est clair, qu’à l’approche de l’année 2015 (échéance électorale présidentielle), la question de la création du sénat ne saurait être abordée sans prise en compte des différentes déclarations ça et là de certains responsables politiques appelant à revisiter les dispositions de l’article 37 de la constitution ; lesquels appels ont été relayés lors de la marche dite pour « la paix » le 6 Juillet dernier.

Notre lecture est que de tels appels, de telles velléités ne vont ni dans le sens de la paix sociale, ni dans celui de la consolidation de la démocratie, pourtant argument N°1 des tenants de la nécessité d’un sénat.

Cher compatriotes, Messieurs les acteurs de la vie sociopolitique nationale Burkinabè, tenant compte du fait :

–          Que la limitation du mandat présidentiel est l’expression d’un consensus politique intervenu à un moment ou la paix sociale était menacée et que ledit consensus a participé à sauvegarder;

–          Que la limitation participe de l’enracinement de la démocratie dans notre pays en favorisant l’alternance et en empêchant la patrimonialisation du pouvoir d’Etat ;

Nous, membres de la diaspora burkinabè au Sénégal marquons notre opposition ferme à toute tentative de modification de l’article 37 de la constitution Burkinabè.

Eu égard à tout ce que ci-dessus dit, les signataires de la présente déclaration dite « déclaration de Dakar », en appellent à l’esprit de responsabilité des autorités actuelles de notre pays pour  qu’elles s’inscrivent dans la logique de la préservation de la paix sociale et d’un climat social apaisé ; Qu’elles entendent et écoutent ces nombreuses voix du peuple parmi lesquelles les nôtres, qui s’élèvent pour dire :

Non au sénat !

Non à la modification de l’article 37 !

Non à l’expulsion et la répression des étudiants !

Fait à Dakar le 10 Août  2013

Humblement, des citoyens burkinabè vivant au Sénégal:

ABEMBOU Mohamed Baipaki
BA Youssouf Ben Nassirou
BIRBA Boukary
BOLY RachidBONKOUNGOU .W. Brice
BONSARA Dramane
BOUDA Flora
CONGO Cynthia
DIALA Fidelia
DIALLO Oumou Djénéba
DOUKOURE  Mariam
GOUBA Daniel
GUIRE Dorice
KONATE Yaya
KONFE Néma
LOMPO Yentema Samuel
NITIEMA Gaspard
NITIEMA Guy Bertrand
OUANGRAOUA Patrick
OUATTARA Malik
OUEDRAOGO Djamila
OUEDRAOGO Melisa
OUEDRAOGO Rachid
SANOGO Souleymane
SANOU Abel
SORO Ismaël
SOUBEIGA Brice Gaël
TAPSOBA Alexis
TAPSOBA Carole
TARPAGA Ismaël
THOMBIANO Rodrigue
TOE Alex
TOE Yann
TOU Diakardia
TOUGMA  Clovis Arnaud
TRAORE Daouda
YAMEOGO Carole
YAMEOGO Edgar
ZALLE Josiane
ZONGO Roland
ZONGO Tatiana

NDLR : Le titre et les intertitres sont de la Rédaction B24

 

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Il y a 11 commentaires

  1. Voici une position qui vous permettra d’avoir la t?te haute ? votre retour au pays. Ce n’est pas comme ces burkinab? europ?annis?s. L’histoire retiendra!

  2. Aidez-nous mes fr?res vivant ? l’ext?rieur, l’heure est grave. Nos Dirigeants actuels nous ont appris ? nommer paix la victoire de la haine, ? nommer d?mocratie l’av?nement de la dictature et ? pr?senter des poisons l’?tiquete des rem?des.

  3. Le peuple libre du Burkina salue ces compatriotes qui d?montrent qu'ils n'ont jamais ?t?s loin du pays.Nous vous assurons que la terre libre de nos anc?tres ne sera jamais la natte de quelqu'un qu'il peut plier et ?taler ou il veut.

  4. Merci mes fr?res. Pour le moment je ne connais pas d’autres burkinab?s hors mi moi-m?me ici au Burundi mais je vous soutiens. Non au s?nat, non ? la modification de l’article 37, non ? la fermeture de l’universit?. LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS. Asante saana, urakoze cane.

  5. Xa ce sont de vrais patriotes.la nation vous le rendra.vive le Burkina Faso: La Patrie ou la mort nous vaincrons!

  6. kuuuuuuuuuuuuuuuuuuuwi! merci mes fr?res et soeurs,notre nombre est notre force.La patrie ou la mort nous vaincrons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre