Egypte : Moubarak libéré

186 2
-

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak a retrouvé la liberté, après qu’un tribunal du Caire ait accepté la demande de libération conditionnelle dans l’affaire d’enrichissement illicite, le dernier chef d’inculpation qui pesait sur lui.  Il est désormais assigné à résidence. 

Cette situation intervient avec le retour en force des militaires au pouvoir (le coup d’état du 3 juillet) et surtout après le renversement du président élu Mohamed Morsi et le massacre de ses partisans.

D’aucuns établissent un lien très étroit entre le retour de l’armée aux affaires et la libération prochaine du Général et ancien Raïs Egyptien ; un lien qui se justifie au regard de la logique des évènements qui se succèdent au Pays du Pharaon.

Certains ont donc raison de penser et d’affirmer que les troubles incessants depuis l’élection démocratique de Mohamed Morsi (des Frères musulmans) étaient inhérents à la détention de Moubarak qui continuait à gouverner le pays depuis sa prison.

La déposition de ce dernier en 2011 aurait été une technique pour l’armée d’accompagner la révolution, alors soutenue par les Occidentaux favorables à l’émergence de l’ère d’une nouvelle, jeune génération de dirigeants dans le monde arable.

Le courant de cette révolution atténué, il (ils) reprend sa chose ne fusse qu’au prix de près d’un millier de tués. Quelle drôle de politique ?

Mais l’ancien président égyptien  devra se rendre ce dimanche 25 août au tribunal, pour la reprise du procès sur sa responsabilité dans le meurtre de 850  manifestants, durant le soulèvement de janvier 2011. Il est également toujours accusé de corruption.

Boureima LANKOANDE

Pour Burkina 24

Source :rfi.fr

Il y a 2 commentaires

  1. A l’?poque de la revolution on nous disait que Quand le peuple se met debout l’imp?rialisme tremble et Moubarak y croyait dur comme fer mais avec le temps j’ai compris et Moubarak avec que quand le peuple se met debout les dictateurs m?mes ?clair?s tombent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre