Textile : des Européens à l’assaut du marché éthiopien

-

Le numéro 2 mondial de l’habillement, le groupe suédois H&M a récemment annoncé aller à la conquête du textile en Ethiopie. En effet, en prenant la décision de fabriquer ses vêtements dans ce pays parmi les plus pauvres d’Afrique, le groupe  veut garantir ses capacités de livraison.

Des usines de H&M devraient bientôt s’ouvrir en Ethiopie pour fabriquer des « Made in Ethiopia ». En s’implantant dans ce pays d’Afrique de l’Est, le géant du textile vise également des coûts de production deux fois moins chers avec une main d’œuvre bon marché.

La société, elle, justifie cette décision de localisation de ses usines par la recherche constante de nouveaux marchés d’achats potentiels pour garantir la livraison de ses produits dans tous les magasins.

L’installation des investisseurs en Ethiopie émane du fait que le pays à un régime démocratique stable rare sur le continent, un réseau routier étendu, de nombreux vols intérieur qui relient les différentes grandes villes. Deux mille trois cents (2300) km de voies ferrée sont également prévue dans le plan 2011-2015 du gouvernement éthiopien.

En outre, la création par les Chinois d’une zone industrielle en Ethiopie, et la population est estimée à environ 85 millions d’habitants constituent des points d’attraction pour le groupe qui se rassure de faire de bonnes affaires.

La croissance économique annuelle moyenne de 9,9% entre 2004 et 2012, contre 5,4% chez ses voisins et le revenu moyen annuel par habitant de 370 dollars (276 euros) en 2012, contre 1257 dollars (938 euros) en moyenne chez ses voisins pourraient aussi en somme constituer des atouts pour l’investisseur européen.

Cependant, l’industrie ne représente que 15% du PIB. Le cout de production, lui a augmenté de 18% en 2011 et devrait à ce rythme être un casse-tête car la production serait en 2019 plus chère qu’en Chine, ce qui ne garantit pas la durabilité de l’entreprise suédoise en Ethiopie.

Boureima LANKOANDE pour Burkina 24

Source :latribune.fr



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page