Centrafricains du Burkina : Du foot pour lancer un appel à la paix en RCA

562 9

La Communauté centrafricaine au Burkina (CCAB) demande un retour à la paix dans son pays. Lors de la célébration du 55e anniversaire de l’indépendance de la patrie de Michel Djotodia, le 1er décembre 2013, elle a organisé un match de football à l’occasion duquel ses membres, avec le soutien des Burkinabè, ont lancé un appel au dialogue en République centrafricaine (RCA).

Les Centrafricains vivant au Burkina ont joué pour la paix en RCA (Ph : B24)
Les Centrafricains vivant au Burkina ont joué pour la paix en RCA (Ph : B24)

Le 1er décembre de chaque année, la RCA célèbre son accession à l’indépendance. Cette année, la communauté vivant au Burkina a sacrifié à la tradition, mais avec un thème particulier : « Communication et paix en Centrafrique ».

Par ce thème, confie Amos Binguelet, le président de la CCAB, les Centrafricains résidant au Burkina  lancent  « un appel de paix, d’intégrité et de solidarité pour nos familles en Centrafrique ». La RCA est en effet en proie à une crise depuis plusieurs mois et que déplorent ses fils habitant hors du pays.

Moumouni Séré, parrain de la manifestation (Ph : B24)
Moumouni Séré, parrain de la manifestation (Ph : B24)

Cette crise n’a pas que des répercussions sur les Centrafricains restés au pays. Ceux qui sont loin de la patrie en souffrent également. « Notre communauté éprouve un sérieux problème de fonctionnement au regard de la situation de crise que traverse le pays », déclare Amos Binguelet.

Appel au dialogue

Elle a alors organisé une manifestation à Ouagadougou pour matérialiser cet appel et magnifier l’intégration africaine. C’est un match de football qui a opposé l’équipe de la CCAB à celle du ministère burkinabè des Affaires étrangères.

Amos Binguelet, président de la Communauté centrafricaine au Burkina (Ph : B24)
Amos Binguelet, président de la Communauté centrafricaine au Burkina : “Sans dialogue, rien ne peut se construire” (Ph : B24)

Moumouni Séré, directeur général du CERPAMAD (Centre de recherche panafricain en management pour le développement), parrain de la manifestation, a appelé les Burkinabè à soutenir leurs « frères centrafricains » pendant cette épreuve qu’ils traversent.

Amos Binguelet a appelé ses compatriotes au dialogue. « Les hommes et les femmes doivent se parler pour se comprendre, car sans dialogue, rien ne peut se construire », a-t-il plaidé.

Le match de foot a été remporté par l’équipe représentant le ministère burkinabè des Affaires étrangères (1-0). Mais pour le parrain, Moumouni Séré, c’est  l’Afrique et l’intégration africaine qui ont gagné.

Environ 600 Centrafricains vivent au Burkina, dont de nombreux étudiants.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 9 commentaires

  1. F?licitation ? la Communaut? Centrafricaine du Burkina Faso. Ne nous trompons pas de lutte, chers fr?res africains. Arr?tons les guerres intestines. Il est plus que temps que, comme les autres continents, nous africains, nous mettons l'int?r?t de nos pays au dessus de nos int?r?ts individuels r?ducteurs.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *