Education : les syndicats des enseignants ont battu le pavé à Ouaga

806 6

Les organisations syndicales des enseignants ont organisé une grève sur l’ensemble du territoire national ce 4 octobre 2013. Cette grève s’inscrit dans le cadre de la Journée mondiale des enseignants, qui a lieu chaque 5 octobre.

Les manifestants sur l'Avenue de la Cathédrale dans la matinée du 4 octobre 2013 (Ph : B24)
Les manifestants sur l’Avenue de la Cathédrale dans la matinée du 4 octobre 2013 (Ph : B24)

A Ouagadougou, les enseignants ont tenu un meeting à la Bourse du travail et une marche pacifique à travers les artères de la ville pour remettre le message des syndicats aux ministères en charge  des enseignements.

Les syndicats demandent une revalorisation du système éducatif burkinabè, notamment une meilleure place de l’éducation dans le budget de l’Etat. Ils dénoncent aussi ce qu’ils appellent “la marchandisation de l’école” qui entraîne l’exclusion des plus pauvres du système éducatif.

Les organisations syndicales demandent également un examen de leur plateforme minimale déposée auprès des ministères. Les syndicats y suggèrent notamment la suspension de la nouvelle réforme de l’éducation entreprise par le gouvernement et qui transfert le pré-scolaire et le post-primaire au Ministère en charge de l’Education, dans le cadre du “continium éducatif“.

Les syndicats demandent une meilleure allocation du budget national à l'éducation (Ph : B24)
Les syndicats demandent une meilleure allocation du budget national à l’éducation (Ph : B24)

Les syndicats estiment qu’il y a des préalables qui doivent être résolus avant d’aller effectivement à cette réforme.

Le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA), Koumba Boly/Barry a rassuré hier jeudi  3 avril 2013 lors d’un point de presse que « le transfert ne lèvera ni les droits ni les avantages de personne”.  Et que “bien au contraire, le gouvernement a réfléchi à des mesures d’incitation pour permettre aux travailleurs de donner le meilleur d’eux”.

Elle avait terminé en indiquant qu’il “n’y a jamais eu de rupture de dialogue” entre les syndicats et son ministère.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 6 commentaires

  1. SALAMBANGA Oumarou |

    On ne doit pas jouer avec le feu pendant que tous nos toits sont en paille.Nos autorit?s doivent savoir en etre concients.

  2. En Finlande le metier le mieux reemun?r? est….l' enseignement.La plupart des surdou?s ne revent que d' enseigner.Elle fait partie des 5 pays les mieux class?s en terme de qualit? de vie.
    Au Burkina , l' enseignement fait partii des metiers les moins attrayants financi?rement ( pour confirmation, pri?re faire une enquete aupr?s des ?l?ves )..et le Burkina fait partie des derniers, c' est-?-dire des moins biens class?s en qualit? de vie ( voir classement IDH , source PNUD).
    Alors… Forcement EMERGENCE SOCIALE et donc ECONOMIQUE = REVALORISATION DU METIER D ENSEIGNEMENT, tous ordres confondus .
    TRISTE ET DIFFICILE VERITE peut etre , mais LA SEULE QUI NOUS MANQUE au faso.
    Lorsque les premiers( les detenteurs du savoir en l' occurrence les enseignants) sont reduits ? etre les derniers, il ya PROBLEME .La preuve : l' indiscipline sociale qui se generalise, l' incivisme qui se nourrit des in?galit?s instifiables, bref le sentiment que tout est permis et que tous les raccourcis sont autoris?s, ne sont qu' une des manifestations du desnchnatement du monde des educateurs, lass?s de toujours rappeler les bonnes moeurs, alors que la richesse cr?e ne lui apporte plus grand chose.
    Malgr? ce tableau sombre , l' espoir est permis.seule une volont? politique r?elle dans le sens de la revaloristion de l' education pourrait sauver la situation .

  3. Blaise veut maintenir le taux d?alphab?tisation le plus bas possible ainsi il pourra avoir plus de moutons derri?re lui pour r?gner ind?finiment au Burkina Faso…

  4. FAITES EMERGER L EDUCATION PLUTOT QUE VOS COMPTES EN DETOURNANT LES DENIRS PUBLICS. LE REGIME CANCERE NOUS FAIT PEUR

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *