Thomas Sankara : 26 ans après, les gens s’en souviennent

571 3

Le 26ème anniversaire de l’assassinat du capitaine Thomas Sankara et de ses 12 compagnons a été commémoré ce mardi 15 octobre à Ouagadougou. La cérémonie de dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe de l’ancien président a connu cette année la participation du mouvement le Balai Citoyen, désormais engagé sur le front de la Justice pour Thomas Sankara.

Une vue des leaders politiques sankaristes
Une vue des leaders politiques sankaristes

Le 15 octobre 1987 Thomas Sankara et 12 autres de ses camarades ont été fauchés par des balles assassines. 26 ans après, le monde entier s’en souvient toujours, notamment les Burkinabé.

Pour saluer la mémoire de ces martyrs, un grand monde a encore effectué ce que l’on peut désormais appeler pèlerinage, marqué notamment par le dépôt d’une gerbe de fleurs et des discours.

Dans un discours aux relents révolutionnaires, le vice-président du comité d’organisation, Malick Sawadogo a dénoncé l’attitude de la justice burkinabé dans l’affaire de l’assassinat de Thomas Sankara. Cependant, il est persuadé que le peuple déterminé et mobilisé rendra la vraie justice à Thomas Sankara et à ses compagnons, tôt ou tard.

Mariam Sankara, représentée à la cérémonie, a rappelé que cette journée de mémoire n’est pas seulement le souvenir de l’homme, mais celui de ses idées et de son œuvre, qui représentent une source d’inspiration pour l’Afrique militante et les forces de progrès à travers le monde.

« Nous sommes revenus pour manifester notre refus de l’assassinat du Président Sankara. Le but commanditaire de cet assassinat était de détourner le Burkina de la voie de la souveraineté, de la dignité et du développement réel pour lequel le pays aspirait », a-t-elle soutenue.

Le Balai citoyen, un nouveau souffle pour la commémoration

Me Bénéwendé Stanislas Sankara, dans son discours au nom des partis politiques sankaristes, s’est livré à une plaidoirie en défense de ceux-ci, soulignant néanmoins et une fois de plus l’impérieuse nécessité pour eux de s’unir avant 2014.  C’est la seule façon, à ses yeux, de conquérir le pouvoir d’Etat et de faire triompher les idées de Sankara.

Smockey du Balai Citoyen, livrant le message du mouvement.
Smockey du Balai Citoyen, livrant le message du mouvement.

Dans ce combat, il faut compter désormais avec le mouvement Balai Citoyen qui a redonné du souffle à la commémoration de l’anniversaire de Thomas.

Pour l’artiste Smokey, le co-fondateur du mouvement, la tombe de Sankara ne doit pas rester un lieu ou on vient pleurer et repartir sans suite. Dans la lutte pour obtenir justice à Thomas Sankara, le mouvement entend peser désormais de toute sa force, en l’occurrence son nombre, comme l’indique son slogan: “Notre nombre est notre force”.

Sandrine Ashley GOUBA

Pour Burkina 24  

Document : DISCOURS DU 15 OCTOBRE 2013

sandy

Journaliste chargé des affaires en société et développement

Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. Il est admis un SANKARISME qui est un IDEAL, le “COMPAORISME” n’a pas ?t? admis mais la “COMPAOROSE” est admise qui veut dire DEAL.

  2. La vision du camarade Thomas ?tait pour tout un continent et non seulement pour le Burkina. M?me mort notre soutient a ses id?es aidera ? savoir toute la v?rit?, et ses assassins vivants ou morts seront jug?s. Notre camarade n?avait qu?une seule parole, une seule action : sauver l?Afrique de l?imp?rialisme et veiller ? son d?veloppement. J??tais a cette 26e anniversaire, et les souvenirs de ce 15 Octobre 1987 me rappelle les mots d?un t?moignage ??ils ont enterr? Tom comme un chien et s?il avait plu ce jour, la pluie aurait tout emport? comme le sang du Christ.?? Pour Tom, l?honneur ?tait au peuple et non pour un parti corrompu, le pouvoir ?tait au peuple et non ? un individu corrompu, la gloire ?tait au peuple et non ? un individu cam?l?on. Continuons la lutte pour d?truire les racines de l?imp?rialisme qui encouragent la corruption dans notre pays. Thom repose en paix.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *