Burkina Faso: des élections municipales partielles en préparation

235 2
-

La CENI a repris du service pour l’organisation de nouvelles élections, suite à la dissolution le 27 novembre dernier par le gouvernement de conseils municipaux. Elle a entamé depuis le 03 décembre des concertations avec les partis politiques et la société civile en préparation de ce scrutin partiel.

Organiser des élections en 90 jours. Voilà à quoi s’attèle la CENI depuis quelques jours. Après la dissolution par le gouvernement le 27 novembre dernier de conseils municipaux issus des élections couplées du décembre 2012, la CENI prépare la reprise d’élections municipales partielles dans les communes concernées. Des élections qui, selon le code électoral, doivent se tenir dans un délai de 90 jours, à partir de la date de la dissolution des conseils municipaux.

A en croire la vice-présidente de la CENI, Véronique Kando, qui a rencontré des représentants de partis politiques et de la société civile ce jeudi, “90 jours pour organiser une élection, c’est vraiment peu”. Ce sont des élections sous pression, alors que la CENI se préparait pour la présidentielle de 2015.

Les élections municipales partielles qui devront avoir lieu courant février 2014 concernent les commune rurale de YAMBA (Province du Gourma), la commune rurale de SOUBAKANIEDOUGOU (Province de la Comoé), l’arrondissement n°4 de OUAGADOUGOU (Province du Kadiogo), la commune rurale de BAGRE (Province du Boulgou), la commune rurale de PENSA (Province du Sanmatenga), la commune rurale de DANDE (Province du Houet),

Reprise pour la deuxième fois à l’Arrondissement n°4

En plus de ces communes qui ont vu leurs conseils municipaux dissous, les élections partielles concerneront également la commune rurale de GUIARO (Province du Nahouri) où les candidatures avaient été invalidées lors des élections du 02 décembre 2012.

Cas le plus emblématique, l’Arrondissement n°4 de Ouagadougou, dans la province du Kadiogo, Région du Centre est concerné par la reprise de ces élections. Le Conseil des ministres du mercredi 27 novembre 2013 avait en effet décidé la dissolution du Conseil municipal de cet arrondissement, au motif qu’il n’atteignait pas le quorum requis pour la tenue des sessions du Conseil municipal.

Pour la deuxième fois consécutives, les élections seront reprises dans cet arrondissement dont la dissolution du conseil municipal a fait plus de bruit. En février 2013, les élections avaient été reprises dans cet arrondissement après une bataille judiciaire qui a fini devant le Conseil d’État.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 2 commentaires

  1. Une bonne chose pour un nouveau Burkina qui se veut dans la justice et dans la paix. Les maires mafieux et vendeurs des terrains co?teux peuvent pr?par?s leurs valises car rien ne serait comme avant, la parole de son excellence Michel Kafando pr?sident du Faso introniser ce mardi 18 novembre 2014 dont j??tais a la c?r?monie bien r?ussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre