Mali/Burkina Faso: IBK reconnaissant à Compaoré pour avoir «sorti le Mali d’un tourment inextricable»

152 2
Les PRésidents Malien et Burkinabè s'adressant à la presse
Les Présidents Malien et Burkinabè s’adressant à la presse. Ph.FredO

Après la visite du Président malien par intérim, Dioncounda Traoré, c’est celle du Président nouvellement élu, Ibrahim Boubacar Keita (IBK), que Blaise Compaoré a reçu. C’était dans l’après-midi de ce samedi 31 août, à la résidence de la présidence du Faso. Le président malien est venu remercier et montrer sa reconnaissance au président burkinabè qui a « sorti le Mali d’un tourment inextricable ».

Élu au second tour face à Soumaïla Cissé le 11 août 2013, IBK n’a pas encore été investi au pouvoir qu’il fait déjà le tour de quelques-uns de ses homologues, dont le Président Compaoré. Le Malien a été reçu à la Résidence du Palais de Kossyam et s’y est entretenu pendant près d’une heure avec son homologue burkinabè avant de s’adresser à la presse. Dans sa déclaration, IBK considère naturel qu’il vienne, au nom de son peuple, témoigner sa reconnaissance et traduire ses remerciements au pays frère qu’est le Burkina Faso, et surtout à son président pour la grande part qu’il a joué dans le retour de la paix au Mali.

IBK sera investi à la présidence du Mali le 4 septembre prochain, et ses priorités sont entre autres la réconciliation du peuple malien, sur des « bases franches et saines » en vue de permettre son développement. Le nouveau président n’a voulu dire un mot sur la configuration du futur gouvernement Malien, gardant la surprise pour le jour de sa mise en place, les prochains jours. Il n’a pas non plus souhaité s’exprimer sur le statut du Capitaine Sanogo dans le nouveau tableau politique du pays. La visite était plus que jamais placée sous le signe de l’amitié, et en ce sens, IBK déclarera que Blaise Compaoré est à ses côté « Il n’a même pas le choix ! ».

Le Sénat et la tentative d’assassinat du Président au menu des échanges avec les journalistes

Le président du Faso n’échappera pas aux questions des journalistes qui voulaient savoir le contenu du rapport produit par le forum sur la mise en place du sénat, qu’il avait reçu la veille. Il répondra : « Pour le Burkina Faso, aider à la stabilité et à la sécurité de la sous-région c’est aussi commencer par asseoir chez nous des institutions qui permettent une stabilité du pays. J’ai reçu avec beaucoup de satisfaction les conclusions du forum (…) et je me suis réjoui de voir que le principe a été adopté consensuellement. Dans un contexte historique qui est le nôtre, de démocratie libérale, il est certain que lorsque deux chambres gèrent la question de la loi, on a plus d’assurance d’aller vers le consensus populaire.(…) J’ai eu le plaisir à échanger avec ces hommes et ses femmes qui ont aussi le souci de la stabilité du Burkina…»

Le résident de Kossyam a échangé quelques minutes avec les journalistes qui voulaient en savoir plus sur la rumeur de coup d’Etat qui s’était étendue suite aux explosions et coups de feu entendus dans la cour du palais dans la nuit du vendredi à samedi derniers. Il leur demandera, dans un sourire  d’attendre la déclaration officielle prévue pour la soirée de 31 août. Celle-ci fera cas de la neutralisation d’un ancien militaire du RSP qui aurait essayé d’attenter à la vie du Président du Faso par vengeance… Lire l’article sur l’attentat ici.

Stella NANA

Il y a 2 commentaires

  1. Je pense que s'en prendre ? la personne du Pr?sident du Faso n'est pas la solution. Je condamne cette tentative d'assassin?t avec la derni?re ?nergie. Que dieu veille sur le Burkina Faso.

  2. les militaires sont rentr?s dans la danse pour la stabilit? du burkina faso avec le soutien des hommes et des femmes de divers partis de la majorit? et de l?opposition, des hommes et des femmes de la soci?t? civile, qui se soient retrouv?s et aient trouv? un consensus autour d?une question fondamentale pour notre avenir, la question du S?nat. Blaise aurait-il viol? la loi quand il dit que ces hommes et femmes de divers partis de la majorit? et de l’opposition… ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre