Etats généraux sur les lotissements : Que le bât ne blesse pas à l’application

358 3

Les 500 participants des états généraux sur les lotissements au Burkina ont livré vingt (20) recommandations.

-

Des propositions intéressantes ont été faites (dont la hausse de la taxe de jouissance, l’instauration d’une taxe sur la propriété bâtie et non bâtie, la rigueur dans l’application des sanctions en cas de dérives, la lutte contre les habitats spontanés, un accompagnement conséquent de l’Etat aux communes et régions dans la gestion foncière).

Ouaga aura-t-elle bientôt des frontières ?

Parmi les plus importantes, on peut citer l’arrêt des lotissements à Ouagadougou et à Bobo pour permettre aux terrains déjà lotis d’être viabilisés (après l’apurement des passifs).  Une bonne nouvelle.

L’on commençait à se demander à quand la fin de l’expansion d’une ville comme la capitale du Burkina. Elle est si étendue qu’elle fait la moitié de certains pays, rendant problématique sa gestion, ne serait-ce que  sur le plan de son assainissement et de sa sécurisation.

Et les « non-lotis » ?

Cet arrêt, avec les autres recommandations en appui (taxe sur la propriété bâtie et non bâtie, par exemple), permettra peut-être de porter un sérieux coup à la spéculation foncière en forçant les attributaires de parcelles à les mettre en valeur et à ne pas les laisser comme en jachère ou comme un bœuf qu’on espère engraisser avec le temps.

Mais cet arrêt sera-t-il réellement définitif ? Si oui, elle sera plutôt mitigée, la réaction aux périphéries de Ouagadougou, par exemple, où on achète les « non-lotis » à tour de bras et où on attend fermement le passage des agents recenseurs.

L’autre proposition intéressante est l’appel à ne plus faire de discrimination dans l’application des différentes lois ou mesures prises dans le domaine du foncier. Il est heureux que cette ségrégation ait été indexée. Mais la meilleure façon de montrer qu’on l’a utilement dénoncée, c’est de commencer par l’appliquer.

Informatisation et équité

Enfin, la recommandation que l’on souhaite de tous les vœux voir adopter dans les meilleurs délais, c’est l’informatisation du système de la gestion des parcelles.

Ainsi pourrait-on voir poindre l’espoir de la suppression de la race des Burkinabè qui possèdent à eux seuls de nombreuses parcelles.  Nombreux seront les Burkinabè heureux d’assister enfin à une répartition équitable des lopins de terre.

Mais comme le ministre en charge des collectivités territoriales, Toussaint Abel Coulibaly, l’a lui-même reconnu,  et pour montrer qu’on n’a pas perdu du temps dans des palabres inutiles (une fois de plus), il faudra adopter des textes sur la base de ces recommandations et les appliquer sans exception.

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 3 commentaires

  1. Je pense que la solution n’est pas l’arr?t des lotissements.Pour le cas sp?cifique du burkina il faut fichier “claire” des lotissements afin de detecter ceux la qui ont plus deux parcelles et proceder au retrait syst?matique des autres et de les attribuer ? ceux la qui sont ? la recherche d’une et une seule parcelle.On ne peut pas comprendre que dans un m?me pays avec des citoyens jouissant des m?mes droits et devoir, que des hommes et femmes sans scrupule s’accaparent de tout les terrains,tandis que des citoyens honn?tes ? la recherche d’un lopin de terre pour se faire un abris n’y peuvent pas acceder. TROP C’EST TROP. Il faut sinc?rement un audit sur les lotissements en g?n?ral.

  2. Et ceux l? qui ont pay? de leur poche? de l’aregent acquis ? la sueur de leur front? ils ne doivent pas non plus ?tre brim?s ? ce que je sache… compliqu? tout ?a..

  3. Je pense que la solution n'est pas d?arr?t? les lotissements mais de viabiliser avant le lotissement. y a une g?n?ration d'inconsciente qui s'est accapar?e de tous les terrains de ouaga. il ne pouvait pas prendre autrement d?cision de suspendre et liquider leur millier de parcelle. oui a l?arr?t des lotissements , oui a un audit sur les anciens lotissements .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre