Burkina : Les chefs coutumiers exposent leurs problèmes au gouvernement

735 15

Une délégation de neuf rois et de chefs de canton a eu une rencontre avec des membres du gouvernement dirigés par le Premier ministre burkinabè, ce jour 22 octobre 2013 au Palais présidentiel de Kossyam à Ouagadougou. Les chefs coutumiers ont exposé les problèmes de la chefferie traditionnelle à l’exécutif burkinabè.

Les chefs coutumiers ont rencontré les membres du gouvernement pour expliquer leurs problèmes (Ph : B24)
Les chefs coutumiers ont rencontré les membres du gouvernement pour expliquer leurs problèmes (Ph : B24)

Ils sont neuf rois et chefs de canton, accompagnés d’une forte délégation, à franchir le perron du Palais présidentiel de Kossyam ce mardi matin.

Il s’agit du Mogho Naaba, du Roi du Gulmu, du roi de Ouahigouya, du Dima de Boussouma, du chef de Tenkodogo, du représentant du Chef des Bobo-Mandarin et des Chefs de cantons de Banfora, Dédougou et Dakola.

Ils ont été reçus par Luc Adolphe Tiao, Premier ministre, et quelques membres de son gouvernement. Le Mogho Naaba explique qu’ils ont sollicité cette rencontre lors des concertations sur le Sénat que le Président du Faso a initiées au mois de septembre dernier. Il s’agit pour les chefs coutumiers d’exposer au gouvernement les préoccupations qui sont les leurs.

Régler la question des querelles de chefferie

Même si lesdites préoccupations n’ont pas été nommément dévoilées à la presse, il peut être noté les différentes et régulières querelles de chefferie qui essaiment au Burkina, dont la dernière en date est celle de Tenkodogo.

Le Mogho Naaba remettant les préoccupations de la chefferie coutumière au Premier ministre (Ph : B24)
Le Mogho Naaba remettant les préoccupations de la chefferie coutumière au Premier ministre (Ph : B24)

Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a d’ailleurs relevé ce fait et demandé l’accompagnement des chefs traditionnels  pour « régler et apaiser les conflits  qui deviennent de plus en plus récurrents autour des successions de chefferie ». Et cela au regard des potentiels risques que renferment ces conflits.

« Si nous ne prenons garde, ces crises pourraient à terme saper les bases de votre autorité et ouvrir une ère d’instabilité dans nos régions », a prévenu le Chef du gouvernement.

Au sortir de la rencontre, le Mogho Naaba a indiqué que les préoccupations de ses pairs ont été expliquées au gouvernement et la décision a été prise de trouver un cadre d’échanges autour de ces problèmes, afin, dit-il,  de « trouver des solutions pour garantir la paix et la stabilité au Burkina ».

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 15 commentaires

  1. Les coutumiers doivent faire part aux autorit?s de leurs r?gles de Chefferie pour ne pas aller ? l’encontre des lois dans un ?tat de droit.les Catholiques ont des r?gles pr??tabli depuis le Vatican reconnu par l??tat italien,par cons?quent il n’ont plus besoin de trop discuter avec notre ?tat.La r?alit? du Burkina est unique au monde c’est ce que dieu nous a donn?.Entendons nous pour b?tir notre fi?re patrie.
    VIVE LES NABA.

  2. Le chat qui se mord la queue.C’est ce que je voie dans mon pays.X r?solve les probl?mes ? y et y r?solve les probl?mes ? X.Mais si X ne trouve pas de solution ? ses probl?mes, je me demande si Y pourra le faire

  3. mes chers fr?res ce n’est pas la bagare; vs comprenez que c’est parceque ns ne voyons pas pas les boites de garibou de nos coutumiers que ns ns acharnons sur ns m?me .en verit? qu’est-ce qu’ils dit de fondamental.ils pouvaient ^^etre aussi claire com le clerger.rester sur sa positionet c’est tout.est-ce que les chretiens ont des tiquets pour se rendre ? rOme?

  4. la d?marche des Chefs coutumi?res est ? saluer. cependant il faudrait reconnaitre qu'ils sont et seront toujours les premiers acteurs dans la r?solution de crises inh?rentes ? la chefferie. pour ce faire, ils devraient davantage ?uvrer ? redorer leur blason.

  5. Oui mes chers amis, pour les chefs traditionnels il n’ ya qu’une voie pour eux, pour esperer recouvrer le respect que leur nous vouons avant. Pour cela ils devraient arr?ter de faire de la politique.

  6. J’aimerais demander ? mr Zaida s’il connait bien l’histoire de notre pays. Le burkina faso regroupe plus de 60 ethnies. A l’allure o? vont les choses ces politiciens et ces soit disants chefs coutumiers vont mettre le pays ? feu et ? sang.
    Je te demande zaida, si tu n’as rien ? dire tais toi.

  7. Que les chefs coutumiers disent ? Blaise ceci: si la succession d’un chef coutumier qui apparemment concerne une famille d’une ethnie donn?e pose probl?me, ce n’est pas le choix du successeur d’un pr?sident comme le notre de tout un pays qui ne posera pas de probl?mes s’il tient ? rester au pouvoir jusqu’? son dernier souffle.

  8. Non mon fr?re ce que nous voyons l? on va le dire. Quels coutumiers? Je ne me sens repr?sent? l?bas par aucun d'eux et cela vaut pour beaucoup de Burkinab? et m?me toi. Je suis fiers de relever du Lall? et je ne vois rien du Lall? labas! c'est pour ?viter ces frustrations qu'il faut que nous arr?tons notre double jeux, republicain le jour et monarchiste la nuit venue. Ou supprimer les textes relatifs au d?coupage du territoire et revenons aux Cantons, aux Cercles, voir au d?coupage post colonial. Qu'on arr?te de berner les gens, la r?publique ne sera jamais l'occasion pour certains d'arriver ? leur fin d'h?g?monie sur d'autres. On se comprend bien et tu sais de quoi je parle. Le Burkina n'est pas un royaume!

  9. Article 84 de la constitution
    Le Parlement (entendez SENAT et ASSEMBLEE NATIONALE)vote la loi, consent l?imp?t et contr?le l?action du gouvernement conform?ment aux dispositions de la pr?sente Constitution. Chefs coutumiers, le peuple vous demande une seule chose: PAS DE REPR?SENTANTS AU S?NAT au nom de la chefferie traditionnelle.

  10. Tr?s bien. Les politiques demandent au coutumiers de r?gler les probl?mes politiques (s?nat), les coutumiers demandent aux politiques de r?gler les probl?mes coutumiers (chefferie), je comprend pourquoi dans mon pays ce sont les vendeurs d'essence qui r?glent les probl?mes de circulation, les ?tudiants qui se pr?occupent de la justice, les juristes qui g?rent l'or, etc. etc.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *