Arrondissement 4 de Ouagadougou : « Il y a un risque d’affrontement »

603 14

Des exconseillers municipaux de l’arrondissement 4 de Ouagadougou ont animé un point de presse ce jour 28 novembre 2013 à Ouagadougou. Le Conseil des ministres du 27 novembre 2013 ayant dissout le Conseil municipal, ils entendent par là donner leur lecture de la situation.

Les désormais ex-conseillers municipaux de l'arrondissement 4 de Ouaga ne s'ont pas d'avis avec la décision du Conseil des ministres (Ph : B24)
Les animateurs du point de presse ne sont pas d’avis avec la décision du Conseil des ministres (Ph : B24)

Les animateurs de la conférence de presse ont prévenu : «Il y a un risque d’affrontement. Nous, nous pouvons essayer de maîtriser mais ce n’est pas sûr ». A les en croire, les populations sont en passe de descendre dans la rue pour manifester  et  ils auraient même déjoué une manifestation hier nuit. Pour eux, le jeu était fait d’avance.

«Nous avons appris depuis qu’il y aura la dissolution du Conseil municipal. Mais nous n’y avons pas cru ne voyant pas de faille ». Et selon le Code général des collectivités,  «lorsque les conseillers d’un arrondissement n’arrivent pas à s’accorder, l’on doit passer par une phase de conciliation et c’est la tutelle qui fait cette conciliation.  Mais notre tutelle a pris parti. Aucune procédure n’a été respectée », ont laissé entendre les ex-conseillers.

Ils étaient trois conseillers présents, deux du parti de « Le Faso Autrement » et un du Congrès pour la démocratie et le Progrès (CDP). Mais à les en croire, ils ont le soutien des autres conseillers qui prenaient part aux sessions du Conseil municipal, dont le désormais ex-maire Anatole Bonkoungou.

De la « fausseté » des raisons qui ont prévalu à la dissolution du Conseil municipal

 Pour Oumar Sawadogo, ex-conseiller du parti Le Faso Autrement à l’arrondissement 4, les raisons invoquées pour la dissolution du Conseil municipal sont « fausses». «On ne peut pas parler de quorum », a-t-il martelé.

Citant l’article 238 du Code général des Collectivités, il a soutenu qu’à la première session, ils étaient dix conseillers présents. N’atteignant pas le quorum, ils ont convoqué une autre session dans les délais imposés par le Code général des collectivités.

 A cette deuxième session qui ne demandait que le tiers conformément au Code sus- cité, la session a pu se tenir. A cette session, ils disent avoir invité des huissiers qui ont fait un procès-verbal qui a été déposé en même temps que celui de la session du conseil municipal à la mairie centrale.

Ils entendent faire un recours en annulation de la décision du Conseil des ministres du 27 novembre 2013.

Dofini BANLO (Collaborateur)

Pour Burkina 24 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 14 commentaires

  1. la d?mocratie dans les pays africains doit opter pour une approche p?dagogique, il y a des difficult?s il faut g?rer jusqu’? la prochaine. comme le disait IBA diaye maire de Bamako, les populations vont croire avec ses dissolutions que l’etat central est toujours la or ce n’est plus le cas. la gestion de leur cit? leur revient depuis le bulletin de vote qu’ils ont introduit dans les urnes.

  2. hum pauvres conseillers vous n'?tes plus conseillers parce que Anatole est maire. Pauvre anatole ex-maire parce que tu n'es pas celui que le roi aurait choisi ici ton courage et ton devouement accompagn?s du choix de tes ayants droit sont r?duits en n?ant parce que Franco et supp?ts ne te veulent pas. BYE BYE desormais tu sauras pour qui il faut suer

  3. pourquoi faites vous cela Messieurs du CDP. Pourquoi foute la merde dans la cit?. Laissez Mr Bonkoungou travailler pour l’arrdt. votre guerre est interne au CDP. Nous voulons la paix. SVP faites la politique comme des responsables. SVP SVP SVP.Aimez votre pays et changez un jour.

  4. Quelque soit le verdict, de deux choses l’une: soit le conseil municipal est r?tabli soit plus de conseil a l’arr n?4.

  5. Franchement ce r?gime ne fait rien pour ramener le s?r?nit? dans ce pays. Comment le CDP qui est le parti au pouvoir peut avoir la majorit? des conseill?e, le maire et ne pas pouvoir g?rer un arrondissement?Encore une man?uvre pour couvrir les voleurs du CDP. Qui paye pour la reprise de ses Elections? le pauvre contribuable? Je ss totalement d?sorient?. Vivement 2015

  6. La dissolution du conseil municipal va certainement emp?cher le bon fonctionnement de certaines activit?s au sein de cet arrondissement. Sans pour autant vouloir juger quoi que ce soit, je pense qu’il faut que la justice soit faite sur cette affaire dans la m?sure o? le peuple a besoin de voir des resolutions palpables.

  7. Il ya lieu que son excellence Mr le Pr?sident du Faso prenne ses responsabilit?s face ? cette crise de l’arrondissement 4 de ouaga.En fait c’est Mr zakaria ex maire du dit arrondissement qui s’est sauvagement enrichi ? travers les parcelles. Ayant peur qu’on d?couvre ses bavures; il entraine tout le CDP derri?re lui et dans l’erreur.Mr le Pr?sident si vous n’intervenez pas personnellement dans cette crise, les troubles qui naissent et qui naitront dans cet arrondissement pourront faire bouger le pays.nous voulons tous la paix mais la justice d’abord. Excellence Mr le pr?sident du FASO ne vous laissez pas berner par zakaria et sa suite

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *