Cotisations des parents d’élèves : Plus d’augmentation « jusqu’à nouvel ordre »

Les ministères en charge de l’éducation (Education nationale et enseignement secondaire) demandent aux établissements privés laïcs d’enseignement secondaire de ne plus augmenter les frais de cotisations au titre des parents d’élèves. Une équipe technique des deux ministères l’ont signifié aux représentants des Associations des parents d’élections (APE) lors d’une rencontre ce mardi 8 octobre 2013 à Ouagadougou.

Les Secrétaires généraux des ministères en charge de l'Education ont discuté avec les APE. Premier plan : Bila Dipama, SG du MESS (Ph : Maxime K.)
Les Secrétaires généraux des ministères en charge de l’Education ont discuté avec les APE. Premier plan : Bila Dipama, SG du MESS (Ph : Maxime K.)

Une équipe technique des ministères en charge de l’Education nationale et de l’Enseignement secondaire ont eu une rencontre avec les associations faîtières  des parents d’élèves pour discuter des cas d’augmentation des cotisations des parents d’élèves dans certains établissements du secondaire dénoncées depuis la rentrée scolaire.

A l’issue de la rencontre, il s’est avéré que ces augmentations n’étaient pas réelles dans les établissements protestants  et catholiques.

« A écouter tous nos interlocuteurs, il n’y a pas eu d’augmentations au niveau des établissements catholiques et protestants », indique Bila Dipama, Secrétaire général (SG) du Ministère des Enseignements secondaire et supérieur (MESS).

Des frais APE allant de 5000 à 18 000 F CFA

Mais la situation semble ne pas être la même dans les établissements privés laïcs. Si Bila Dipama dit ne pas avoir reçu d’informations précises, le président de l’UNAPES-B (Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina), Vincent Congo, reconnaît qu’il y a eu des « cas d’augmentations».

Les APE sont invitées à ne pas augmenter les frais des APE jusqu'à la signature de la convention (Ph : Maxime K.)
Les APE sont invitées à ne pas augmenter leurs frais jusqu’à la signature de la convention (Ph : Maxime K.)

Ces augmentations, dit-il, sont  toutefois « spéciales » et sont liées à des « charges » et « projets »  ponctuels à exécuter par les établissements.

Selon lui, les montants de ces cotisations vont de 5000 F CFA à 18 000 F CFA (comprenant une assurance (1000 F CFA), des frais de parking (2 000 F CFA), entre autres). Pourtant, indique le SG du MESS, les frais « acceptables » et établis par les textes vont de 2 000 à 5 000 F CFA.

Les tarifs de 2012-2013 maintenus  jusqu’à la signature de la convention

Bila Dipama, relayant la décision des autorités en charge l’Education, a demandé que les tarifs ne connaissent plus d’augmentations et qu’ils ne soient appliqués que les frais décidés pendant l’année scolaire 2012-2013.

« Il conviendrait de maintenir les tarifs de l’année scolaire 2012-2013 et qu’il n’y ait pas d’augmentations de frais APE en 2013-2014, et cela jusqu’à nouvel ordre », a-t-il dit.

Pour ce qui concerne les cotisations spéciales dont a parlées le président de l’UNAPES-B, le Secrétaire général du MESS a demandé qu’elles cessent dès que les problèmes pour lesquels elles ont été décidées ont été résolus.

Pour le reste, Bila Dipama a informé de la signature prochaine (avant la fin du mois d’octobre) d’une convention entre les Associations des parents d’élèves et les ministères en charge de l’Education.

Cette convention servira, de son avis, de « cadre nouveau  pour mener des débats avec les APE» et « prendre des décisions consensuelles ».

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

5 commentaires

  1. Bjr. Y à t il un arrêté qui intrdit les cotisations spéciale? Si Oui je souhaite avoir des éclaircissements. Je suis membre d’un bureau ape à garango. Merci.

  2. C’est quoi cette decision qui s’apparente ? de la n?gociation avec des spolieurs du peuple. On dit qu’au Burkina on ne respecte plus l’autorit? mais la question que je pose est de savoir si l’autorit? elle m?me s’accorde du respect. C’est dommage pour mon pays, car nos dirigeants ne savent se prononcer que quand il s’agit de valider les decisions impopulaires de tenant du pouvoir.

  3. En plus des cotisations des APE, il faut que les autorit?s du MENA regardent aussi au niveau des Etablissements qui en plus des tenues scolaires ont instaur? ce qu’on appelle les KITS (Kits complets ou minimums). C’est le cas du Groupe Scolaire Academie o? le prix du kit complet fait 65 mille et le kit minimun fait 18 mille. Il est fait obligation d’acheter le kit minimun en sus des frais de scolaires. Chose bizare, les ?l?ves qui n’ont pas pu acquerir le kit complet qui fait 65 mille , en sus de la scolarit? ne sont pas dans les m?mes classes que sont ceux qui ont acquis le kit complet et ce que le fondateur raconte l’accent sera mis dans les classes o? les ?leves ont achet? le kit complet. or ? ce que je sache jusqu’? preuve de contraire c’est les frais de scolarit? qui sont obligatoires et l’enseignement egal ? tous.

  4. Vraiment c’est de l’anarchie et l’abus dans les ?tablissements priv?s la?cs. L’Etat doit s?vir contre ces commer?ants d’un autre ?ge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page