Modification de la Constitution: “Volonté continue de mettre en place le Sénat”, selon l’opposition

544 9

Les groupes parlementaires ADJ et UPC (opposition) ont  précisé, lors d’un point de presse ce 13 novembre 2013 à Ouagadougou,  leur boycott d’hier   à l’Assemblée nationale lors des votes sur le projet de loi portant révision de la Constitution dans ses articles 78, 80, 112 et 153. Pour eux, cette modification vise à « maintenir en l’état les divergences nées de la  volonté du pouvoir de la quatrième République de mettre en place un Sénat dans notre pays ».

Des députés de l'opposition à la conférence de presse ce 13 novembre 2013 (Ph : B24)
Des députés de l’opposition à la conférence de presse ce 13 novembre 2013 (Ph : B24)

«  Tout ce qui est en rapport avec le sénat ne nous concerne pas ! ». Voilà comment les groupes parlementaires ADJ et UPC justifient leur boycott des votes  à l’Assemblée nationale le mardi 12 novembre 2013 dont le but était d’intégrer des dispositions transitoires à la mise en place du Sénat dans  la Constitution burkinabè.

Prendre l’opinion à témoin

Selon Me Benewende Sankara, Rose Marie Compaoré, Ibrahima Koné et Ablassé Ouédraogo, «  la plénière du 12 novembre 2013 n’est rien d’autre  que la manifestation de la volonté  continue du pouvoir de mettre en place un Sénat dans notre pays ».

Aussi, ils disent à travers ce point de presse prendre l’opinion à témoin « sur le choix délibéré de Blaise Compaoré et sa majorité de remettre en cause la cohésion et l’unité nationale par le maintien du sénat dans notre Constitution malgré la ferme opposition de son peuple ».

Rester dans la légalité

Par ailleurs, ils ont réitéré, au cours des échanges, que «  la mise en place du sénat n’est qu’une  étape pour la modification de notre Constitution pour asseoir un pouvoir à vie ».

Tout en assurant que toutes leurs actions resteront dans la légalité, les députés de l’opposition ont dit compter  participer aux votes du 17 décembre 2013 à l’Assemblée nationale sur la modification du statut du Chef de file de l’opposition politique.

Dofini Banlo

Pour Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 9 commentaires

  1. Merci ? toi Poupelem. Tu a vu juste.

    Aussi merci ? l?Opposition.
    Nous peuple int?gre du Burkina, nous disons non au SENAT et ? la modification de l?article 37.

    Nous restons toujours mobiliser pour la lutte quelque soit sa forme pourvu le Senat ne voit pas le jours et que l?article 37 reste t-elle.
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS.

  2. Le Pouvoir veut mettre le senat en place pour son bien etre et non pour le bien etre du peuple burkinabe.Certains militants du GDR ancien opposant au pouvoir vers les annees 90 devenus aujourdhui amis du meme pouvoir qu’il combattaient,car reconvertis en CDP pour leurs propres interets doivent arreter de nous divertir sur la question du senat.Il est tres important de reconnaitre au moins qu’il est tres difficile de defendre une cause injuste et plus ais? de defendre une cause juste et utile.Qu’ils sachent aussi que si le mensonge et la verit? vont en brousse pour chercher du fagot,le mensonge se perd toujours en route et y passe la nuit. tandis que la Verit? ,elle, rentre toujours ? la maison.

  3. En soi, ce vote n’a rien d’anormal . C’est plut?t les commentaires de ces d?put?s tubes digestifs ( qui parlent de en attendant la mise en place du s?nat ) qui cause probl?me . Ils sont raison du CDP,il ne reste qu’eux . Les militants de base ont commenc? ? quitter le navire. Je crois en la clairvoyance du PF. il ne voudrait tout de m?me pas quitter le pouvoir comme il est venu! Nul analyste aujourd’hui ne sait ce qui se passe dans la t?te des jeunes militaires qui voudraient jouer aux rectificateurs en herbe; en r?alit? c’est ce que tout le monde redoute sans se l’avouer!

  4. Si le s?nat est instaur? l?article 37 sera ? la poubelle : pourtant l?article 37 est intouchable malgr? le magouillage des barons du CDP. Une nouvelle candidature de Mr. Blaise Compaor? ? la pr?sidence est anticonstitutionnelle. Souvenez vous que l?article 37 a ?t? r?viser deux fois et on comprenait le pourquoi, a cause de l?affaire Zongo, c??tait pour apaiser la tension sociale, le mandat du pr?sident qui ?tait de 7 ans est ramener a 5 ans et renouvelable une fois, l?article 37 qui barre la route du pouvoir a vie de Mr blaise Compaor?, et le refus des vrais opposants de ne pas participer a un reforme politique qui consistera a modifier le fameux article 37 est l?gitime, ce n?est pas une faiblesse de leur part, mais un r?alisme pure. Rappelons nous qu?il eu un temps ou les responsables des R14 ( regroupement des 14 partis politiques ) ont fait trembler le pouvoir de Mr. Blaise Compaor? justement a cause de l?article 37, aujourd?hui le peuple burkinab? est dans sa l?gitimit? de dire ? Mr Blaise Compaor? de partir apr?s ce dernier mandat, en cas de refus de ce dernier, un soul?vement populaire est l?gitime. Juridiquement le groupe du CCRP n?a aucun droit de programmer le changement de l?article 37 dans son programme de reforme, sauf apr?s 2015, a la fin du mandat du pr?sident. Mais les barons corrompus du CDP essayeront toujours de bafouer notre constitution. Esp?rons que la s?curit? juridique de notre pays soit appliqu?e pour faire trembler les barons du CDP. Que l?opposition s?unisse d?avantage avec un programme en faveur du peuple burkinab? pour l?alternance en 2015.

  5. Merci ? l?Opposition.
    Nous peuple int?gre du Burkina, nous disons non au SENAT et ? la modification de l?article 37.
    Nous restons toujours mobiliser pour la lutte quelque soit sa forme pourvu le Senat ne voit pas le jours et que l?article 37 reste t-elle.
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *