Tahirou Barry : « Dans ce pays, on nous a habitués au paradoxe »

635 5

Le Parti pour la renaissance nationale (PAREN) effectué ce samedi 05 octobre sa rentrée politique à Ouagadougou. Le premier responsable du parti a, pour l’occasion, réagit une fois de plus à la situation nationale et annoncé les prochains chantiers du parti qui se prépare à relever les futurs défis électoraux.

Une vue de militants et représentants de partis amis à l'ouverture de la rentrée politique.
Une vue de militants et représentants de partis amis à l’ouverture de la rentrée politique.

Le parti fondé par Laurent Bado a effectué sa rentrée politique ce vendredi sous le thème du « renforcement des capacités politiques et organisationnelles du PAREN, en vue de relever les futurs défis électoraux ». Une communication sur le bilan des élections passées a été donnée à l’ouverture de cette rentrée politique, avec comme point de mire les perspectives d’amélioration du système électoral burkinabè.

Avec un bilan de participation aux élections couplées de décembre 2012 qui ne donne pas satisfaction, le PAREN veut s’organiser mieux pour les prochaines échéances. D’où une année qui s’annonce chargée en activités pour le parti à la recherche d’une nouvelle dynamique. En plus d’un congrès extraordinaire annoncé pour janvier 2014 et qui verra l’adoption d’une stratégie d’implantation à la base, le président du parti a annoncé l’installation de Chefs de régions dans toutes les 13 régions du Burkina.

Le président du PAREN, Tahirou Barry à l'ouverture de la rentrée politique, ce samedi 05 octobre 2013
Le président du PAREN, Tahirou Barry à l’ouverture de la rentrée politique, ce samedi 05 octobre 2013

A l’occasion de cette rentrée politique qui a vu la présence du Pr Laurent Bado, le parti des « idées neuves », a une fois de plus donné sa lecture de la situation nationale. La rentrée scolaire et universitaire, les récentes mesures gouvernementales et bien entendu le Sénat sont autant de sujets d’actualité sur lesquels le président du PAREN s’est prononcé, pointant du doigt des situations qu’il qualifient de paradoxale. « Dans ce pays, on nous habitués au paradoxe » a déclaré Tahirou Barry pour qui « Il n’y a que les fronts qui ne sachent pas rougir de honte pour soutenir la création d’un Sénat au moment où près de 3000 salles de classes sous paillotes attendent toujours d’être normalisées au primaire avec un défit de plus de 200 000 tables-bancs ».

Vis-à-vis du Sénat, Tahirou Barry estime que “‘il est temps pour le président du Faso « d’arrêter la récréation en faisant retirer la loi sur le Sénat ».

 Justin YARGA

Pour Burkina 24



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 5 commentaires

  1. Le CDP croit que le pays leur appartient et m?me qu’il d?cide de ce qu’il faut diffuser dans les m?dias.

    Le CDP ? travers le Minist?re de la Communication refuse de faire passer le images sur la comm?moration de l’anniversaire de THOMAS SANKARA, NOTRE ERRO NATIONAL.
    Sachez que le peuple vous regard et vous suit.
    VOUS CEDIPISTES, Vous serez jug?s par le peuple Int?gre du Burkina.
    NA LARA EN SARA

  2. J'aime bien le PAREN mais, comme BARRY l'a m?me soulign?, on nous a habitu? aux paradoxes dans ce pays. La preuve. Le Pr?sident Tahirou, invit? ? l'?mission "Surface de v?rit?" sur BF1, a dit: " Assimi KOANDA est un homme sage". Jugez-en vous m?mes!

  3. Tahirou est une valeur sure mais son president de Bado partipe ? la confusion generale dans ce pays Il n’est pas aussi propre qu’il semble vouloir nous faire croire tahirou doit creer son propre parti et rejoindre le front sankariste

  4. Courage le PAREN. Ouvrez surtout a renforcer l’opposition dans son ensemble en vue de l’ALTERNANCE en 2015

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *