Rapport 2012 de l’ASCE : « Aucun dossier ne dort dans les tiroirs », selon Henri Bruno Bessin

302 8

« Éclairer sur la situation de la gouvernance et contribuer à son renforcement », telle est la préoccupation de l’Autorité supérieure de contrôle de l’État, à en croire, Henri Bruno Bessin. C’est ce qui a guidé les activités de l’institution en 2012 dont le rapport a été remis au Président du Faso, hier, et présenté à la presse, ce matin 4 décembre 2013 à Ouagadougou.

Le contrôleur général d'État, Henri Bruno Bessin, lors de la remise du rapport au Président du Faso ce mardi 03 novembre. © Burkina 24
Le contrôleur général d’État, Henri Bruno Bessin, lors de la remise du rapport au Président du Faso ce mardi 03 novembre. © Burkina 24

L’Autorité supérieure de contrôle de l’État (ASCE) a présenté son cinquième rapport général annuel d’activités. En 2012, l’institution a fait plus de missions que les précédentes années. Aussi le rapport fait état de 94% des montants qui restent à rembourser ou à justifier. Mais, s’est réjouis, Henri Bruno Bessin, « il y a un début de remboursement ». Mieux, le contrôleur général d’État a rassuré qu’« aucun dossier ne dort dans les tiroirs ».

Par ailleurs, le rapport 2012 place le ministère de la santé en tête des institutions qui enregistrent le plus d’irrégularité. Pour Henri Bruno Bessin cela est dû au fait que ce département a reçu plus de contrôle que les autres. Par ailleurs, « l’ASCE n’est pas un juge », a martelé le premier responsable de l’institution, même si elle a la compétence de saisir la Justice.

Le rapport de l’ASCE fait état également d’un audit de la dette intérieure de l’État diligenté en février 2012 par le ministère de l’Économie et des finances. Cet audit a fait ressortir un stock d’arriérés de 68 608 093 353 FCFA. Soumis en Conseil des ministres, ce dernier a instruit l’ASCE pour un examen approfondi afin d’évaluer les risques encourus et de situer les responsabilités.

Au cours de la conférence de presse, le contrôleur d’État a annoncé l’existence d’un manuel de dénonciation et de plaintes, et promis, pour mars 2014, la publication d’un rapport sur le niveau de la corruption au Burkina Faso.

L’intégralité du rapport 2012 de l’ASCE  est disponible ici

Dofini Banlo (Collaborateur)

Pour Burkina 24

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 8 commentaires

  1. La corruption ne peut s eradiquer au Faso, car l argent est le dieu des Mossis. Le nepotisme est ce art ignoble qui est pratique pour s enrichir illegalement. Tous led grands secteurs ou ont peut denerer le pognon sont monopolises par les mossis. Le president lui meme er la depuis 27ans et veut pas le pouvoir(Le Naam) parceque c est une defaite de le quitter.

  2. tout les jours on montre des arrestations de braqueurs sur diff?rents axes routiers par les forces de l'ordre. Du moment que l'ASCE a rendu public les noms de ces << voleurs>> que la justice ordonnent aux forces de l'ordre de faire leur travail. comment on peut laisser ces gens la s'amuser avec notre argent comme cela? ou bien on veut qu'ils aient des cantines avant de le faire.

  3. Dites Monsieur Bessin depuis la cr?ation de l’ASCE combien de francs a ?t? recouvr??Quel est le rapport du total recouvr? par rapport au co?t de fonctionnement de l’ASCE?jusque l? la justice n’a depos? aucun DG encore moins un ministre.je sais vous me direz qu’il n’y a pas de fautes de gestion ? leur niveau!n’est ce pas Monsieur le CONTROLEUR g?n?ral.

  4. Ne prenez pas les paisibles citoyens de ce pays pour des idiots. Moi mon propre voisin est cit? dans le rapport de 2011 par rapport ? l’ex?cution d’un march?,et avec poursuites judiciaires, mais il d?croche depuis, les gros march?s de ce pays et roule tranquillement dans ce pays.

  5. Quand le tr?sor public devient une caisse populaire o? n’importe quel quidam peut prendre autant d’argent qu’il veut, mener se affaires et venir rembourser. Mr Bessin, n’insulter pas l’intelligence des burkinab?s. Nous attendons des propositions de sanctions et rien de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre