Économies africaines: une croissance solide sans réel impact sur la pauvreté

137 0

Malgré une croissance économique et solide, la pauvreté et les inégalités demeurent à un niveau inacceptable. C’est le constat fait par les économistes pour la région africaine de la Banque Mondiale, dans un rapport lancé ce lundi 07 octobre, le 2e rapport de l’année 2013 sur les perspectives économiques du continent.

Le volume 8 d’Africa’s Pulse, rapport semestriel qui analyse les perspectives économiques pour l’Afrique, a été lancé ce lundi 07. A l’occasion, les journalistes de plusieurs pays africains ont pu échangé par visioconférence avec les économistes pour la région Afrique de la Banque Mondiale, auteurs de ce rapport.

Le rapport note une croissance économique solide en Afrique qui devrait atteindre 4,9% en 2013. En effet, l’Afrique est de plus en plus prisée par les investisseurs privés et les touristes, deux secteurs qui pèsent beaucoup dans la croissance actuelle. Mais malgré cette croissance, constate Africa’s Pulse, la pauvreté et les inégalités demeurent à un niveau inacceptable: « l’Afrique a connu cette dernière décennie une croissance plus importante que la plupart des autres régions, mais l’impact de cette croissance sur la pauvreté est bien moindre que ce que nous aurions souhaité », a déclaré Francisco Ferreira, économiste en chef par intérim pour la région Afrique de la Banque.

-

Selon Makhtar Diop, vice-président de la Banque Mondiale pour l’Afrique, une croissance soutenue sur le long terme permettra de réduire la pauvreté, mais chose encore difficile car les pays africains sont confrontés à des risques internes et externes tels que les désastres naturels et les conflits. Il y a une nécessité de combiner les efforts de paix et de développement, conclu-t-il.

Investir plus dans l’agriculture pourrait également permettre à la croissance d’avoir un impact direct sur les plus pauvres, soutiennent les économistes de la Banque Mondiale. En effet, même si les exportations de matières premières ont atteint 144 milliards de dollars en 2012, « leur forte dépendance envers une seule ou un nombre limité de matière(s) première(s) rend les pays d’Afrique riches en ressources vulnérables aux importantes fluctuations du prix de ces matières premières » souligne Punam Chuhan-Pole, co-auteure d’Africa’s Pulse et économiste principale pour la région Afrique de la Banque Mondiale.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 1 commentaire

  1. Bonjour,
    Merci de nous partager ces informations. Une erreur s'est gliss?e dans votre note introductive. Ainsi vous notez : la pauvret? et les in?galit?s demeurent ? un niveau "acceptable". Or les auteurs citent "inacceptable". Pour certains c'est un lapsus par contre pour d'autres ce peut para?tre de la moquerie ou de l'ironie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre