L’opposition dit à Kosyam : « C’est mieux d’oublier l’idée » du Sénat

248 16

Le Chef de file de l’opposition politique burkinabè et des représentants de partis politiques affiliés ont été reçus le 14 novembre 2013 par le Président du Faso Blaise Compaoré au palais présidentiel. Le Sénat et l’article 37 ont été au centre des échanges et, à en croire Zéphirin Diabré, leur position n’a pas changé.

Zéphirin Diabré en audience avec le Chef de l'Etat Blaise Compaoré (Ph : DR)
Zéphirin Diabré à l’audience avec le Chef de l’Etat Blaise Compaoré (Ph : DR)

« L’opposition a réaffirmé qu’elle ne voyait pas l’opportunité du Sénat dans notre pays. Ce Sénat qui est proposé est inutile pour nous. Il est en plus budgétivore et plus grave, il sème la discorde à l’intérieur des populations burkinabè.

Et quand c’est comme ca, c’est mieux d’oublier ce genre d’idée qui divise un peuple. L’opposition politique est fermement opposée à toute modification de l’article 37 qui aurait pour finalité de faire sauter le verrou de la limitation du mandat présidentiel ».

C’est ce qui ressort de l’audience accordée à la délégation du Chef de file de l’opposition politique (selon la direction de la présidence du Faso),  ce 14 novembre 2013 au palais de Kosyam.

Un mémorandum remis au président du Faso

Composée de Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition politique, Ablassé Ouédraogo du Faso Autrement, Ibrahim Koné du PDS/Metba, Moussa Boly, CNPB, Norbert Michel Tiendrébeogo du FFS et Tahirou Barry du PAREN, la délégation a à l’occasion remis un mémorandum au président du Faso dont le contenu sera dévoilé plus tard, a promis le chef de file de l’opposition.

Les membres de la délégation au palais présidentiel (Ph : DR)
Les membres de la délégation au palais présidentiel (Ph : DR)

Par cette visite, les opposants ont dit vouloir entendre de la bouche du chef de l’Etat la vision qu’il a de la manière dont  la majorité et l’opposition doivent travailler ensemble pour le bien du pays.

Zephirin Diabré a assuré que l’opposition n’a jamais refusé le dialogue politique, mais reste campée  sur ses convictions.

Confusion sur qui a demandé l’audience

Une certaine confusion a régné  sur qui était à l’initiative de cette audience. Selon la direction de la communication de la Présidence du Faso, c’est l’opposition qui a demandé, par correspondance N° 79/2013/AN/CFOP/ZD/lyr, à être reçue par Blaise Compaoré pour « une visite de courtoisie ».

Et c’est par souci de “renforcer le dialogue politique républicain” que le Président du Faso a accepté cette sollicitation, selon la Présidence. Cette présente audience ne rentrerait donc pas dans le cadre du processus des concertations sur le Sénat.

Mais du côté du CFOP, le son de cloche est tout autre. La direction de la communication indique que c’est au lendemain de l’installation du nouveau Chef de file de l’opposition politique, au mois de mai 2013, que cette correspondance a été envoyée. Au CFOP, on se demande donc pourquoi la réponse n’est parvenue  que le 11 novembre 2013, soit environ six mois plus tard.

Dofini Banlo

Pour Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 16 commentaires

  1. Tout le monde sait ke le peuple a deja choisi non au senat et non ala modification de l'article 37.cela a ete plus claire lors de la derniere manifestation de l'opposition.peut-etre on dira plutot ke la decision revient a l'achat des conscience comme le cdp et ses militant savent le faire.en plus il n'y a pas de raison ke l'article 37 soit a l'odre du jour puiske il a jure sur la constitution de la respecter tell qu'elle est.pourkw chercher midi a 14 h pour fini encore le peti sou du peuple.

  2. cher cousin pour ma part je dirai que cela est d?j? bien et que c’est une bonne chose pour notre pays oui; je dis oui parce que c’est la vrais d?mocratie qui est entrains de s’installer ? petit dans notre pays. puisque pour une dialogue honn?te il faut ?a, sinon chaque foi de ce cacher derni?re les cameras n’a toujours la solution. car comme on l’aim? le dire que si tu as peur les yeux tu ne peu pas manger la t?te. que Dieu nous prot?ge et prot?ger notre pays. Amen la messe est termin

  3. esperons que opposition restera soud? car le Pf est tr?s rus??pour vu que l’argent ne vous divise pas? le Blaiso ;sache que le peuple a faim et laisse tomber cette histoire de senat;article 37.si tu ne veux pas finir comme M.Tandja.

  4. En ce qui me concerne,je reste sceptique quant ? l’issue heureuse de ce bras de fer entre Majorit?/ Opposition si cela doit ?tre ramen? ? un arbitrage populaire. Nous avons une Constitution qu’il faut simplement respecter si l’on aime son pays.

  5. ce qui est s?r sachons gardez la paix que l’on nous envie tant; et travaillons mains dans la mains pour le d?veloppement de notre ch?re Patrie et que Vive le Burkina Faso

  6. Chacun cherche a mystifier le peuple.Pdt les uns veulent cr?er, d’autres s’opposent.On veut que vous pensiez un jour a nous!Aimez-vous ou faites ce que vous voulez mais le peuple veut vivre!Blaise, ne sais-tu pas qu’on est affam??Diabr?, on veut une opposition objective qui ne d?fendra pas mordicus sa position juste pour s’opposer alors trancher et laissez le peuple vivre.BON SANG!

  7. Blaise Compaor? a deja identifi? ses cibles et il reste la distrubion des envelloppes pour planquer le decor! Fini l’opposition politique!

  8. Que faire donc face ? la position des deux camps?
    Majorit? face ? l'opposition, chacune ?tant cat?gorique sur sa position, le bon sens de la d?mocratie voudrait que le peuple souverain tranche d?finitivement la question. A ce titre, l?arbitrage populaire est indiscutable ? mon avis!

  9. L’OPPOSITION BURKINABE SAIT QUE ACCPETER FAIRE PARTIR D’UN GOUVERNEMENT D’UNION A LEUR C’EST TRAHIR LE PEUPLE.

    L’OPPOSITION C’EST QUE LE PEUPLE INTEGRE DU BURKINA SAIT QUE LE DEPART DU CDP DU POUVOIR EST LE SEUL OBJECTIF DU PEUPLE ET QUE LE PEUPLE A ANGAGE CETTE LUTTE AU COTE DE L’OPPOSITION.

    A BON ATTENDEUR, SALUT!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre