Mairie de Ouagadougou: le projet de budget 2014 en examen ce lundi

328 0

Le projet de budget 2014 de la commune de Ouagadougou est examiné par les conseillers municipaux réunis en session ce lundi. Un budget prévisionnel de plus de 24 milliards, soumis à l’approbation des conseillers.

Les conseillers lors de la session budgétaire ce lundi 28 octobre 2013. Ph. Burkina 24
Les conseillers lors de la session budgétaire ce lundi 28 octobre 2013. Ph. Burkina 24

24 191 842 646 F Cfa. C’est la prévision du budget primitif de la commune de Ouagadougou pour l’année 2014 en examen ce lundi. Le projet de budget présenté par la direction des affaires financières et du budget connait une hausse de 15% par rapport à celui de 2013.

La plus grande partie des ressources de ce budget primitif provient de la fiscalité, en l’occurrence la patente, la taxe de jouissance et de résidence. Les ressources propres s’élèvent à 58% contre 42% pour les subventions de l’État et de partenaires externes.

En terme de dépenses prévisionnelles, le projet de budget fait la part belle aux activités relatives à la voirie, l’assainissement et l’éclairage, auxquelles sont consacrés plus de 4,8 milliards.

Photo: Burkina 24
Photo: Burkina 24

Le budget a été conçu selon une nouvelle approche expérimentée depuis maintenant quelques années. Il s’agit du budget par activités, qui selon le maire de la commune, permet de faire une prévision répondant au mieux aux réalités du fonctionnement des services.

Cette traduction chiffrée du programme de la mairie pour 2014 prend en compte aussi bien la circulaire budgétaire interministérielle que les grandes orientations selon Marin Casimir Ilboudo, maire de la commune de Ouagadougou.

A l’issue de la session budgétaire de ce lundi, le projet de budget sera soumis aux conseillers pour adoption, ensuite au ministère de tutelle pour approbation.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 1 commentaire

  1. Je me r?jouis sur deux points. Le premier c’est l’approche budget par activit?s qui permet une meilleure planification. Le second, c’est le fait que les ressources propres (58%) d?passent les subventions de l’Etat et l’aide des PTF; ce qui d?note d’une prise en main du d?veloppement communal par les diff?rents acteurs (?lus locaux, populations en particulier). Bonne suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre