Electrification rurale en Afrique : l’entrepreunariat des jeunes pour l’accès à l’électricité

409 0
-

Plusieurs acteurs du monde du développement de l’Afrique et de l’éducation étaient réunis ce jeudi 24 octobre 2013 dans la salle de conférence de l’hôtel Splendid à Ouagadougou. Ils ont, lors d’un atelier, mené des réflexions sur la question de l’électrification des communes rurales notamment du Burkina Faso et du Mali à travers un projet pilote.

La CCEUA, la Chambre de Commerce Union Européenne-Afrique, née de la volonté de jeunes de la diaspora africaine en Europe et soucieuse des potentialités inexploitées ou pas assez exploitées dans les pays sub-sahariens a organisé un atelier sur le thème : Programme Entreprenariat EU-Afrique en Electricité rurale. Partant du constat fort que l’Afrique, alors que ses ressources en énergies fossiles et renouvelables sont colossales, a le plus faible taux d’accès à l’électricité, surtout dans les zones rurales, les partenaires de l’éducation et du développement rural ont mené un certain nombre de travaux.

Une électrification rurale qui boosterait le développement efficient de nos campagnes

Au Burkina Faso, moins de 2% de la population rurale a accès à l’électricité. Au Mali le constat est plutôt encourageant : 17%. Beaucoup reste à faire du côté du Burkina Faso, où, électrifier nos compagnes serait la condition sine-qua-non du développement de ces localités-là, évitant entre autre un flux migratoire vers la ville, l’exode rural et les migrations de grande envergure.

Que faire sans formation ?

La question de la formation a fait partie des mots clés de cet atelier. Une formation sur deux niveaux. Des jeunes en réponse à la question de chômage et de sous-emploi et les moins jeunes, notamment ceux qui s’y connaissent déjà (la SONABEL, la Société Nationale d’Electricité du Burkina). Ce projet devrait permettre à terme, de disposer de formations certifiantes pour les jeunes en électrification rurale, de niveau CAP (Certificat d’Aptitude professionnel), CQP (Certificat de Qualification Professionnel) et BTS (Brevet de Technicien Supérieur).

Au sortir de cet atelier, des amendements ont été faits après les échanges, entre le président de la CCEUA, Mr Serguei OUATTARA et ses partenaires tels que le Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi, le Ministère des Mines et carrières des deux pays, EDF (Electricité de France), l’institut 2IE, le Fond de Développement de l’Electrification, l’Agence Malienne pour le développement de l’énergie Domestique et l’Electrification Rurale, la Banque Mondiale ainsi que les participants. A en écouter Mr Serguei OUATTARA, le self-employment des jeunes à travers ce projet sera un succès.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre