Mondial 2014 : Jacques Anouma s’attend à des surprises pendant les barrages

601 0
L'ancien Président de la Fédération ivoirienne de footabll (FIF) Jacques Anouma
L’ancien Président de la Fédération ivoirienne de footabll (FIF) Jacques Anouma

Chaque mardi, l’ancien Président de la fédération ivoirienne de football (FIF) se livre à des chroniques sur son site Internet. Ce mardi 10 septembre 2013, il est revenu sur les éliminatoires de la Coupe du Monde 2014. Pour lui, il y aura des surprises à cause des nivellements de valeur au niveau du football africain.

La sixième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2014 qui annonce un dernier tour épique, a été le fait sportif majeur que j’ai noté pour la semaine qui vient de s’écouler.

En accédant à ce dernier tour, le Burkina Faso, le Cap-Vert et l’Ethiopie ont tout simplement confirmé leurs belles prestations de la dernière CAN. Les Capverdiens et les Ethiopiens ont pris le dessus sur Tunisiens et Sud-africains, donnés largement favoris depuis le début. Ainsi, sur les dix équipes qualifiées pour ce dernier tour, cinq auront la redoutable mission de défendre le football africain au cours du mondial brésilien.

Certains pensent déjà que les représentants africains à cette prochaine Coupe du monde auront fort à faire pour défendre le prestige du football continental. Toutefois, je ne serais pas surpris que les grandes nations, au passé prestigieux, habituels représentants de l’Afrique, soit remplacées par des nations moins attendues, compte tenu du nivellement observé ces derniers temps de nos sélections nationales.

Mais, dans tous les cas, l’Afrique sera à ce Mondial et chacune des équipes qualifiées aura sans doute été la meilleure. Elle saura donc, ce qui lui reste à faire pour mériter la confiance des supporters africains.

Les Eléphants qualifiés bien avant l’heure, pour ce dernier tour éliminatoire, auraient pu se passer de la situation créée par la fugue de Zokora Didier et qui a renforcé, hélas, de nombreux supporters ivoiriens dans leur conviction que notre équipe est minée par des problèmes de personnes, d’égos.

En réagissant avec autorité comme il l’a fait à travers les sanctions infligées au joueur, le Comité Exécutif de la Fédération a, à juste titre, voulu mettre en garde tous ceux qui, à la veille de ce dernier tour décisif, seraient tentés de mettre en péril les chances de qualification de notre sélection nationale.

 

A la vérité, le résultat du match face au Maroc était anecdotique par rapport à l’émotion suscitée par le comportement de l’un des anciens de cette sélection nationale. Si le match en lui-même n’a pas répondu à l’attente des Ivoiriens, il sonne toutefois, comme un avertissement avant les grandes explications d’octobre et de novembre.

Il est à cet égard heureux de constater que le premier responsable technique de cette équipe a préféré retenir le côté positif  de la prestation de ses joueurs. Alors, tout le mal que l’on peut lui souhaiter, c’est de trouver rapidement la stratégie nécessaire qui permettrait à nos Eléphants de retrouver rapidement l’efficacité dont ils ont besoin pour faire le voyage du Brésil.

Pour les avoir pratiqués, je ne doute pas un seul instant que devant l’enjeu ils sauront se transcender, comme ils ont souvent su le faire.

À tous je vous demande, comme moi, d’y croire

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *