Electricité : la banque mondiale octroie 26 milliards de F CFA au Burkina

515 3

MEF-Banque_mondiale-1a08eLe Ministre de l’économie et des finances du Burkina Faso, Monsieur Lucien Marie Noël BEMBAMBA et la Représentante résidente de la Banque Mondiale dans notre pays, Madame Mercy TEMBON, ont signé le mardi 8 octobre 2013 au siège de l’institution à Washington D.C. aux États Unis d’Amérique, un accord de financement pour le projet d’appui au secteur de l’électricité (PASEL) d’un montant de 52.87 millions de dollars US.

La cérémonie s’est déroulée en présence de l’Ambassadeur Seydou BOUDA et la délégation du Burkina Faso aux assemblées annuelles du FMI et de la Banque Mondiale. Son démarrage est prévu pour décembre 2013.

L’accord ainsi paraphé permettra, selon le Ministre de l’économie et des finances, d’améliorer notamment l’accès à l’électricité, le renforcement de la sécurité, de son approvisionnement ainsi que sa meilleure utilisation dans les zones ciblées par ce projet, notamment Fada N’Gourma et Ouahigouya.

Dans ces zones, a-t-il expliqué, il est prévu l’acquisition et l’installation de deux turbines diésel de 7,5 MW chacun afin d’y faire face à l’accroissement rapide de la demande. Ce projet permettra aussi la connexion à l’électricité de quarante (40) localités du pays.

Le Ministre BEMBAMBA a saisi l’occasion pour adresser ses remerciements à la Banque Mondiale pour sa constante contribution au développement économique et social de son pays particulièrement son soutien à la mise en œuvre de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCAAD) du Burkina Faso, s’étalant sur la période 2011 à 2015.

Pour la Représentante résidente de la Banque Mondiale au Burkina, la signature de ce projet de financement ainsi que cinq autres accords conclus depuis de début de l’année 2013 avec le Burkina Faso s’inscrivent dans le cadre du soutien de la politique de développement économique et social de ce pays, en particulier, l’amélioration des conditions de vie des populations par un meilleur accès aux infrastructures de base, dont l’énergie électrique.

Plus généralement, le projet vise à contribuer à l’objectif poursuivi par le gouvernement de faire passer le taux d’accès à l’électricité du pays de 18% en 2007 à 60% à la fin du projet, en 2014.

Pierre WAONGO Attaché de presse Ambassade du Burkina Faso/Washington D.C Communiqué de presse NB:la titraille est de la rédaction



Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. Ouahigouya, Fada N’Gourma oui! Et les nombreux quartiers de Ouagadougou sans ?lectricit??
    Pour le raccordement chaque m?nage ? Ouaga doit payer environ 250 000 FXOF par poteau ?lectrique. Sommes nous actionnaires ? la SONABEL ou simple consommateur? Le m?me poteau est pay? plusieurs fois par diff?rents demandeurs. Quelle arnaque!

  2. Eh?! Je pensais que l’heure ?tait ? l’abandon progressive des centrales thermiques au BF. Le p?trole est trop cher pour nous pour etre utilis? pour produire de l’?lectricit? et vendre. Le kilowattheure demeurera toujours tr?s cher pour nos bourses

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *