Ouaga : Sit-in à l’inspection du travail après l’agression d’un agent de liaison

919 17

Les agents de la Direction régionale du travail et de la sécurité sociale (DRTSS) du Centre ont observé un sit-in dans la matinée de ce 17 octobre 2013. Ils protestent contre l’agression d’un de leurs collègues dans l’exercice du travail et en profitent pour demander de meilleures conditions de travail, notamment sur le plan sécuritaire.

Les Inspecteurs du travail demandent plus de sécurité dans leur travail (Ph : B24)
Les Inspecteurs du travail demandent plus de sécurité dans leur travail (Ph : B24)

Le fonctionnement de la DRTSS du centre à Ouagadougou a été perturbé ce jeudi 17 octobre jusqu’à 12h par un sit-in des agents. « Inspection du travail : Pas de sécurité, pas de travail », pouvait-on lire sur une pancarte improvisée accrochée au portail de l’immeuble.

Les raisons de ce mouvement d’humeur, c’est Joël Santouma, inspecteur du travail et représentant ses collègues, qui les donne. Tout est parti de l’agression d’un agent de liaison dans l’après-midi du 16 octobre 2013 dans les locaux d’une entreprise de la place, EDYF/WP, alors qu’il y est allé porter une convocation à une séance de conciliation avec une employée licenciée, explique  Joël Santouma.

« Ils m’ont dit de me mettre à genoux »

« Le PDG a refusé de prendre la convocation », raconte D.M, l’agent de liaison en question. Il indique avoir été séquestré dans le bureau du PDG, avec l’aide de trois de ses agents, puis frappé par le maître des lieux. « Ils m’ont dit de me mettre à genoux, et j’ai refusé », ajoute D.M.

Le PDG a ensuite appelé la gendarmerie, mais avant leur arrivée, le Directeur régional et quelques uns de ses collaborateurs, accompagnés par la police (BAC), sont arrivés sur les lieux, après avoir été alertés par l’agent, qui a pu enfin être « libéré ».

Le difficile travail des Inspecteurs du travail

Les agents de l'Inspection du  travail étaient en sit-in ce 17 octobre 2013 (Ph : B24)
Les agents de l’Inspection du travail étaient en sit-in ce 17 octobre 2013 (Ph : B24)

Joël Santouma indique que ceci illustre les difficultés rencontrées par les agents de l’Inspection du travail dans l’exercice de leurs fonctions. Il chiffre à 4 ou 5 le nombre d’agressions de ce type cette année, sans compter les agressions verbales dont sont victimes les inspecteurs dans leurs propres bureaux.

« L’agent n’a pas dit que c’est l’Inspection du travail qui l’envoie »

Le PDG de l’entreprise incriminée a indiqué à Burkina 24 qu’il reconnaît avoir tenté de gifler l’agent de liaison. Mais il rejette la faute de son acte sur ce dernier. « Quand il est venu, il ne m’a pas dit que c’est l’Inspection du travail qui l’a envoyé, il ne m’a montré aucune pièce indiquant qu’il est de ce service. Il a juste dit qu’il a été envoyé par un parent du mari de mon ex-employée pour venir me remettre une convocation », explique le PDG d’EDYF/WP.

Il lui  a donc dit d’aller remettre la convocation à son expéditeur. L’agent aurait alors appelé son « commanditaire » qui lui a indiqué de poser la convocation sur la table du PDG. C’est en voulant s’exécuter que le maître des lieux  a alors essayé de gifler l’agent. « Puis, j’ai dit aux enfants de le faire sortir de mon bureau », ajoute-t-il. Mais le PDG nie le reste des faits en bloc. « Nous ne l’avons pas frappé », dit-il, mais il reconnaît que devant l’entreprise, l’agent a été bousculé et son habit a été déchiré. Il a alors appelé la gendarmerie qui est venu constater les faits, en présence de la BAC et des collègues de l’agent de liaison.

Pour le reste, il indique que l’employée (qui était juste liée par un contrat verbal) avec qui il est en conflit a juré de  « le détruire » après son licenciement, qui est intervenu après le refus de celle-ci de participer à une réunion. « Je ne suis pas contre l’Inspection du Travail, mais je suis contre la convocation du parent du mari de mon ex-employée, ce n’est pas une histoire de famille », se défend le PDG qui se dit être disposé à recevoir une prochaine convocation de l’Inspection du Travail.

A.Z

 

Contacté, le Secrétaire général du  ministère de la Fonction publique, Koudbi Sinaré, dit être au courant de l’affaire, puisque c’est son véhicule qui a été utilisé pour aller « libérer » l’agent de liaison. Mais il informe que le ministère attend d’avoir toutes les informations sur l’affaire avant d’y donner suite. Quant aux conditions sécuritaires du travail, le SG indique que son département en est conscient et que des mesures seront envisagées.

En attendant, les agents affirment qu’une plainte sera déposée contre le présumé agresseur.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 17 commentaires

  1. c'est vraiment deplorable. pour un responsible c'etait vraiment pas l'attitude a adopter meme s'il etait en droit de se defender. voila donc une reaction qui risqu? de nuir a sa reputation. l'agent de liaison lui je croit que c'est une ingerence dans une affaire privee. c'est un peut trop ose une pareille reaction. en somme je croit qu'une enquete devrait etre mene en toute legalite pour y voir un peut plus clair car des parties il ya un coupable et un innocent a decouvrir. force reste donc a la justice.

  2. vous savez les agents de la fonction publique n'ont aucun document en leur possesion il va de soit que ces genres actes arrivent aux agents. l'Etat doit revoir les conditions de travail des agents mais avant tout l'entreprise doit ?tre sanctionner

  3. Je souhaite que la conciliation soit exclue en tant que ?tape essentielle de r?solution des conflits de travail. Ailleurs, c’est le tribunal du travail qui est saisi directement le cas ?ch?ant. Sous ces cieux, le r?le du personnel de l’inspection du travail est le contr?le et les conseils techniques. Cela ?viterait le client?lisme bien que certains agents font de fa?on responsable leur travail.

  4. Je suis choqu? par le comportement de ce PDG abruti. L’appel ? un boycotte syst?matique de tous les produits EDIF/WP par tous les Burkinab? car ce n’est pas une entreprise citoyenne.

  5. L’attitude du PDG peut para?tre condamnable mais pouvons-nous nous emp?cher de faire de l’auto critique?Non!
    Les agents de liaisons ont aussi besoin de formation pour s’adapter aux nouvelles donnes. Ils devrait trouver des cadres de concertations afin de leur permettre de revoir dans quelles mesures accro?tre leur performance avec plus de professionnalisme. Malheureusement, les formations ne sont organis?es que pour les directeurs. Ils savent si bien le faire dans nos minist?res et s’entre invitent ? tour de r?le juste pour emmarger. D’ailleurs l’agent de liaison ?tait-il dans l’obligation de remettre directement le plis au PDG?
    N’aurait-il pas ?t? plus professionnel de laisser le courrier au secr?tariat contre la signature du bordereau de transmission?

  6. M. le PDG, Quelqu’un que vous ne connaissez vous tend une convocation; pour moi, la bonne mani?re serait de prndre la convocation et de savoir de quoi il s’agit et non de sequestrer l’agent. Du reste, vous demandez ? cet agent de se mettre en genou pour vous remettre ladite convocation; on’est dans quel si?cle? et d’ailleurs est ce une obligation? si vous aviez pris la convocation, vous sauriez quelle venait de l’inspection du travail. Pour votre gouverne, sachez qu’un contrat de travail peut ?tre verba (cas du CDI). Par ailleurs votre attitude montre comment vous traitez vos salari?s.

  7. Enfin l’Inspection du travail r?agi face ? des comportements malsains de certains chefs d’entreprise qui pensent ?tre au dessus des lois car ils sont amis de tel ou tel grand du pouvoir!!!!!

  8. M?me l’agent ne s’est pas pr?sent?, ce n’est pas pour autant que PDG doit le traiter comme un animal. Ce n’est pas acceptable ce comportement animal de la part du PDG. Il doit pr?senter des excuses ? l’agent en question. Apr?s il doit r?pondre de son acte en justice, car le pardon n’exclue jamais la justice.

  9. Ce PDG doit d?missionner imm?diatement car sa r?action montre clairement qu’il est irresponsable. Un responsable int?gre doit agir, au lieu de r?agir comme l’a fait ce PDG. J’encourage la plainte des agents contre l’agresseur. L’impunit? ne peut pas continuer dans notre pays.

  10. Il ment ce gars! devant m?me la Police et le Directeur R?gionale du travail, il a refuser de lib?rer l’agent.

  11. Ce PDG doit ?tre puni pour son acte qu’il vient de commettre. IL ne sait pas lire? Il aurait d? lire la convocation.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *