Assemblée nationale: les députés entament la session budgétaire

Les députés burkinabè ont regagné l’hémicycle pour la deuxième session ordinaire de l’année qui s’est ouverte ce mercredi 25 septembre. Consacrée à l’examen de la loi de finance, portant budget de l’État gestion 2014, la session dite budgétaire, la première pour la Ve législature, s’annonce studieuse.

Une vue partielle des élus nationaux à l'ouverture de la session budgétaire ce mercredi 25 septembre 2013. © Burkina 24
Une vue partielle des élus nationaux à l’ouverture de la session budgétaire ce mercredi 25 septembre 2013. © Burkina 24

Les élus nationaux ont entamé depuis ce mercredi soir les 90 jours au cours desquels ils vont essentiellement examiner le projet de loi de finance, portant budget de l’État gestion 2014, mais aussi jouer leur rôle de contrôle de l’action gouvernementale.

Pour Soungalo Apollinaire Ouattara, l’adoption du budget auquel devrait aboutir cette session est un acte politique majeur. « Les débats sur le projet de loi des finances de l’année ont toujours constitué un temps fort du travail parlementaire » a-t-il rappelé, avant d’inviter les différentes commissions au travail.

Au cours de la session, les élus travailleront en commissions et en sous commissions et adopterons le projet de budget en séance plénière. « Trois mois pour examiner le projet de budget de l’État, c’est vraiment peu », a indiqué Zambendé Théodore Sawadogo, président de la Commission des finances et du budget (COMFIB), expliquant pourquoi ladite commission a commencé à travailler avant l’ouverture de la session.

L’intersession n’avait rien de vacances pour les députés, ayant été mise à profit, pour une bonne partie, pour la préparation de la session budgétaire, pour des missions d’information, des journées parlementaires et des activités de réseau.

La cérémonie d’ouverture de cette première session budgétaire de la Ve législature a été marquée par une sobriété et la présence du chef du Gouvernement ainsi que d’autres personnalités de l’État. Elle se tient alors que « la situation nationale à été mise à rude épreuve par la mauvaise campagne agricole 2011-2012 et par des tensions sociale » selon le constat du président de l’Assemblé.

Justin Yarga

Pour Burkina 24



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page