Rapport 2012 de l’ARMP : 1 884 marchés publics approuvés

328 0

L’autorité de régulation des marchés publics (ARMP) a organisé le vendredi 11 octobre 2013, une conférence presse, dont l’objectif est de faire l’économie du rapport d’activité de 2012 qui a été remis aux plus hautes autorités du pays.

Les responsables de l'ARMP président la conférence de presse (Ph:Sidwaya)
Les responsables de l’ARMP qui ont présidé la conférence de presse (Ph:Sidwaya)

Afin de permettre aux hommes de médias d’avoir le baromètre du secteur des marchés publics en 2012,  un cadre d’échange a été organisé le vendredi 11 octobre 2013 par l’ARMP.

Pour le président du Conseil de régulation de  l’ARMP, Justin Jean-Baptiste Bouda, en ce qui concerne la situation du secteur des marchés publics, le rapport selon les statistiques indique  que 1884 marchés publics ont été approuvés en 2012 pour un montant de 247 532 285 814  de francs CFA, contre 166 996 862 671 de francs CFA en 2011.

  Il poursuit que sur l’ensemble de ces marchés, 89,7% ont été passés par une procédure d’appel à concurrence, traduisant ainsi l’effort de respect des principes fondamentaux reconnus en matière de marchés publics. Selon la nature de la prestation, 1145 marchés ont concerné les équipements, les fournitures et les services courants, 500 pour les travaux et 239 pour les prestations intellectuelles.

Les journalistes ont répondus nombreux à l'invitation de l'ARMP (Ph:Sidwaya)
Les journalistes ont répondus nombreux à l’invitation de l’ARMP (Ph:Sidwaya)

Il souligne que l’ARMP a noté que le pourcentage des marchés conclus dans le délai de validité des offres est  passé de 59,85 en 2010 à 92,98 en 2011, puis à 96,76% en 2012. « Ces chiffres traduisent une réduction continue des délais de passation des marchés publics », a affirmé Justin Jean-Baptiste Bouda.

Des difficultés  

L’année 2012 a été marquée par la poursuite des activités entamées en 2011 et la réalisation de nouvelles activités. On peut citer, entre autres, la finalisation de l’avant-projet de loi sur les marchés publics et ses textes d’applications, la mise en place du numéro vert de l’ARMP, l’organisation d’un atelier d’échanges avec la société civile et la validation d’une étude relative à la définition des modalités de contrôle.

Par ailleurs, ces activités ont contribué non seulement à renforcer la qualité du système des marchés mais aussi à améliorer la visibilité de l’ARMP, déclare son président.

Cependant, des difficultés résident au sein de toute institution. Justin Jean-Baptiste Bouda n’a pas manqué d’évoquer l’absence de statut du personnel, du secrétariat permanent, la faible capacité d’accueil due à l’absence de siège de l’ARMP et l’absence de ressources pour le financement des missions d’audits indépendants. Il a  insisté sur le comportement de certaines entreprises qui alimente les pratiques frauduleuses.

L’ARMP est une autorité administrative indépendante. Elle a pour mission la régulation des marchés publics et des délégations de service public ainsi que le règlement non juridictionnel des différends. Elle dresse chaque année un rapport de ses activités.

Sandrine Ashley GOUBA

Pour Burkina24

sandy

Journaliste chargé des affaires en société et développement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre