Droits humains: La 10e édition de la SENAC sous le signe de la recherche de la paix sociale

Armoiries du Burkina Faso

« Droits humains, citoyenneté et revendications sociales : quelle convergence pour une société de paix ?» C’est sous ce thème que se déroulera la 10ème édition de la semaine nationale de la citoyenneté (SENAC), du 22 au 29 novembre 2013 sur l’ensemble du territoire national. Organisée par le Ministère des Droits humains et de la promotion Civique (MDHPC) depuis 2004, la SENAC de cette année est placée sous le très haut patronage de son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, Président du FASO.

Etroitement lié au climat économique, social et politique qui prévaut dans notre pays, le choix du thème est mu par la ferme volonté du gouvernement de construire un Etat de droit garantissant le bien-être et la sécurité de tous les citoyens burkinabè et de toutes les communautés étrangères vivant au Burkina Faso, conformément à l’engagement constitutionnel du peuple burkinabè.

Nous en sommes tous conscients, l’atteinte de cet objectif dépend de plusieurs facteurs  dont la paix, le respect des droits humains, le civisme, la cohésion sociale et une véritable citoyenneté responsable, sans lesquels on ne saurait prétendre à aucun développement quelle que soit l’importance des ressources disponibles. C’est une réalité vérifiable même dans les Etats les plus riches du Monde. Malheureusement, la situation, au plan national ces dernières années, n’est pas de nature à favoriser ces facteurs de développement ; ce qui peut susciter de sérieuses inquiétudes quant à l’avenir de notre pays.

En effet, malgré les efforts consentis par le Gouvernement en matière de promotion des droits humains, du civisme et de la citoyenneté, on assiste toujours à de graves  atteintes aux valeurs républicaines et sociales, caractérisées par la persistance et la progression de l’incivisme, la pratique de la justice privée, les actes de vandalisme, l’intolérance, le manque d’intérêt pour la chose publique, le non-respect de l’autorité de l’Etat, etc.

Il va sans dire, que ces comportements constituent des menaces sérieuses pour la cohésion sociale dans notre pays, et si rien n’est fait urgemment pour y remédier, notre pays ne sera pas à l’abri de graves crises avec les revendications sociales de plus en plus violentes.

Cette triste réalité que connait notre pays, dont le peuple  a vécu  jusque là en parfaite harmonie, n’est pas sans suscite des interrogations quant aux causes, aux responsabilités, et aux solutions possibles. C’est ce qui a prévalu à l’organisation de la SENAC par le MDHPC du 22 au 29 novembre 2013, avec pour objectif de poser le diagnostic, d’obtenir un consensus national pour dégager les pistes d’une synergie d’actions efficientes  pour la promotion d’une citoyenneté responsable dans notre pays.

Outre cet objectif, et au regard de  l’impératif de consolider les acquis démocratiques, le gouvernement  voudrait à travers  la 10ème SENAC, réaffirmer son attachement à la préservation de la paix et au raffermissement de la cohésion sociale, à travers des activités qui participent de l’éducation au civisme et à la citoyenneté, de la culture de la paix et de la tolérance en vue d’assurer à tous de meilleures conditions de développement et  de bien-être. En s’inscrivant dans cette dynamique,  le gouvernement entend jouer sa partition, dans la mesure où les responsabilités sont  partagées entre l’Etat, chacun pris individuellement et la société entière.

Il faut retenir que les droits humains, le civisme et les revendications sociales ne sont pas, en principe, antinomiques. Au contraire, dans un Etat de droit, les revendications sociales constituent même un droit juridiquement reconnu aux citoyens qui l’exercent dans le respect des règles et des institutions de l’Etat.  En effet,  l’article 21 de notre constitution par exemple,  garantit la liberté syndicale et la liberté d’association. L’article 22 quant à lui stipule que « Le droit de grève est garanti. Il s’exerce conformément aux lois en vigueur ». Ce qui signifie que dans l’exercice de ce droit,  nous devons adopter des comportements responsables et citoyens pour garantir une société de paix dans notre pays.

Chronique du Gouvernement/ Ministère des droits humains et de la promotion civique

 



Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page