Agression d’un agent du ministère de la Fonction publique : « Inacceptable », selon Vincent Zakané

679 6

Un agent de liaison de la Direction régionale de la Fonction publique, du Travail et de la sécurité sociale, a été “séquestré” par un responsable d’une entreprise de la place alors qu’il était venu lui remettre une convocation à une séance de conciliation.

Le ministre de la Fonction publique Vincent Zakané juge cette agression "inacceptable" (Ph : B24)
Le ministre de la Fonction publique Vincent Zakané juge cette agression “inacceptable” (Ph : B24)

Le ministre  de la Fonction publique, Vincent Zakané, interrogé lors d’une conférence de presse ce 19 octobre 2013, a exprimé ses « regrets  pour ce qui s’est produit ». Il a jugé « inacceptable » qu’«un agent de la fonction publique mandaté par un Inspecteur du travail » ait  été « séquestré, molesté ».

Il indique que le ministère va réagir. « L’administration ne restera pas les bras croisés. (…) Les procédures administratives et judiciaires seront engagées sans tarder », a-t-il affirmé.

Le ministre ajoute par ailleurs que la procédure de conciliation enclenchée sera également poursuivie. « La convocation doit être portée pour que l’employeur puisse répondre pour permettre de mettre en œuvre la conciliation engagée ».

« Je les ai compris »

Cette situation a entraîné un mouvement d’humeur des agents de la Direction qui réclament plus de sécurité dans leur travail.

« Je les ai compris », déclare leur ministre, qui a indiqué les avoir rencontrés. Il a également reconnu que les Inspecteurs, les contrôleurs de travail et leurs auxiliaires, et ce sur tout le territoire, travaillent dans de mauvaises conditions sécuritaires de travail.

Des mesures seront prises pour régler ce déficit. « Avec les services de sécurité, nous allons discuter davantage des voies et moyens nécessaires pour renforcer le dispositif actuel de sécurité et au besoin, prévenir de telles situations », a promis Vincent Zakané.

Cliquez sur l'image pour lire la vidéo
Cliquez sur l’image pour lire la vidéo

Il n’a pas manqué d’interpeller les « partenaires », c’est-à-dire les employeurs, à plus de collaboration, de coopération et de civisme dans les procédures de conciliation entreprises par l’inspection du travail pour régler les différents conflits avec leurs employés.

Lire aussi :

Ouaga : Sit-in à l’inspection du travail après l’agression d’un agent de liaison



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 6 commentaires

  1. le Sankarisme est admis car c’est un IDEAL, le compaorisme n’est pas admis, la compaorose est admise, ?a veut dire DEAL. Cher Honest demandes ? ce commer?ant s’il n’est pas “FEDAP-BCien”? et tu comprendras.

  2. Le compaorisme se d?cline et tombera lamentablement tr?s bient?t. L’aube nouvelle viendra. D?sormais pas de laisser aller, pas d’impunit?, pas de cadeau du tout. On fera les fun?railles du libertinage compaoriste, et d?s lors toute personne sera responsable de son acte: c’est ?a la libert? des ?tres humains.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *