Baisse du coût de la carte consulaire : Le “non” diplomatique de Bassolé

715 6

Le 2 novembre dernier, le gouvernement a procédé au lancement de l’établissement de la nouvelle carte d’identité consulaire burkinabè à Abidjan en Côte d’Ivoire. Des Burkinabè avaient protesté contre notamment le coût jugé élevé (7 000 F CFA) et la durée de validité jugée trop courte (3 ans). Selon un communiqué de la direction de la communication du ministère des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé est retourné à Abidjan le 10 novembre dernier pour s’informer au Consulat général du Burkina à Abidjan. 

Djibrill Bassolé, ministre d'Etat en charge des Affaires étrangères (Ph : DCPM - MAECR)
Djibrill Bassolé, ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères (Ph : DCPM – MAECR)

Selon le communiqué de presse, le chef de la diplomatie burkinabè a  reçu la confirmation que le coût d’établissement de la carte consulaire est en effet de 7 000 F CFA, ou 6 900 F CFA plus précisément.

Des échanges, il est ressorti que les frais d’établissement de l’ancienne carte sont de quatre mille neuf cent (4900) francs CFA auxquels il faut ajouter deux mille (2000) francs CFA pour les photos. Soit un coût total de six mille neuf cent (6 900) francs CFA”, lit-on dans le communiqué.

Mais le ministre découvre que certains Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire doivent débourser plus.

 “Ceux qui ne résident pas à Abidjan sont obligés de prévoir des frais supplémentaires pour obtenir leur carte consulaire. Ainsi, il a été porté à la connaissance du Ministre d’Etat que certains Burkinabè débourseraient entre neuf mille et dix huit mille (9000 et 18 000)  francs CFA pour disposer de la carte consulaire”, dit le communiqué.

Non diplomatique

Parallèlement, des esprits malins ont trouvé le moyen de confectionner de fausses cartes consulaires vendues six fois moins cher.

Mais après ces constats, les prétendants à la carte peuvent-ils espérer une diminution du prix ? Un non diplomatique a été dit entre les lignes du communiqué. Djibrill Bassolé a en effet demandé aux Burkinabè de se faire établir les cartes aux tarifs indiqués.

Premièrement, parce que ces tarifs sont légalisés par le décret N°2013-772 portant tarification des prestations de services dans les missions Diplomatiques et consulaires et à l’administration centrale et que, deuxièmement, “le coût de 7 000 francs adopté pour la zone Afrique tient compte de l’impérieuse nécessité de moderniser et de sécuriser le système d’identification des Burkinabè de l’étranger”.

Le seul changement envisagé est la durée de validité des cartes consulaires. Le communiqué a laissé entendre que les services diplomatiques vont examiner la question afin de proposer au gouvernement une durée, qui devra être “compatible avec les demandes formulées et les exigences de maîtrise du flux migratoire”.

La nouvelle carte consulaire a été instituée, selon les autorités, pour la rendre biométrique et donc plus sécurisée. Elle devra permettre d’établir un fichier exact des Burkinabè vivant à l’étranger et rendre possible le vote de la diaspora à la présidentielle de 2015.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 6 commentaires

  1. j’en ai marre, j’ai meme honte pour nos autorit?s apr?s avoir escroqu? 1500f durant des ann?es pour soit disant contruire notre ambassade en r.c.i, ils nous oblige encore a payer 7000f pour faire notre carte consulaire,mais ecout? tue ns maintmt.

  2. Non Mr ministre car ils y a des Burkinabes en CI que ne peuvent pas manger a leur faim et vous vouler les exiger a payer cette somme .voulez vous qu'ils volent pour le faire ?ne render vous pas compte qu les sequelles de la crise sont toujours la ,please revoyez votre position car ma modeste personne dit non.

  3. salut au burkina la carte est combien ici en c?te d’ivoire ses 7000f ses tros l?,les 2500f ses pas pour les photo main la carte qui prouve que vous avez pay? pour la construction du consula,ar?t? de nous prendre pour des idiot

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *