Semaine du Cinéma Scientifique : plus de 300 festivaliers à la découverte des résultats de la recherche autour de l’eau

233 0

La Semaine du Cinéma Scientifique est un produit de l’Institut Français et de l’IRD, pour communiquer autour des résultats scientifiques. Sa 4e édition s’est déroulée du 12 au 16 novembre 2013 au sein de l’Institut Français de Ouagadougou sous le thème « L’eau ici et ailleurs ».

Salle comble lors de la deuxième soirée de projection, au Petit Méliès.
Salle comble lors de la deuxième soirée de projection, au Petit Méliès.

L’initiative de la Semaine du Cinéma Scientifique est née de la collaboration entre l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), qui a initié des rencontres au Maquis des Sciences pour discuter de questions scientifiques, et l’Institut Français Georges Méliès, qui a voulu ouvrir ces rencontres à plus de monde et surtout au public jeune.

C’est aussi une initiative qui se veut éducatrice et qui permet aux profanes du domaine de se rapprocher des chercheurs et de leurs trouvailles. En effet, selon Ben Adama Coulibaly, chargé de mission auprès de l’Institut Français, beaucoup parmi les jeunes ne sont pas capables de donner le nom d’une institution scientifique ou d’un chercheur burkinabè. C’est donc une semaine du Cinéma Scientifique de plus en plus tournée vers la jeunesse et qui veut lui ouvrir le monde de la recherche et de l’innovation à travers des projections-débats sur le thème « L’eau ici et ailleurs ».

Les réalisateurs burkinabè, assez rares dans le cinéma scientifique

De nombreux films sur le thème de l’eau ont été projetés, en présence d’experts de la recherche sur l’eau, donnant lieu à des échanges avec les participants. La 4e édition de la Semaine du Cinéma Scientifique se veut ainsi porteuse de propositions de solution au problème d’eau en Afrique, surtout dans un pays comme le Burkina Faso.

Cependant ses organisateurs n’ont pas pu trouver de films burkinabè déjà réalisés, traitant des problèmes de l’eau, sauf les éléments de presse. Mais, toujours selon M. Coulibaly, des réflexions sont menées pour une éventuelle collaboration de la Semaine du Cinéma Scientifique avec le FESCO qui ne semble pas encore montrer de l’intérêt pour le cinéma scientifique.

Le trophée qui attend le lauréat du concours "les Mils d'Or de Ouagadougou" au terme de la Semaine du Cinéma Scientifique
Le trophée du concours “les Mils d’Or” remporté par Karim Namoano à la Semaine du Cinéma Scientifique. Ph.Stella

La semaine a été marqué par le concours du trophée MILS D’OR de la semaine du cinéma scientifique, remporté par Karim NAMOANO auteur de “la honte de l’eau. Du côté des organisateurs, bilan satisfaisant, pour l’Institut Français qui en une semaine à pu communier avec les jeunes scolaires et étudiants  de la ville de Ouagadougou et montrer que le centre n’est pas réserve qu’aux adultes.
Et pour l’IRD (Institut de recherche pour le développement) c’est la preuve que le combat doit continuer et cette semaine du cinéma scientifique doit désormais s’inscrire dans l’agenda des Ouagalais.

Stella Nana et Justin Yarga

Pour Burkina 24

La honte de l’eau, le documentaire lauréat du trophée MILS D’OR

Sur 9 films nominés au concours du trophée MILS D’OR de la semaine du cinéma scientifique, c’est le film documentaire du journaliste de la RTB Karim NAMOANO qui repart avec le prestigieux trophée avec son documentaire “la honte de l’eau”.

Ce documentaire dévoile la face cachée de la ville à travers les eaux sales. A l’image des autres capitales africaines, Ouagadougou est en plein construction. Des immeubles poussent comme des champignons et viennent contribuer à l’embellissement de la ville. Malheureusement, les canaux chargés d’évacuer les eaux issues des habitations sont sales, souillés et pollués. Ces eaux, conduit dans des réservoirs d’eau potable présentent de grands dangers pour l’environnement aquatique mais aussi pour les hommes qui sont par ailleurs les pollueurs. Des chercheurs s’y sont penchés et leurs trouvailles sont alarmantes. Ce documentaire nous envoie dans l’univers de ces canaux et les risques sanitaires qui en découlent.

J.Y

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre