Me Kam: “Au Burkina Faso, aucune réalité sociopolitique ne justifie la création d’un Sénat”

325 61
-

Le débat sur la création du Sénat, que certains considèrent comme révolu, n’est pourtant pas près de se clore, et reprend de l’ampleur après le message du Président du Faso. Dans une tribune signée de Me Guy Hervé Kam, c’est l’opportunité même de sa création qui est remise en cause. Pour ce praticien du droit, avocat à la Cour, qui espère que sa modeste contribution va inspirer les thuriféraires du Sénat, aucune réalité sociopolitique ne parait pouvoir justifier la création d’un Sénat au Burkina Faso. Et pour cause? Lisez plutôt.

A la faveur de la révision constitutionnelle de juin 2012, le Sénat, fruit des réformes politiques voulues par le Conseil Consultatif sur les Réformes Politiques (CCRP) a été introduit dans le paysage institutionnel burkinabè. Mais, cette institution ne fait pas l’unanimité, loin s’en faut. Au contraire, sa mise en place a donné lieu à des controverses « menaçant gravement la paix et la stabilité nationale » comme l’a relevé fort justement le Comité de suivi des réformes dans son rapport du 30 août dernier.

Au moment où le Président du Faso, en réponse audit rapport, appelle le Gouvernement à élargir les concertations pour bien asseoir la pertinence du Sénat, il m’a paru indiqué d’apporter ma modeste contribution, dans l’espoir qu’elle inspire les thuriféraires du Sénat. Ces derniers font valoir, au soutien de leur détermination à mettre en place le Sénat, que cette institution participera au renforcement de la démocratie, qu’elle fait partie des décisions consensuelles du CCRP et qu’elle est déjà inscrite dans la Constitution. Ces arguments ne résistent cependant pas à la critique.

Selon le premier argument, le Sénat participera au renforcement de la démocratie, notamment par l’association des collectivités territoriales, des couches socioprofessionnelles, des autorités coutumières et religieuses ainsi que de la diaspora burkinabè au processus législatif. Mis à l’épreuve de la critique, cet argument fond comme la glace au soleil pour deux raisons essentielles.

La première est que la qualité d’une démocratie ne se mesure pas à l’aune de la nature monocamérale ou bicamérale de son parlement. Ce qui est fondamental dans un Etat de droit démocratique, c’est l’existence du trépied institutionnel constitué du pouvoir législatif qui vote les lois, du pouvoir exécutif qui les met en œuvre et du pouvoir judiciaire qui règle les litiges.

La seconde tient au fait que le bicamérisme n’est pas une nécessité de principe dans une démocratie. La nature monocamérale ou bicamérale d’un Parlement est fonction des moyens et des réalités économiques, sociales, culturelles ou politiques de chaque pays. Dans ce sens, il est à relever qu’en Angleterre, le bicamérisme est né de la volonté des barons et des évêques (Lords) de siéger séparément des élus des communes.

C’est d’ailleurs ce cas particulier qui a donné naissance aux appellations Chambre haute et Chambre basse. En France, lorsque le bicamérisme a été institué pour la première fois en 1795, c’était pour faire barrage à la dictature d’une assemblée unique, en réaction à la terreur érigée en système par Robespierre.

En effet, sous son impulsion, la Convention a voté entre 1793 et 1794 des lois dont l’application a fait près de 40 000 victimes (condamnés à mort ou assassinés sans jugement). Selon l’heureuse formule de François-Antoine de Boissy D’Anglas, la seconde chambre (ancêtre du Sénat) a été conçue pour être « la raison » de la république, la première en étant « l’imagination ».

Ainsi, le mécanisme mis en place a consisté à donner à la première chambre la mission de proposer des lois et à la seconde, celle de les approuver ou de les rejeter, sans pouvoir les modifier. Aux Etats-Unis, le Sénat a été mis en place dans le but essentiel de rétablir l’équilibre entre grands et petits Etats. En effet, parce que le nombre de représentants est proportionnel au poids démographique des États, leur représentation à la Chambre est inégalitaire.

A titre d’exemple, alors que la Californie compte 53 représentants, des Etats comme l’Alaska n’en comptent qu’un seul. Ce déséquilibre étant susceptible de menacer la fédération, il a été décidé de le corriger par la création d’un Sénat composé de 2 représentants par Etat, peu importe l’importance du nombre de leurs populations.

Au Burkina Faso, aucune réalité sociopolitique ne parait pouvoir justifier la création d’un Sénat. D’abord, le Burkina Faso étant un Etat unitaire, l’argument américain, valable pour les états fédérés, ne peut être d’aucun secours. Ensuite, dans notre pays, aucune couche socioprofessionnelle, religieuse ou coutumière, ni aucun Burkinabè de la diaspora n’est exclu de la vie politique ès qualité. Tous les citoyens burkinabè, quelle que soit leur appartenance sociale, religieuse ou autres, ont une égale vocation d’adhérer à un parti politique et de mener des activités politiques.

Il n’y a donc aucune raison particulière de leur aménager une entrée particulière au processus législatif. Enfin, en raison de sa composition telle que déclinée dans la loi organique, le Sénat burkinabè est congénitalement inféodé à la politique et aux partis politiques. Il ne peut donc pas prétendre « élargir à des composantes non partisanes, la production législative » comme l’a indiqué SEM le Président du Faso.

En effet, tant dans sa version originelle que dans les aménagements proposés, rien n’indique que les personnalités désignées par le chef de l’Etat, les couches socioprofessionnelles, les autorités religieuses et coutumières et les Burkinabè de la diaspora doivent être apolitiques et le rester pendant toute la durée de leur mandat de Sénateur.

Ainsi, un sénateur, peu importe le titre auquel il est nommé, peut militer dans un parti politique et mener des activités politiques. C’est donc faux de faire croire que le Sénat sera une institution non partisane et qu’en tant que tel, il pourra être la « raison » de la République.

Quant au deuxième argument tiré du fait que le Sénat est une décision consensuelle du CCRP, il n’épuise pas le débat. Au contraire, il invite à la réflexion, la question de la force obligatoire des décisions, même consensuelles, du CCRP et par voie de conséquence, celle de la légitimité de cette instance.

Le CCRP, faut-il le rappeler, a été créé par la seule volonté du Président du Faso en vue de concrétiser son idée de procéder à des réformes politiques, lancée à l’occasion de la fête nationale du 11 décembre 2009. Il n’est donc pas une institution républicaine et pour cette raison, il ne saurait prétendre à aucune légitimité institutionnelle. En conséquence, ses décisions ne peuvent pas obliger erga omnès.

Il en résulte que le consensus du CCRP ne lie que ceux qui y ont participé et personne d’autre. Il en serait autrement, si et seulement si, sa création avait fait l’objet d’un consensus politique. Dans ce cas en effet, toutes les parties prenantes auraient contracté l’obligation d’en respecter les décisions. L’argument tiré du caractère consensuel du Sénat est donc inopérant et ne saurait servir de fondement pour l’imposer à ceux qui n’en veulent pas.

S’agissant du dernier argument qui tend à soutenir que le Sénat étant déjà inscrit dans la Constitution, il n’y a pas d’alternative à sa mise en place, au risque d’exposer le pays à un vide institutionnel, il est trompeur, tant sur le plan factuel que sur le plan juridique.
Au plan factuel, les Burkinabè ont encore en mémoire que bien qu’inscrite dans la Constitution, la Chambre des représentants n’a pas résisté à la furie réformatrice de ceux là même qui veulent imposer le Sénat aujourd’hui.

Son forfait a été de n’avoir pas craint de montrer quelques velléités d’affranchissement, d’avoir tenté d’être la “raison” de la République. Tel un château de sable, elle a été balayée sans autre forme de procès. Certes, la Chambre des représentants était déjà en place et il ne se posait donc aucun problème juridique quant aux modalités de la décision de sa suppression. Mais, le fait que le Sénat n’a pas encore été mis en place ne constitue pas un empêchement dirimant à sa suppression.

En effet, au plan juridique, en l’absence de disposition transitoire réglant la question, il appartient au Conseil constitutionnel d’interpréter ce silence. Or, il a déjà fait de façon implicite cette interprétation en déclarant conforme à la Constitution la loi organique portant organisation et fonctionnement du Parlement.

Cette loi, on s’en souvient, a été votée par l’Assemblée nationale alors que conformément à la Constitution, elle devrait l’être par le Parlement, c’est-à-dire par les deux chambres que sont l’Assemblée nationale et le Sénat. Le Conseil constitutionnel aurait donc pu juger que le texte n’est pas une loi puisqu’il a été voté par une seule des deux chambres du Parlement. Mais, par décision n° 2013-008/CC du 21 mai 2013, il l’a admis comme loi et l’a jugée conforme à la Constitution.

Cette décision permet d’affirmer que selon le Conseil constitutionnel, en attendant la mise en place effective du Sénat, l’Assemblée nationale remplit seule les pouvoirs dévolus au Parlement. Le fonctionnement du Conseil constitutionnel dans sa composition actuelle accrédite cette analyse. En effet, depuis la réforme de 2012, le Conseil constitutionnel doit comprendre 3 membres nommés par le Président du Sénat. A ce jour, cette condition n’est pas remplie, le Sénat n’ayant pas encore été mis en place.

Si malgré cette composition incomplète, le Conseil constitutionnel fonctionne toujours, il me parait évident que c’est bien parce qu’il est à admettre que sans la mise en place du Sénat, cette condition ne peut être remplie et que le Conseil constitutionnel n’est donc pas irrégulièrement composé.

Au regard de ce qui précède, la conclusion qui s’impose est qu’en attendant la mise en place du Sénat, tous les mécanismes de recours à cette institution sont suspendus. Refuser cette interprétation, c’est admettre que la loi organique sur le Sénat est anticonstitutionnelle, que le Conseil constitutionnel lui-même est aujourd’hui anticonstitutionnel, etc. Or, c’est justement cette démarche que les doctes glossateurs des pro-Sénat refusent de faire.

Au gré de leurs passions et de leurs pulsions instables, ils admettent que l’Assemblée nationale peut légiférer seule ou soutiennent mordicus le contraire. Sinon, comment comprendre que l’on admette que l’Assemblée nationale adopte seule une loi pour mettre en place le Sénat tout en refusant qu’elle puisse adopter une autre pour l’effacer de la Constitution, alors que dans les deux cas le pouvoir appartient concurremment aux deux chambres du Parlement. Comment comprendre aussi, que l’on propose le recours au Conseil constitutionnel, alors que lui-même est anticonstitutionnel selon leur propre démarche ?

La réfutation des arguments en faveur du Sénat confirme l’inutilité et l’inopportunité du Sénat. En plus de cette inutilité et de cette inopportunité, ou peut-être en raison d’elles, le Sénat est une institution budgétivore.

Non pas parce que 36 milliards de francs CFA sont trop pour la démocratie, mais parce que le Sénat, en tant qu’institution, ne présente en lui-même aucune utilité marginale pour notre démocratie.

En effet, de façon intrinsèque, le Sénat n’a aucun apport, aucune valeur ajoutée. L’existence du Sénat n’ajoutera rien à notre démocratie, tout comme son inexistence ne lui enlèvera rien. Dès lors, il n’est pas raisonnable de faire une quelconque dépense pour mettre en place une institution dont on a du mal à percevoir ce qu’elle peut apporter par elle-même.

Un Homme économiquement rationnel se pose la question suivante lorsqu’il veut faire une dépense : qu’est-ce que cette dépense m’apportera que je n’ai pas sans elle ? Si l’on accepte de se poser la même question à propos du Sénat, alors il sera facile de comprendre que sa mise en place est un luxe que la situation de pauvreté du Burkina Faso n’autorise pas.»

Maître Kam Guy Hervé
Avocat à la Cour

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 61 commentaires

  1. Moi je pensais plutot que c'est vous qui exag?rez. En tant que qui faites-vous ce jugement? Mon ch?er "Pascal zaida", Me Kam est un citoyen libre et peut s'exprimer selon sa vision des choses. Alors, commencez par voir si vous avez bien compris ce qui a ?t? dit.

  2. Salut Me K?r?. En voulant contrarier Me KAM, vous n’avez fait que renforcer son analyse sans le savoir et cela est regrettable pour un homme de votre rang. Je vais le r?p?ter ? qui veut l’entendre le peuple pour l’instant, n’a pas besoin de ce senat de fa?ade mais de quoi survivre. J’esp?re que je me suis fais comprendre.

  3. mr zaida, qu’est ce que vous proposer, lui au moins il a fait une analyse et vous, je pense que c’est facile de critiquer prenez votre plume et on verra

  4. Sommes-nous aveugles ? Sommes-nous des moutons ? Il est temps que nous comprenions que le boulanger de Ziniar? avec son mutisme nous roule dans sa farine. La v?rit? est que le s?nat est d?j? instaurer, que nous voulons ou que nous ne voulons pas Blaise et ses conseillers l?ont d?cid?s, le reste du d?bat n?est qu?une diversion pour manipuler le peuple. L?article37 sera modifier, Blaise se repr?sentera en 2015. La seule solution pour stopper la machine de Blaise en marche, est la rue qui sera l?gitime m?me ? y perdre la vie, l?alternance doit y naitre en 2015.

  5. je pense que du choc des id?es lumineuses et tenebreuses jaillis la lumi?re des connaissances conventionnelles les mieux partag?es.
    Donc anou?ll? pour le d?bat.
    surtout pas d’insultes.

  6. A Ange Michel,

    Le d?bat sur le s?nat n’a pas commenc? aujourd’hui et ? plusieurs reprises sur B24 j’ai donn? mon point de vue. je respecte les points de vue mais je ne peux m’emp?cher de relever qu’il y a souvent de la mauvaise foi dans certains commentaires. Si vous voulez mon point de vue, Le s?nat est juste inutile et inopportun; m?me dans la “nouvelle formule” propos?e. Les arguments avanc?s ne tiennent pas la route. le s?nat n’apportera rien. Si les encenseurs veulent vraiment faire avancer notre d?mocratie, travaillons ? permettre les candidatures ind?pendantes aux ?lections l?gislatives et municipales.

  7. Me Kam a une analyse partisane et non juridique. Le probleme qui se pause est de savoir si le SENA est l?gal: et bien OUI. le peuple veut-il le SENA? encor OUI mais le SENA sous sa nouvelle formule

  8. Comment apercevoir une analyse objective quand vous lisez avec les lunettes du CCRP. Il n'y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir! Merci cher Me

  9. Evitons de critiquer les arguments des autres et posons notre pierre pour l,evolution des choses. Lui au moins il s,est prononc?, et vous qui le critiquez? quelle est votre contribution? soyez r?aliste envers vous-m?me.

  10. RIEN A DIRE MAITRE. Tous ceux qui refusent de voir dans cette analyse une juste et vraie r?ponse aux d?fenseurs de ce s?nat inopportun et inutile sont simplement de mauvaise foi. Dommage pour vous

  11. Bravo Me KAM! J’ai souvent honte de lire les vomissures de certain pr?tendus juristes. Qu’est-ce que tu entends par partisan? C’est ? la limite stupide de penser qu’une action humaine ne vise aucun objectif. Oui, Me est partisan et il le sera toujours pour ce qui est de la d?fense de l’int?r?t g?n?ral des burkinab

  12. Certains arguments de Me KAM sont plus pertinents que d’autres. Cependant, son ecrit a le merite de rappeler, au moment ou on veut insidueusement nous faire integrer que le senat est justifie dans son principe, et que c’est de ses modalites de mise en oeuvre qu’il faut discuter, que la necessite de cette institution est loin d’etre acquise.
    En realite, il faut reconnaitre que le processus de production legislative merite, a bien des egards, d’etre ameliore. Mais ce n’est certainement pas par la creation d’un senat qu’il faut commencer. Il faut que les projets et propositions de lois fassent l’objet de plus de publicite, que des specialistes fassent conna?tre les changements qu’ils vont introduire, qu’ils les critiquent et que des mecanismes soient crees pour qu’au sein de l’opinion publique, des leaders d’opinion se prononcent sur le bien-fonde des changements que les nouvelles lois vont introduire.
    Qu’il y ait davantage de chiffres publies sur les progres et les echecs enregistres dans la mise en oeuvre de nos politiques publiques. Ce n’est qu’ainsi que par les sondages d’opinion – qui devront aussi etre realises regulierement – la voix du peuple pourra reellement etre entendue et prise en compte et que les lois trop impopulaires seront evitees. Sinon, ce sont les deputes eux-memes qui seront impopulaires.
    Tout ca on le sait bien. Mais comme au Burkina on aime la democratie de facade, on laisse volontiers la proie pour son ombre.
    On veut nous vendre a tout prix un senat maquille qui sera pas moins partisan et inutile que la version originale. C’est n’importe quoi.

  13. Kersal,
    Si vous saviez reellement ce qu’est une constitution dans un Etat de droit, vous ne parleriez pas comme ca.
    Ce n’est pas quelque chose qu’il faut laisser ceux qui sont de passage au pouvoir modifier comme ils veulent. C’est plus serieux que cela.
    Du reste, contrairement a ce que vs dites, le pouvoir qu’exerce le regime en place n’est pas “son” pouvoir. Le pouvoir politique appartient au peuple et non pas a Blaise Compaore ou au CDP. Il faut vous detromper.

  14. Tr?s bonne analyse Me KAM merci de cet ?clairage , y a dans ce pays des gens dont le ventre a ferm? l’intelligence mais leur r?veil serait tr?s douloureux, que le peuple ne se laisse pas berner.

  15. Propos parfaits. Je vous ai connu avec mon enseignant M. Seraphin Some et vous etes tous digne de confiance. Vous n’aviez pas change d’un yota. Et cela j’apprecie beaucoup. Courage pour la suite Me Kam. Et mon Bonjour a Me Some Seraphin.

  16. Que la verit? s'?clate |

    Il va falloir que chaque burkinab? se donne un temps de reflexion pour la Vie de notre Ch?re patrie.Que ceux l? qui disent intellectuels, sages de ce pays, il faut vous faire la paix avec vous m?me en mettant point sur votre affaire de senat: c’est futile.

  17. Et dire que kam est un juge!!! c'est apr?s le vote de la loi organique que le senat peut fonctionner. et l'opposition devrait d?poser un recours dans les 21 jours suivant le vote de cette loi organique. Me KAM relisez la constitution et la loi organique..

  18. Merci Maitre,ceux qui se disent juristes doivent contribuer et non attaquer sans honte au propos de M.KAM
    Je pense ? des plaisantins ? la solde d ceux qui peuvent les payer.Ils font de la prostitution intellectuelle et les honn?tes citoyens les reconnaissent par leur intervention.Ils perdent argent et temps

  19. Ce mec est un vrai idiot. Rien de bon dans tout ce qu’il a dit: c’est dramatique de raisonner ainsi! Soit vous n’?tes pas une juristes soit vous avez ?t? pay? pour parler ainsi.

  20. Mon Dieu j’aimerais voir les dipl?mes de ce monsieur! Quel drame intellectuel pour un Juriste? Je pense qu’il faut que ces vendeurs de sommeil arr?tent de nous embrouiller…

  21. petit fr?re KAM, j’ai beaucoup d’admiration pour toi et ton parcours professionnel mais l? tu m’as surpris par cet ?crit.on se verra pour en discuter en son temps.
    Mais comme tu es un ?minent juriste, je veux juste partager avec toi la reflexion ci-apr?s:
    S’il est vrai la d?mocratie est le r?gime politique dans lequel les citoyens exer?ent la souverainet? et disposent du pouvoir; c’est qu’il est vrai aussi que c’est le r?gime politique dans lequel le peuple ?lit ses repr?sentants.Aujourd’hui c’est le mod?le qui semble le plus r?ussi pour l’administration du pouvoir politique et c’est la raison pour laquelle il nous a ?t? impos?(afrique noire fancophone ) apr?s le sommet de la baule et chose qu’on est entrain d’imposer au monde arabo musulman(pritemps arabe)aujourd’hui.
    sans entrer dans un jugement de valeur; je vsux juste dire que comme nous avons fait r?solument le choix de la d?mocratie et du multipartisme…(m?me si c’est une d?mocratie imparfaite en devenir).
    je crois que nous devons jouer le jeu de la d?mocratie jusqu’au bout.comme le peuple a elu ses repr?sentants et que ces derniers se trouvent ?tre ? la majistrature supr?me Blaise COMPAORE et le CDP au niveau du parlement je crois qu’il leur permettre de mettre en oeuvre leur programme politique pour lequel ils ont ?t? ?lus.au bilan le peuple qui a donn? ses voix saura infliger la sanction qui s’impose en 2015 et en 2019.
    il n’appartient pas ? l’opposition de dire comment celui qui est ?lu doit g?rer son pouvoir.c’est aussi son droit de mettre en oeuvre son pogramme.pourquoi l’emp?cher de le faire?
    cordialement!

  22. Merci Mme KAM. On sent votre dignit? et votre int?grit? dans vos propos. Nous avons besoin des hommes comme vous pour un bel avenir de notre cher Burkina Faso. Longue vie ? vous et que la v?rit? triomphe!DIEU est Grand!

  23. Je trouve cette analyse et d’une clart? imp?ccable que certains ? la solde du r?gime ne se r?sument pas acceepter. il y a v?ritablement une hauteur de vue, objectivit? que les esprits plats qui se targuent de conna?tre un pseudo droit ne peuvent atteindre. Il a apport? un plus au d?bat pour ne pas dire qu’il cloue le bec ? tous ceux qui usent des arguments fallacieux. merci Maitre

  24. Me KAM a l’avenir faites preuves d’impartialit? et d’objectivit? dans vos analyse. C’est important quand on parle de sujet aussi sensible.

  25. Je suis sure que si il s’agissait de d?montrer le bien fond? du S?nat Me KAM nous ram?nerais aussi des arguments qu’il d?fendrait avec conviction et abn?gation. Il ne faut pas comparer nos r?alit?s a celle occidentales!

  26. Vraiment Me Herv? Kam exagere! je pensais ? une analyse objectivement juridique.Mais j'ai eu limpression que Me est partisant d'un camp.Et quand cest comme ca le message qu'on livre pert son fond.A l'analyse de ce point vue compar? aux autres: Sango, le Pr Soma et le Pr Ibriga, il ya un grand foss?.Comment comprendre qu'un juriste ose dire qu'une institution n'a pas sa place dans une democratie? Oubien vous parlez au nom de l'un des deux camps qui s'opposent?C'est le cas aussi je ne pense pas que l'autre defense vous laissera gagner le proces parceque vous n'etes pas objectif et les arguments ne sont pas convaincant.

  27. J’ai l’impression qu’il y a des gens qui sont pay?s pour r?agir comme des pieds sur la toile sinon, il fallait d?monter ses arguments et l? on verra qui est juriste. chapeau bas Me KAM

  28. Me KAM a tr?s bien analys?, le fait que le PF ? travers son chef de terre YE insiste pour mettre en place le Senat prouve que le fameux Senat cache une probable r?vision de l’article 37.

  29. Merci pour votre contribution et bonne analyse.Malheureusement au faso on ne dit dit que ce que le roi veux entendre.Cela es notre d?faut jusqu’? la d?couverte de la r?alit

  30. Merci Me. Il est simplement triste de constater, ? la lecture de certaines r?actions (qui manquent parfois d?authenticit?) que certains manquent d?un minimum de culture et d?honn?tet?, pour admettre la pluralit? d?opinons et la critique d?une d?rive certaine. Il est vrai que nombre de cerveaux int?gres se sont tus, mais il est absurde de croire que le silence conjoncturel signifie arr?t de r?flexion.

  31. Dans le senat, les paysans aussi seront consultes sur les lois. Vous avez donc peur de vous mettre sur le meme pied d’egalite que ceux que vous traiter de tous les noms? Heuresement que les lois ne seront jamais faites par des gens de ton espece: “les soi disant inetellectuel Africains”, mais plutot par le peuple que vous traiter de betails … Aussi Mr. Kam evitons surtout de parler de rationalite (economie rationelle …). Vous pourriez y laisser votre …cerveau. Quel bel homme!!! Demandez a vos soit disant “grand economistes” et ils/elles vous diront …Comme vous aimez prendre comptant tout ce qui vient de l’exterieur, peut etre qu’une enquete internationale est necessaire. Quel bebe gate et quelle suffisance.

  32. Merci tout de m?me ma?tre. Tu n’as rien apport? au d?bat. Tout ?a c’est connu. C’est des gens comme vous, soi-disant intello bard? de dipl?mes qui participez ? la confusion dans ce pays. Un peu de sagesse : en quoi des hommes ?lus conseillers municipaux ou encore des religieux n’apportent rien ? l’ancrage de la d?mocratie s’il ont justement un cadre de partage des id?es? Tous ces d?bats politiques ? l’assembl?e nationale m?ritent de passer par une autre loupe. Y’en a marre de ces politiciens.

  33. Sirus, merci beaucoup. Il y a effectivement des gens qui interviennent ici sous des pseudonymes diff?rents mais c’est la m?me personne. Des gens pay?s pour tromper l’opinion. Mais on ne trompe pas l’opinion. Les marches du 29 juin et du 28 juillet ont noy? la pi?tre prestation du CDP du 6 juillet. Le peuple saura reconna?tre les siens.

  34. Tres arrogant et tres suffisant comme personne. Je pari qu’apres avoir pondu son truc, il s’est surement dit ceci: “Je suis vraiment un grand intellectuel et les gens verront ma photo et les gros mots que j’ai utilise”. Les africains meritent mieux que ca. Quel honte!

  35. le juriste j`ai honte a ta place.la paix t? diplom? mais surma pa intellectuel.on dirait qu`on n`est pas dans le m?me pays.vous ?te aveugle oubien vous faite semblant?mr KAM merci pour votre analyse

  36. Oh?? Tous ceux qui denigrent Me Kam, je vous plainds. Lui au moins assume ses responsabilites et dit ce qu’il pense… Et vous donc?
    Que Jamais le Burkina ne voit dc la mise en place du Senat! Honte a ceux par qui cette chose verra le jour!

  37. PAIX, LAAFI, BURKINAFASO, BARK. JE VOUS ASSURE QUE C’EST MON COLLEGUE DE BUREAU. UNE SEULE ET MEME PERSONNE, ENGAGE A MORT, QUI VEUT INVERSER LES TENDANCES EN FAISANT CROIRE QUE BEAUCOUP d’INTERNAUTES SONT POUR LE SENAT.CE MEME GARS AVAIT VOTE PLUS DE 500 FOIS DANS LE VOTE DE L’HOMME DE L’ANNEE(dans lefaso.net)POUR SOUNGALO OUATT. ET ON L’A DETECTE. MERCI. UN CIBAL CACHE DANS UN MINISTERE

  38. Si l?ADF RDA est revenue sur sa position, c?est qu?il y a un remaniement en vue et ses responsables auraient re?u des propositions de Blaise.

  39. De quoi parle ce monsieur. Je suis juriste et je ne me reconnais pas dans ces analyses l?! Soyons objectifs quand on parle du droit. Ne faites pas de la politique sur des sujets aussi s?rieux que le s?nat: c’est dangereux.

  40. Voila un illumin? de la derni?re seconde. Votre analyse est compl?tement partielle et impartiale. Vous pensez vraiment qu’il faut attendre d’avoir des cas sociopolitique similaire ? la France ou aux USA pour mettre en place un s?nat. Je suis juriste comme vous ?t? je ne vois pas comment vous pouvez avancer un tel tissu de grossi?ret?s juridiquement infond?es! Soyons s?rieux un jour.

  41. burkinafaso je vous remercie pour votre contribution sur ce forum, Mr Kam ne fait pas honneur a tous ces intello avec une telle analyse, je suis profond?ment d?cu par ces propos erron

  42. Me KAM je me demande si vous r?alisez ce que vous dites? pour un homme de votre rang cette analyse est purement et simplement ridicule.

  43. Sam, vous etes aussi Plat que le Me Kam, c’est juste malheureux de voire un intello reflechir comme ca, vous avez passez toutes ces ann?es a mentir au peuple, vos critiques on s’en fou

  44. Me Kam votre sortie est inappropri?e car c’est tout sauf le role d’un Juriste, ne prenez pas position, vous devez faire des analyses objectives. vous parler d’economie mais vraiment vous ignorez vraiment ce que sait

  45. Maitre Kam. Je vous respecte beaucoup. J’ai la chair de poule quand je vous lis tant par la profondeur que par la pertinence de vos arguments. Pourquoi ces t?tus au pouvoir ne se laisseraient -t-ils, ne serait-ce qu’un instant toucher par de tels raisonnement? Que Dieu vous b?nisse abondamment Ma?tre et suscite beaucoup d’autres pour sauver notre cher pays.

  46. Brillante analyse, mais qu’est ce que tout cela donne en fran?ais facile?
    Il faut ?tre d’un certain niveau pour comprendre cette profonde analyse.

  47. Mon p?re dit toujour: <<<>>> De m?me un homme est un homme et il ne peut produire que ce quil porte en lui. Chaque homme normal vit en conformit? avec les pens?es de son propre coeur,selon les bons conseils de la nuit pass?e et ainsi au jour le jour. Je voudrais simplement dire<<>> Sur ce je marr?te la et jexamine la suite..BON COURAGE CAMARADES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre