Opération 100 000 charrues : les artisans veulent donner les vraies infos au Premier ministre

325 3

Près d’une cinquantaine d’artisans se sont rassemblés ce mercredi 18 septembre 2013 devant la cour de la télévision nationale à Ouagadougou. Ils voulaient rencontrer le Premier ministre Luc Adolphe Tiao pour lui donner les « informations réelles » sur l’opération 100 000 charrues promises par le Chef de l’Etat au monde agricole et dont ils ont en charge la fabrication.

Les artisans pensent qu'il y a un déficit de communication avec le Premier ministre (Ph : B24)
Les artisans pensent qu’il y a un déficit de communication avec le Premier ministre (Ph : B24)

Ils étaient près d’une cinquantaine d’artisans à faire le pied de grue devant la cour de la télévision nationale depuis 11h ce mercredi matin. Ils voulaient voir le Premier ministre, a confié leur porte-parole, Paulin Kaboré. Pour lui donner « les vraies informations » sur « l’efficacité » et la « capacité » des artisans du Burkina à fabriquer les 100 000 charrues promises par le Président du Faso au monde agricole.

L’opération connaît un retard et le Premier ministre, lors de l’émission « Dialogue avec le gouvernement », a attribué la faute « essentiellement » aux artisans. Et ces artisans ne sont pas d’accord.

“Des artisans  n’ont pas été en mesure de pouvoir répondre à nos attentes”

Voici le morceau qu’ils n’ont accepté, prononcé par le Premier ministre lors de l’émission de ce 17 septembre 2013  : « Ce programme a malheureusement connu  des difficultés essentiellement au niveau des  prestataires de services. Cette situation reflète le niveau de développement artisanal  du Burkina Faso.

Fabriquer une charrue, ça ne demande pas grand’chose, mais on a été confronté à d’énormes problèmes. Des artisans que nous avons ciblés n’ont pas été en mesure de pouvoir répondre à nos attentes ».

Paulin Kaboré, porte-parole des artisans : "l’expertise est là, la capacité est là" (Ph : B24)
Paulin Kaboré, porte-parole des artisans : “l’expertise est là, la capacité est là” (Ph : B24)

Paulin Kaboré dit ne pas savoir « la source des informations du Premier ministre », mais il juge que le taux de réalisation de l’opération « est satisfaisant ». Il indique en effet que de  2011 à 2013, 59 622 unités étaient  prévues et la Chambre des métiers a produit 56 632 unités livrées par les artisans.  « Vous voyez que l’expertise est là, la capacité est là », déclare le porte-parole des artisans.

29 000 charrues et charrettes fabriquées en quatre mois

En outre, il ajoute qu’en 2011, le ministère de l’agriculture a commandé 6 900 unités, charrues et charrettes confondues,  et ce nombre a été produit. Pareil en 2012 où 20 000  unités commandées ont été livrées. « En 2013, le ministère a commandé 32 722 unités et après quatre mois de réalisation, les artisans étaient déjà à 29 000 unités », a-t-il complété.

Pour 2013, Paulin Kaboré explique que le retard de la production est dû à une indisponibilité des roues sur le marché burkinabè. « Les artisans attendent l’autre partie des roues pour compléter les 100% avant même la fin de l’année », dit-il.

Factures impayées de plus de 3 milliards de F CFA

En plus de cela, il y a des factures impayées de 2012 et 2013. « A ce jour, les artisans attendent le paiement d’une facture cumulée de 3, 016 milliards de F CFA », affirme Paulin Kaboré.

Les artisans ont attendu de 11h à 14h devant la RTB afin d'être reçu par le Premier ministre (Ph : B24)
Les artisans ont attendu de 11h à 14h devant la RTB afin d’être reçus par le Premier ministre (Ph : B24)

Les artisans demandent donc à rencontrer le Premier ministre, non seulement pour lui donner ces informations mais également pour lui demander de transmettre au Président du Faso leurs « salutations » pour cette « noble » opération. « Malheureusement, depuis deux ans, on n’arrive pas à rencontrer le Premier ministre pour ça », a déploré Kaboré.

Aux environs de 14h, un des membres de la sécurité de la Primature a demandé aux artisans de former une délégation pour rencontrer à 15h30 les services du  Premier ministre dans le but de  négocier l’audience avec Luc Adolphe Tiao.

Pour soutenir la mécanisation du monde agricole, le Président du Faso a lancé l’opération 100 000 charrues. 150 ateliers d’artisans ont été impliqués dans la fabrication de ce matériel pour  une échéance de 5 ans.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 3 commentaires

  1. Dire que le PM raconte des inepties est grossier et humiliant et en r?alit? est l’image m?me de celui qui l’affirme. Apprenons ? nous dire la v?rit? mais dans le respect de l’un et de l’autre. Les injures sont intol?rables pour des gens qui pensent toujours d?tenir la v?rit? ou encore qui pr?tendent nous gouverner un jour. Il faut de la discipline personnelle, du respect pour soi-m?me d’abord pour pouvoir respecter son semblable. A entendre certains dans ce pays, on se croirait l? haut o? il n’ya que la perfection. Quel id?alisme! Encourageons-nous ? reconnaitre le m?rite des autres. Et surtout respectons-nous m?me quand nos opinions divergent.

  2. De toute facon ce gouvernement et en l’occurence son premier ministre est bien connu pour un specialiste des mensonges. Il fait semblant de ne pas savoir que l’Etat doit plus de 3 milliards aux artisants et au lieu de parler de ca il salit l’image des pauvres artisants. Vraiment ce pays la est rempli de bandis. Comment voulez vous qu’avec des impayes de 3 milliards ces artisants puissent continuer de puisser dans leurs reserves pour satisfaire l’Etat. Et au lieu d’etre reconnaissant, le premier ministre reconte des inepsies. Heureusement que les artisants ont ete vigilants. Il faudra maintenant que le premier aille a la tele pour rectifier son mensonge et dire la verite aux gens: L’etat doit de l’argent.

  3. VOICI LES VRAIES INFO EMANANT DES PRESTATAIRES. CEUX QUI MANGENT AU BUREAU SE FABRIQUENT DES CHIFFRES POUR EN TIRER PROFITS. ATTENTION ! NE BAILLONNER PAS CES ARTISANS, CAR ILS ONT BEAUCOUP DE CHOSES A DIRE. "MALHEUR A CEUX QUI BAILLONNENT LEUR PEUPLE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre