Mutineries de 2011 : Les policiers radiés demandent pardon et le paiement de leurs droits

708 26

Les policiers radiés suite aux mutineries de 2011 ont voulu rencontrer le Mogho Naaba ce 17 septembre 2013. Mais ils se sont heurtés à un important dispositif sécuritaire déployé autour du palais royal. Le roi des Mossé ne les a pas reçus et leur a demandé de revenir ultérieurement. Les anciens policiers disent regretter leurs actes de 2011 et demandent pardon. Ils plaident pour leur réintégration ou, à défaut, le paiement de leurs droits.

Face à face et discussions entre ex-policiers et policiers en activité (Ph : B24)
Face à face et discussions entre ex-policiers et policiers en activité (Ph : B24)

Ce mardi matin, un important dispositif sécuritaire composé de policiers et d’éléments de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) encadrait le palais royal du Mogho Naaba à Ouagadougou. Ce dispositif était destiné à leurs anciens collègues, radiés des effectifs depuis 2011, qui, selon les premières informations, voulaient faire un sit-in.

Mais Mahamadi Tidiga, leur porte-parole, a démenti. « Nous ne voulions pas faire un sit-in, mais rencontrer le Mogho Naaba pour expliquer notre doléance », a-t-il dit, en effet. Il rappelle alors qu’en 2011, 136 policiers ont été révoqués suite à des actes mutineries, d’insubordination et d’indiscipline.

« Nous regrettons ce que nous avons fait »

Devant la cour du Mogho Naba, les policiers radiés ont fait face à un important déploiement de leurs anciens collègues (Ph : B24)
Devant la cour du Mogho Naba, les policiers radiés ont fait face à un important déploiement de leurs anciens collègues (Ph : B24)

Depuis lors, indique Mahamadi Tidiga, des actions ont été entreprises pour demander leur réintégration dans leur corps, ou au moins, le paiement de leurs droits.  Mais en vain. Il précise pour cela que les anciens policiers ont fait acte de contrition. « Nous avons tiré en l’air  et nous regrettons ce que nous avons fait », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Nous demandons pardon pour ce qui s’est passé ».

Les anciens policiers disent avoir rencontré une fois leur autorité de tutelle, à savoir le ministre en charge de la Sécurité, Jérôme Bougouma ainsi que la plupart des autorités coutumières du pays. Mahamadi Tidiga laisse entendre que le Premier ministre du Mogho Naaba les avait également reçus une fois. Mais ils ont comme l’impression que leur dossier est oublié.

Pourtant, ils disent vivre des conditions déplorables depuis leur révocation, qui date maintenant de deux ans. « La rentrée scolaire arrive ; il y en a qui ne peuvent pas payer les frais de scolarité ; d’autres n’ont pas payé leur loyer », explique Mahamadi Tidiga.

Difficile de trouver du  travail

Les ex-policiers disent ne pas pouvoir subvenir aux besoins de leur famille (Ph : B24)
Les ex-policiers disent ne pas pouvoir subvenir aux besoins de leur famille (Ph : B24)

Il ajoute qu’ils n’arrivent pas non plus à trouver du travail du fait de leur révocation devenue un boulet à leur pied et fait fuir tous les potentiels employeurs. « Même s’ils ne vont pas nous réintégrer, au moins qu’ils nous payent nos droits ; là on pourra payer la scolarité de nos enfants ! », plaide le porte-parole.

Voilà pourquoi ils ont décidé de demander une audience de nouveau à l’empereur des Mossé, qu’ils ont d’ailleurs tenu à rassurer : « C’est à cause des manifestations que nous sommes dans cette situation aujourd’hui, donc nous ne voulons pas l’agresser ».

Les anciens policiers ont eu quelques moments de chaudes discussions  avec leurs anciens collègues avant qu’un envoyé du Directeur général de la Police nationale vienne leur parler. L’envoyé a indiqué que le Mogho  souhaite bien les recevoir, mais il faudrait qu’ils délèguent « deux à trois personnes ». C’est dans ces conditions qu’ils pourront être reçus, mais une prochaine fois, a indiqué l’envoyé spécial.

Les anciens policiers ont acquiescé avant de se séparer. Ils en ont appelé au pardon du peuple et des autorités. « Si on organise une journée nationale du pardon, pourquoi pas nous ? », a invoqué Mahamadi Tidiga, insistant sur le fait que tous les radiés n’étaient pas tous coupables.

En 2011, une vague de mutineries a touché presque toutes les forces armées du Burkina, dont la Police. Ces mutineries avaient conduit les policiers à tirer en l’air, blessant et tuant des Burkinabè. Plusieurs d’entre eux ont été par la suite radiés.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 26 commentaires

  1. une faute avou?e est ? moiti? pardonn?e ? dit la bible.je pense qu’on doit les faire grace et les r?integrer afin d’eviter toute forme de banditisme.En effet ces derniers constituent des “bandits potentiels”excusez moi du terme,car ayant recu une formation militaire,ils savent manipuler les armes donc peuvent ?tre une source pour les coupeurs de route surtout qu’ils arrive pas ? obtenir un emploi….

  2. moi je pense que dans la vie d'un homme ,il y a le regret .donc le pardons fait partie de cette vie l?.sais facile de faire des crime et se lever 1 matin pour demande pardons .

  3. ce qui fait mal en plus ce que beaucoup sont vraiment innocents mais que faire ces leur gouvernement avec leur justice.innocent ou pas pardonn?s les par ce que ces pas facile.

  4. Et puis ce qui me fait mal, c?est que parmi ces gens, ya n?en qui sont purement et simplement innocents. Mais on est o? ? Au BF bien s?r, donc pas d?enqu?te approfondie en tant que tel. Et les autres qui sont en prison depuis 2011 sans jugement, allez-vous d?dommager ceux qui seront innocent?s ? l?issu des jugements ? C?est une mesure s?rieuse qui doit ?tre prise pour eux !!!Jugez-les vite afin de lib?rer les innocents

  5. Nous serons surpris de voir au ciel les plus grands criminels de ce monde assis ? cot? de Dieu par ce que juste avant de partir ils ont eu le temps de demander pardon ? Dieu. Juste pour dire que si Dieu peut nous pardonner, qui sommes nous pour refuser le pardon ? ces hommes qui reconnaissent leurs tors? et ceux qui n'ont jamais reconnu leurs p?ch?s? que faites vous de ceux l?? et vs m?me quand vous p?ch?, ne vous pardonne t-on pas? SUUGR N KA TI YEEL SANME, laafi la bumb faan

  6. Ce sont les meme policiers qui pourchassaient les etudiants avec zele.La roue de l’histoire a donc tourn?.Assumez diginement vos actes

  7. @ panga

    Je crois que tu as tord! Tu n’as jamais fait quelque chose et regretter par la suite? Si tout le monde devrait raisonner comme toi je crois que ta m?re ne t’aurait pas pardonner tes b?tises d’enfance et par cons?quent tu ne serais pas l? aujourd’hui!

    Qu’on les pardonne!

  8. En attendant la cl?mence des autorit?s, je vous conseille de vous organiser pour une entreprise commune. Une soci?t? de vigile par exemple et vous serez autonomes. Mais veillez ? ce que les retomb?e soient bien r?partis

  9. Meme si le Moogho Naaba ne les reo?oit pas , Dieu va les recevoir , c’est Blaise Compaor? qui doit etre radi? avant ces policiers car il est le plus grand criminel de toute l’histoire du Burkina. Peuple Burkinab? , il faut prier pour la paix car Allah a un plan pour nous.Un jour nous allons nous r?veiller sous un nouveau soleil, le soleil de la justice , de la libert? ….

  10. vraiment la flore tu a tous dit que dieu te recompense vr?ma tu a une bone memoire ,le mogho naba gatte son nom en s’impliquant dans les affaires politiques

  11. ayez piti? de ces gens! Je crois que c’est la population qui devrait marcher pour demander leur r? int?gration (les policiers et les militaires rati?s)… Pardonnez les!

  12. Je trouve cela pitoyable d’aller chez le mogho naaba pour demander son aide.
    Par ce que le boulanger de kossyam se croiait intouchable.

    Revoyer vos demarches.
    un esclave merite ses chaines par ce qu’il n’a pas d’autres choix que de boire l’eau sale dans une calebasse us?e de son maitres.

    Le jour que l’esclave decidera d’assumer sa r?volte, il pourra boire l’eau potable avec n’importe quel plat de son maitre.

    Votre salut est entre vos mains

  13. c’est mieux de vous organiser pour travailler ensemble! vous ?tes suffisamment nombreux, m?diter bien et vous trouverez de meilleurs potentielles en vous pour ne plus demander votre r?int?gration dans l’arm?e! nous saurons compter sur vous dans d’autres activit?s!

  14. Si le premier responsable a demand? pardon au peuple ? un moment donn? de l’histoire de notre pays, qu’il accepte celui d’une partie du peuple… Ces anciens policiers n’ont pas besoin de demander pardon pour le paiement de leurs droits… Un droit est un droit et ne se r?clame pas… A moins que que notre d?mocratie soit une illusion…

  15. SI LE PEUPLE BURKINABE A PU PARDONNER AU PRESIDENT ET A SES ASSASSINS PENDANT CES TEMPS DE TUERIES A LEUR TOUR DE PARDONNER AUX ENFANTS DE CE MEME PEUPLE DANS LE LOT DES POLICIERS RADI?S C’EST NE PAS EXCLU QUE L’ON RETROUVE DES ENFANTS DONT LEUR PAPA ONT ETE LES MOUTONS DE SACRIFICE DE CE REGIME.DONC PARDONNEZ

  16. ce qui est s?r, on connait les vrais assassins de ce pays. Les vrais escrocs l?, on les connais tous!!! pardonnez aux policiers s’il vous plait!!! Et puis, empereur des mossis, tu devrais ?tre la poubelle qui re?oit toute les salet?s, pas seulement les plats lav?s, connaisseur connait!!!pourquoi tu laisse dehors tes enfants qui ont besoin de toi. Soit un p?re pour le Mogho, laisse les politiciens loin de toi!!!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *