Sénat burkinabè : Entre chemin de non-retour et repli tactique

527 15

Le Président du Faso a demandé un rapport circonstancié sur la mise en place du sénat. Certaines personnes voient là un recul sage du pouvoir. D’autres, par contre, interprètent cette décision présidentielle comme une mascarade. Mais, au fond, à quoi doit-on s’attendre le plus ?

(Ph : lepays.bf)
(Ph : lepays.bf)

La réunion d’urgence du comité de suivi et d’évaluation  de la mise en œuvre des réformes consensuelles intervient à moins de deux semaines après la déclaration, et l’élection des sénateurs de la diaspora. En apparence, aucun événement spécial n’expliquait cette décision du Président du Faso.

Cependant, il était clair que le Burkina vivait une accalmie précaire. L’opposition préparait un nouveau mot d’ordre, qui, vraisemblablement, devait coïncider avec l’installation des sénateurs. Les protestataires, selon notre confrère L’Événement, concoctaient une déclaration de rejet du sénat.

Le chef de l’État, qui venait de réussir une énième médiation (avec un pas de géant dans la résolution de la crise malienne) a dû mesurer l’éventuel impact des marches et contremarches sur la cohésion sociale au “Pays des Hommes intègres“.

 « …Le Président du Faso soucieux de garantir l’unité nationale, de préserver les acquis démocratiques, et fidèle à la longue tradition de dialogue et de paix qui ont toujours caractérisé le peuple burkinabè… ». Ce passage du communiqué de Kossyam illustre le fait que le premier responsable du pays est conscient des graves conséquences de l’institution du sénat, et s’engage à les prévenir. Il faut également  noter la probable inquiétude des partenaires techniques et financiers, à propos de la tournure des événements.

La suspension du sénat à l’horizon

Ceux qui assimilent l’acte de Blaise Compaoré à une mascarade s’attendent à ce que le comité fasse  des propositions d’ouverture du sénat, des concessions mais jamais un abandon pur et simple du projet : Avec notamment la réduction du nombre de sénateurs, de l’âge des élus, la prise en compte de la question genre, et la baisse du budget alloué à la seconde chambre.

Mais, si effectivement le comité venait à faire de telles propositions, il faudra s’attendre à de nouvelles  élections sénatoriales. Puisque, hormis la question budgétaire, les autres critères n’étaient pas pris en compte aux élections du 28 juillet dernier. En plus, il faudra réviser le code électoral, pour inclure ces nouvelles données. Du côté de l’opposition et des autres acteurs défavorables au sénat (quelle qu’en soit la forme), le mécontentement risquerait alors d’être plus profond.

Dans l’hypothèse où les propositions se pencheront plutôt du côté des sénateurs nommés par le Président du Faso, les acteurs qui critiquaient uniquement la forme du sénat (comme l’ADF/RDA), ne trouveront pas satisfaction, en ce qu’ils seront devant le fait accompli. En effet, les sénateurs sont déjà élus, et rien ne garantirait l’indépendance de tous les sénateurs à nommer.

Concernant le budget du sénat, une réduction significative ne serait pas la solution. D’ailleurs, les pro-sénat avaient tenté entre temps le coup, en expliquant que le budget du sénat n’était pas de 6 milliards, mais de 3 milliards de F CFA. « Qu’importe ! C’est une affaire de milliards. Et même si le sénat coûterait 5 francs, ces 5 francs pourraient être dépensés à bon escient », avait rétorqué Zéphirin Diabré.

La démarche la plus plausible serait donc la suppression, ou au moins la suspension du sénat. Mais, de façon à sauver la face de ceux qui défendaient à cor et à cri cette institution à polémique.

L’opposition, moins sceptique que stratégique

 L’attitude de l’opposition (qui dit douter de la bonne foi du Président), prend source des gymnastiques observées à l’époque du Collège de Sages, aux élections  couplées  et, tout récemment,  au CCRP. Cette attitude s’explique également par la stratégie de « Pression continue », qui consiste à mobiliser toujours les citoyens, de sorte à ce qu’un relâchement  ne profite au camp adverse.

Cependant, à la loupe, il nous semble que  le sénat cessera d’être d’actualité, tant il a été  étouffé dans l’œuf, sous les pieds des marcheurs. Le temps n’est plus suffisant pour d’ultimes manœuvres, et la nouvelle reconfiguration politique donne peu de chances à la marche forcée.  N’empêche que, pour les anti-sénat, la prudence demeure de mise.

Michel KONKOBO

Pour Burkina 24



Article similaire

Il y a 15 commentaires

  1. REPONSE A oua,
    QUAND VOUS PARLEZ DE JUSTICE A DEUX VITESSES CELA EST RIDICULE ET MALHONN?TE PUISQUE POUR VOUS QUAND LE VERDICT D’UN PROCES VOUS EST FAVORABLE ALORS DIEU MERCI LA LA JUSTICE TRAVAILLE MAIS DES QUE C’EST LE CONTRAIRE ALORS BOUJOUR LES ACCUSATIONS, justice aux ordres, justice du plus fort, justice des riches,etc… ET VOUS POUVEZ VOUS COMPLETER LA LISTE.

  2. Kersal votre r?action du 21 ao?t 2013 me fait sourire. O? sont partis les juges acquis? il faut savoir t’?couter toi-m?me. qui a en charge la formation des juristes depuis maintenant 26 ans pour qu’ils ne soient pas ?minents? tu a fais ressortir plut?t la justice de 2 vitesses au faso. le probl?me du burkina faso, c’est blaise?

  3. le contenu de l’Article 166
    de la constitution dit ceci :La trahison de la Patrie et l’atteinte ? la Constitution constituent les crimes les
    plus graves commis ? l’encontre du peuple.
    si on avait vraiment d’eminents juristes je crois que depuis tr?s longtemps z?phirien et sbires seraient entrain de croupir derri?re les barreaux car tout ce qu’ils ont engag? est une atteinte gr?ve ? la constitution burkinab? en s’opposant ? ce qu’elle pr?voit.

  4. il faut toujours privil?gier le dialogue dans tout projet social ou politique.il faut ?tre toujours ouvrert aux compromis car nul ne d?tient le monpole de la v?rit? .il y a toujours plusieurs solutions ? un probl?me et l’exercice consiste ? rechercher la solution la plus consensuelle.vous ne pourrez jamais faire l’unanimit? sur une question.

  5. Qu’il pleuve, qu’ils neige ou que z?phirien et ses d?linquants et petits drogu?s de la capitale battent le pav?, notez une chose une fois pour toutes LE SENAT SERA BEL ET BIEN MIS EN PLACE DANS LE RESPECT DES DELAIS CONSTITUTIONNELS.

  6. L?homme de Zignar? avait de la parole. Malheureusement Kouanda et Y? ont d?tourn?s notre pr?sident ? leur faim et le manipule ? leur guise. Pourtant avant que ces deux personnes rentrent totalement dans la vie de notre b?tisseur farouche qui est Blaise Compaor?, en 1998, 98% de la population burkinab? croyait aux engagements de notre b?tisseur de d?mocratie et autres, le fils redoutable de Zignar?. En 2013 notre pr?sident est un fant?me qui vit sous les ailes de ses conseillers ?go?stes qui ne pensent qu?a eux-m?mes et oubliant le peuple. La mascarade de suspension du s?nat ne peut rien contre les conseils de Y? ou de kouanda, le s?nat sera maintenu, l?article 37 sera modifi? ce sont les devises des deux conseillers de notre fant?me de pr?sident. Quel g?chis !!!!!!!

  7. Dieu m?me doit ?tre entrain de pleurer sur le sore du Burkina Faso, si des ?tudiant dors dehors, dans des for?ts, si ceux qui doivent ?tre en prisons sont en libert? et ce qui doivent ?tre libre son emprisonn?, je pense que cela est absolument dangereux pour notre nation et son devenir est sombre, Dieu le p?re pardonne nous et fais nous gr?ace car les choses ne son plus comme avan, la pauvret? est d?ja une charge mais on te surcharge encore, ?tre riche c'est le seul moyen pour suivre dans mon pays, voler peu est un crime mais bocou es devenu une grande vertue.Dieu redresse cette situation afin que le pauvre profit des riches de ce pays, kils obtienne des emplois.et que le riche obtienne sa riche par son travail, beni ce pays….amen;!

  8. je dis toujours,quand quelqu’un agit et apr?s il se demande le bien fonde de son acte , cette personne ne pas un sage, car le sage fai tou avec parcimonie, parcontre quan quelqu’un agit et apr?s demande pardon car son acte n’est pas bien celui est un grand sage, le preident n’a pas encore compri qu’il doit renoncer a son senat, ou est cette sagesse.

  9. Au nom de l’unite nationale , des acquis democratiques ecoutez le peuple! La chose est vraiment bizare , le president t’oublie pourtant c’est TOI qui donne le pouvoir , donc si le president T’oublie , oublie le president il n’est pas le seul intelectuel du faso.

  10. Au nom de l’unite nationale , des acquis democratiques ecoutez le peuple! La chose est vraiment bizare , le president t’oublie pourtant c’est TOI qui donne le peuple , donc si le president T’oublie , oublie le president il n’est pas le seul intelectuel du faso.

  11. le fan de Assimi Kouanda |

    il y’a des gens qui prennent des sous avec Areva pour troubler le pays ! mais ils seront troubl?s car tout est d?masqu? !!!!

  12. oui, vivement que les r?flexions d?bouchent sur des propositions fortes et inclusives ! je reste convaincu que le s?nat nous progresse ! vive le s?nat !!

  13. Blaise, if you like peace you have to go. You yourself see that things are going on bad in our Faso because of you. People don’t like you any more. Les yeux de la population sont ouverts et elle te voit o? tu ?tais cach? depuis. Aujourd’hui personne n’a confiance en toi, ni en ton syst?me, ni m?me aux institutions nationaux. Tout le monde est en col?re et partout c’est la violence qui germe. Il est vrai que actuellement tu fais de ton mieux sur le plan national ? savoir les routes, l’?lectricit?,… Tu n’as fait que ton devoir de pr?sident, mais on peut dire que tu fais bien quand m?me. Mais ton erreur est que, comme les Moos? le disent, tu as laiss? le fant?me p?n?trer ta maison avant de fermer la porte: trop tard comme le dit Dez Altino. Par ailleurs un adage moaga dit que ”un seul arbre ne peut pas cacher toute une for?t”. Ainsi dit, tu dois partir right now.

  14. Suppression du s?nat, pas de modification de l’article 37. Blaise,go away with your system of neocolonialism. We are tired of you.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *