Lotissement au Burkina : une profonde réforme en vue

802 4

Les acteurs de chaîne de l’aménagement sont à la recherche de solution durables aux multiples problèmes de lotissement que connaît le Burkina Faso. A cet effet se sont ouverts ce jeudi à Ouagadougou, les états généraux sur le lotissement, autour du thème « nouvelles pratiques en matière d’aménagement urbain ».

-

La pratique des lotissements pourrait connaître une profonde réforme au Burkina. C’est l’objectif visé par les états généraux sur le lotissement, initiés par le Gouvernement: faire émerger de nouvelles pratiques en matière de lotissement pour résoudre définitivement le problème du foncier.

Au Burkina Faso, le lotissement a été pendant longtemps à l’origine de nombreuses tensions sociales et a favorisé un étalement chaotique des villes. Les problèmes récurrents de lotissement avait conduit le gouvernement à la suspension de toute opération de lotissement.

Il y a une « urgente nécessité de repenser les méthodes d’aménagement urbain, à un moment où l’image des maires est fortement écornée par des affaires de parcelles », a souligné le maire de la ville de Ouagadougou, Marin Casimir Ilboudo. Les états généraux, annoncés en janvier 2013, devraient ainsi permettre aux participants, élus locaux, acteurs de la société civile, professionnels de l’aménagement urbain, leaders d’opinion et partenaires techniques, de procéder à un diagnostic des aménagements urbains et d’élaborer une procédure innovante de mise en œuvre du lotissement.

Les participants ont été invités par le chef du Gouvernement à saisir l’occasion de ces 48 heures d’échanges pour faire des propositions de réformes en vue de faire émerger de nouvelles pratiques d’aménagement fondées sur un usage rationnel du foncier.

Plusieurs thématiques seront discutées au cours des ateliers et séances plénières. Entre autres, il sera abordé la thématique du dispositif réglementaire encadrant le lotissement, les stratégies de gestion des problèmes actuels issus des lotissements, les pratiques nouvelles d’aménagement urbain ou encore l’accès des femmes à la propriété foncière.

 Justin Yarga

Pour Burkina 24



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 4 commentaires

  1. Il y’a pleins de solutions seulement que le vrais d?sordre commence souvent dans les mairies, excusez moi du terme mais…..
    Il faut beaucoup associer la gestion du foncier avec la topographie et la nouvelle technologie.
    Toute personne voulant construire en zone non loti, devra se faire ?tre enregistr? avant de commencer.d?s que sa construction fini la maison doit ?tre enregistr? sur un plan.
    UNE SOLUTION POUVANT CONTRIBUER A LA R?SOLUTION DES PROBL?MES DES HABITATION SPONTAN?E.Du courage Messieurs les MAIRES,La victoire n’est pas loin.

  2. JE VAIS DEMANDER AU MAIRE CENTRAL.il y a combien de parcelle vide dans ouaga?combien de parcelle a usage d habitation transformee a autre chose?

  3. Je n’aime pas le mot “rationnel” en mati?re des probl?mes sociopolitiques. Pour les questions de ce genre comme les lotissements, on n’a pas besoin de rationnalit? encore puisque tout est mis en place d’une mani?re rationnelle pour que les forts mangent les faibles. Nous avons besoin de “raisonnabilit?”. Il faut savoir que le bon est tr?s diff?rent du Juste. Au Faso, il nous manque le c?t? moral car c’est le ventre qui r?gne depuis fort longtemps. Time is up. From now on we need a positive change.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *