Le Trésor public burkinabè lance un emprunt obligataire au taux d’intérêt de 6,5%

645 0

Le Trésor public burkinabè veut mobiliser 55 milliards de francs CFA à travers un emprunt obligataire par appel public à l’épargne, lancé officiellement ce jeudi 10 octobre.

-

 55 milliards de francs CFA. C’est le montant indicatif de ressources complémentaires que le Trésor public burkinabé veut mobiliser en lançant son emprunt obligataire par appel public à l’épargne. Dénommé « Trésor Public du Burkina Faso, 6,5% 2013-2020 », l’opération vise à permettre un équilibre financier du Budget de l’État, et le financement de projets porteurs dans le cadre de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD).

L’emprunt a été lancé ce jeudi sur le marché financier de l’UEMOA pour une durée de 7 ans, dont 2 ans de différé, et les personnes morales et physiques intéressées peuvent souscrire jusqu’au 14 novembre 2014. D’une valeur unitaire de 10 000 frans CFA, les obligations seront cotées à la bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM). Elles sont exonérées d’impôts pour les résidents au Burkina Faso.

C’est la troisième opération d’emprunt obligataire par appel public à l’épargne lancée par le Trésor public burkinabè sur le marché régional, après 2003 et 2011. « Au regard de la rareté des ressources au plan international, le recours au marché financier régional constitue une source alternative sure pour le financement de nos économies » a indiqué le Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, Moumounou Gnankambary.

Pour le Trésor Public qui encourage les nationaux, notamment les personnes physiques, à souscrire massivement, l’emprunt obligataire poursuit aussi l’objectif d’intéresser le public au programme d’investissement, en leur donnant les moyens d’y contribuer. Ce d’autant plus que le taux d’intérêt proposé est attractif et se situe au-delà de ce que proposent les banques de la place.

Mais surtout, le Trésor Public et la Société burkinabé d’intermédiation financière (SBIF), chef de file du syndicat de placement pour l’opération, veulent rassurer: il n’y a pas de risques, les dettes souveraines étant les plus sûres.



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *