VIH/Sida : La sensibilisation continue dans les quartiers de Ouaga

844 0

La lutte contre le VIH/Sida continue au Burkina. A Nagrin, un quartier de Ouagadougou, l’Association Sphère du Burkina, soutenue par le SPONG (Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales) et le Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (SP/CNLS-IST), informe les populations.

Théâtre-forum sur le VIH/SIDA et les avantages du dépistage volontaire à Nagrin (Ph : B24)
Théâtre-forum sur le VIH/SIDA et les avantages du dépistage volontaire à Nagrin (Ph : B24)

Jeudi 31 octobre 2013, à 16h quelque part à Nagrin, dans le secteur 30 de l’Arrondissement 7 de Ouagadougou, des rires aux éclats fusent d’un demi-cercle composé de femmes et d’enfants. Au milieu, deux jeunes gens parlent et gesticulent, dans des accoutrements débraillés.

Il s’agit d’un théâtre-forum organisé par l’Association Sphère du Burkina sur le thème du VIH/SIDA. C’est la troisième activité d’une série qui a débuté le 29 octobre, informe Souleymane Drabo, le coordonnateur de Sphère.

 Une animation populaire et une conférence publique on déjà été organisées sur le paludisme, les concepts de VIH/SIDA et genre et VIH/SIDA et homosexualité.

L’homosexualité accueillie avec réserve

Selon lui, le « besoin se fait sentir dans le quartier » où l’association vient récemment de déménager. Cette fois-ci, les cibles privilégiées sont les femmes. «Elles sont des mères qui peuvent donner des conseils à leurs enfants », explique Souleymane Drabo.

L’objectif réel de ces activités est de permettre, in fine, que plus de personnes s’abonnent au dépistage volontaire.

Souleymane Drabo, coordonnateur de l'Association Sphère du Burkina (Ph : B24)
Souleymane Drabo, coordonnateur de l’Association Sphère du Burkina (Ph : B24)

Mais si la question du SIDA en elle-même passe, son rapport avec l’homosexualité connaît plus de difficulté. « Les gens accueillent (le sujet) avec beaucoup de réserve, car ils estiment qu’à Nagrin, il n’y en a pas», reconnaît Souleymane Drabo.

 Le sujet a été suggéré par le CNLS-IST et l’association compte continuer dans sa lancée et elle a ses raisons. « C’est vrai que c’est une question taboue (…) mais c’est aussi  une question de sensibilisation », explique Souleymane Drabo. « Il faut qu’on puisse recenser ceux qui sont dans ce domaine afin de pouvoir les encadrer et pour ceux qui n’y sont pas, qu’ils ne prennent pas ce rythme ».

10 millions de F CFA pour plus de dépistages volontaires

Cette série d’activités de sensibilisation a été initiée grâce à l’appui financier du CNLS-IST, déclare le coordonnateur de l’Association Sphère du Burkina (qui œuvre dans la formation sociale depuis 1995).

L’association est membre du SPONG, lequel a bénéficié d’un projet du SP/CNLS-IST (d’une valeur de 10 millions de F CFA) sur la sensibilisation axée VIH/SIDA dont l’objectif final est d’augmenter le nombre de dépistages volontaires.  Ce projet vient compléter le Plan d’actions du SPONG contre le VIH/SIDA.

Le 18 juin 2013, le SPONG  a réuni l’ensemble de ses membres œuvrant dans la lutte contre la pandémie  pour mutualiser leurs expériences afin de dégager des pratiques nouvelles pour mieux contribuer à contrer le VIH/SIDA.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *