Ouaga : Dans les coulisses de Faso Academy

995 6

Faso Academy. L’émission de la Radiodiffusion télévision du Burkina-télé (RTB Télé) suscite passion, parce qu’adoptée par de nombreux spectateurs et téléspectateurs. Elle suscite également des critiques. Immersion dans les coulisses de Faso Academy, lors de la première demi-finale de l’édition de 2013, pour comprendre comment elle respire et trouver des réponses à certaines interrogations.

Deux candidats de Faso Academy sur le podium (Ph : B24)
Deux candidats de Faso Academy sur le podium (Ph : B24)

Vendredi 25 octobre 2013. Il est 19h30 dans les jardins de la RTB Télé. Un podium est installé devant la piscine. Un piano y fait face à un décor à dominante rouge et jaune, frappé des lettres « Faso Academy ».

Les techniciens se débattent avec leurs câbles. Derrière la scène, des candidats. « Ça va, juste un peu  stressé », lâche Emmanuel Paré, candidat de Koudougou pour les demi-finales de « Faso Academy ».

Echanges à bâtons rompus. La question de leur scolarité s’invite : « Faso Academy » empiète sur la période des cours à l’école. Les quelques candidats présents, majoritairement des élèves (sauf un étudiant en 4e année), reconnaissent ce fait.

Faso Academy et l’Académie : le débat

Ils indiquent que l’émission, qui continue à un mois après la rentrée des classes, n’est pas sans conséquence sur eux. Luc Tarbounou par exemple, candidat de Manga, déclare qu’il devra se résoudre à s’inscrire en cours du soir à Ouagadougou pour pouvoir passer son Bac.

Mais pour les autres, ils affirment que leurs parents sont compréhensifs de même que leurs chefs d’établissement à qui ils ont demandé des autorisations. Pour certains d’entre eux, les établissements ont prévu de leur faire quelque faveur pour qu’ils puissent se rattraper.

Les candidats reconnaissent toutefois qu’ils devront serrer la ceinture à la fin de « Faso Academy ». « C’est un choix, j’assume et je vais me battre »,  déclare le candidat de Manga. « Si on retourne et qu’on s’y met à fond, normalement on devrait pouvoir se rattraper », confie Willy Pascal, candidat de Ouahigouya et étudiant en 4e année.

Maguy Leslie OKA : "Faso Academy se déroule de juin à novembre" (Ph : B24)
Maguy Leslie OKA : “Faso Academy se déroule de juin à novembre” (Ph : B24)

 Les candidats ont sollicité néanmoins que le calendrier soit revu pour que l’émission reste cantonnée dans la période des vacances.

Un avis que Maguy Leslie OKA, la promotrice et animatrice principale de l’émission, ne partage pas. « Faso Academy n’est pas une émission de vacances, elle est prévue de juin à novembre », dira-t-elle à la fin de l’émission, précisant que les candidats étaient prévenus à l’avance.

En outre, elle ajoute que l’émission n’est pas ouverte qu’aux élèves et étudiants. « Il y a des menuisiers, et même des sages-femmes qui ont participé à Faso Academy », argumente-t-elle. « On ne pouvait pas prédire qu’il y aura des élèves à ce stade de la compétition  (demi-finales, NDLR) ».

Enfin, termine-t-elle, des écoles et instituts d’enseignement accompagnent Faso Academy. Elle cite notamment cet Institut renommé de la place qui offre des bourses aux finalistes de la compétition.

Smarty vainqueur, Greg en conquête

22h. L’émission commence. Elle se passe en direct. Les candidats sont présentés. Le jury aussi. Y figure Smarty, fraîchement lauréat du Prix Découvertes RFI. Maguy le mentionne. Smarty remercie les 7 000 voix qui l’ont fait gagner.

 Greg, Kunde du meilleur Espoir 2013, monte sur le podium. Il confirme qu’il est aimé du public. Il profite aussi annoncer qu’il est en lice, comme Smarty, dans une compétition. Abidjan Festival, catégorie Meilleur Espoir Afrique (Pour voter pour lui, cliquez ici : http://www.abidjan-festival.com/vote/iespoirmasculin ).

La compétition commence. Les candidats se succèdent aux différentes phases de la compétition. Le couple Paré Emmanuel et Eunice Goulla fait sensation sur l’interprétation du titre à succès de l’artiste Awa Boussim.

Membres du jury et pédagogues

Smarty (à d.) donnant des conseils à un des candidats à l'issue de l'émission (Ph : B24)
Smarty (à d.) donnant des conseils à un des candidats à l’issue de l’émission (Ph : B24)

00h. C’est la fin de l’émission. Les résultats sont proclamés. Smarty s’arrache difficilement des fans venus prendre une photo avec lui et trouve le candidat Tarbounou Luc, qui n’a pas semblé être  dans son assiette sur ce coup-ci.

« Quand tu sens que tu es fatigué, repose ta voix pendant les répétitions », lui dit Smarty. Les autres membres du jury, Elvire Bandé et Jacques Sankara, le rejoignent pour donner les mêmes conseils.

1h. Le jardin de la Télé retrouve sa sérénité.

Abdou ZOURE et Stella NANA

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 6 commentaires

  1. BRAVO A TOUTE L'EQUIPE DE REALISATION TELS QUE ANIMATEURS, JURY, CANDIDATS ET CEUX QUI SONT DANS L'OMBRE. MAIS FRANCHEMENT LA FINALE N4A ETE A LA HAUTEUR DE MES ATTENTES. JE N'AI PAS RETROUVE LES AMBIANCES EMOUVANTES DES ELIMINATOIRES

  2. Je pense qu’il y a quelque chose ? revoir ? la TNB. Je ne comprends pas que les premiers responsables de la plus grande vitrine de notre pays ne puissent pas d?finir clairement les objectifs des ?missions pour qu’elle puisse int?gre et s’adapter aux besoins r?els du pays. M?me si faso acad?mie n est pas une ?mission de vacances, force est de constater que plus de 80 pour 100 des candidats sont des ?l?ves ?tudiants et enseignant, a ce titre Je pense qu?il faut revoir les choses pour ne pas confondre le principal au secondaire. Merci

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *