Statut de l’opposition : Vers la fin du “cessez le feu” ?

671 5

Le climat politique semblait être à l’accalmie. Jusqu’à ce que le gouvernement décide de modifier le statut de l’opposition politique. Après un temps d’observation, le Chef de file de cette dernière est sorti de son silence.

Des responsables de partis politiques au siège du Chef de file de l'opposition (Ph : B24)
Des responsables de partis politiques au siège du Chef de file de l’opposition (Ph : B24)

Dans une déclaration,  Zéphirin Diabré a fustigé ce qu’il appelle une volonté du pouvoir d’avoir une « opposition mouton ».

C’est la lecture que l’opposition fait de ce projet de texte. S’il est adopté, désormais, pour être un parti politique de l’opposition, il n’est plus besoin de « faire une déclaration officielle de son appartenance à l’Opposition et la transmettre au Chef de file de l’opposition » ni de « ne pas accepter que ses militants occupent des postes politiques du genre hautes fonctions ».

Pour être un parti d’opposition, il suffit de «faire une déclaration officielle écrite de son appartenance à l’opposition adressée au Ministre chargé des libertés publiques ». Autrement, on peut faire partie du gouvernement, mais se réclamer de l’opposition.

Il y a anguille sous roche !

Raison pour laquelle le Chef de file de l’opposition et les partis affiliés pensent qu’il y a une grosse anguille cachée sous ce projet de loi. Pour eux, c’est encore une nième manœuvre pour permettre au Président Blaise Compaoré de passer outre la limitation des mandats.

Entre les lignes de cette modification, l’opposition lit d’abord une volonté de diviser ses membres avec les strapontins ministériels  et de supprimer le chef de file de l’opposition, qui a réussi à créer une unité d’actions rarement atteinte jusque-là au Burkina.

 Ensuite, cette loi permettrait de créer une « opposition fantoche » qui acceptera ce que celle présente se refuse à faire : « avaliser une modification de l’article 37, ou approuver une constituante chargée de passer à la Vème République et remettre ainsi les compteurs à zéro ».

Fin de la trêve ?

Il faut dire que l’opposition a beau jeu de s’offusquer et de s’imaginer ces plans machiavéliques. Le gouvernement n’a pas jugé bon de consulter le Chef de file de l’opposition (selon les affirmations de ce dernier) sur ce sujet qui le concerne. Ce qui,  il faut le reconnaître,  peut susciter des interrogations.

Ayant été apparenté à l’article 37 de la Constitution et à l’alternance en 2015, il faut craindre que l’opposition trouve là une raison de mettre fin à la trêve implicite qui s’est installée. Que va-t-elle faire ? De quel moyen dispose-t-elle pour barrer la route à ce projet de loi qui va semble-t-il décidé de sa survie ?

« L’Opposition politique tient à rassurer le peuple burkinabè, que pour ce combat comme pour tous les autres combats en cours, elle continuera d’opposer la résistance qu’il faut et se battra avec lui pour préserver les acquis démocratiques arrachés de haute lutte », a prévenu Zéphirin Diabré.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

There are 5 comments

  1. Merci ? l?Opposition.
    Nous peuple int?gre du Burkina, nous disons non au SENAT et ? la modification de l?article 37.
    Nous restons toujours mobiliser pour la lutte quelque soit sa forme pourvu le Senat ne voit pas le jours et que l?article 37 reste t-elle.
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS.

  2. L'historien |

    L’opposition doit rester vigilante et unie car ce r?gime a beaucoup de cartouches en main.M?me si on venait ? supprimer le CFOP, la lutte doit ?tre poursuivie quelque soit le le prix et temps que ?a prendra.L’opposition devra aussi innover dans sa strat?gie.

  3. Je demande ? l?opposition de se souder et de tenir bon. Malgr? le pouvoir de Blaise plein d?injustice et de l??go?sme aveugle dont le peuple endure, Blaise que je connais saura en 2015 avec l?humilit? et la modestie de respecter notre article 37. Comme je l?ai dit dans plusieurs forums sur les d?bats politiques du s?nat et l?article 37, surtout sur le probl?me de l?opposition, tous ceux-ci ne sont que des jeux politiques pour sonder le peuple d?j? meurtri en attendant 2015. Le pr?sident Blaise malgr? son silence et son jeu ? la peau de cam?l?on, connait l?endurance de son peuple, mais il a la patience pour pouvoir terminer son dernier mandat et quitter dignement le pouvoir sans perdre sa personnalit? r?elle. En ce moment notre pr?sident est enchain? par son entourage mafieux et corrompu, un entourage qu?il a constitu? sans m?fiance : et pour se lib?rer de cet entourage devenu un fardeau, la seule solution est L?ALTERNANCE, et qui dit alternance politique, dit OPPOSITION. Notre pr?sident met tout son espoir sur l?opposition, c?est pourquoi il chatouille l?opposition, afin que cette opposition aye un lieder pour l?avenir du Burkina qu?il a su b?tir des bases solides pour son l?avenir. ?a sera la seule solution pour que notre pr?sident aye des remerc?ments du peuple Burkinab? apr?s 2015.

  4. ON VA NE PAS LES LACHER CES REVISIONNISTES DE LA CONSTITUTION. MEME SIL VEULENT ILS N'ONT QU'A RECRUTER 2000 POLICIERS. EN 2015 ON SORTIRA CONTRE VENT ET MAREE POUR DEFENDRE LARTICLE 37 ET LE DEPART DES COMPAORE.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *