L’UNFPA fait le bilan de sa coopération avec le Burkina

657 0

Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA)  organise ce 12 décembre 2013 le bilan à mi-parcours du 7e programme de coopération avec le Burkina (2011-2015). Des acquis ont été engrangés en trois années d’exercice du programme, mais des défis demeurent.

L’UNFPA et l’Etat burkinabè procèdent ce 12 décembre 2013 à la troisième revue annuelle du 7e programme de coopération qui les lie de 2011 à 2015. Les parties prenantes du programme se sont retrouvées à Ouagadougou pour faire, à mi-parcours, le bilan des acquis et des difficultés qui rencontrées.

En ce qui concerne les acquis, ils sont jugés « significatifs » et « appréciables » par le représentant de l’UNFPA, Dr Mahamadou Kanté, et le Directeur général de l’économie et de la planification, représentant le ministre de l’Economie et des finances, Inoussa Ouiminga.

2 188 leaders communautaires disent non à l’excision

Dr Mamadou Kanté, représentant de l'UNFPA au Burkina (Ph : B24)
Dr Mamadou Kanté, représentant de l’UNFPA au Burkina (Ph : B24)

Ils se situent au niveau de l’amélioration de la santé maternelle où l’appui de l’UNFPA a permis de doter, entre autres, 344 CSPS et des structures de santé du Burkina, en matériel et équipement pour les soins obstétricaux et néonataux d’urgence, indique Dr Mamadou Kanté.

Au niveau de la planification familiale, la prévalence contraceptive pour les méthodes modernes est passée de 15% en 2010 à 21,9% en 2012, affirme toujours Dr Kanté. La sensibilisation des adolescents vivant avec un handicap a été boostée grâce à des méthodes de communication adaptées pour les aveugles, les sourds, les déficients intellectuels et les albinos.

Enfin, selon les chiffres du représentant de l’UNFPA, 305 communautés villageoises  et 2 188 leaders communautaires se sont engagés à abandonner les mutilations génitales féminines.

Du point de vue de la gestion du programme, Inoussa Ouiminga a noté avec satisfaction une bonne mobilisation financière. Sur 17 millions de dollars attendus, l’UNFPA a mobilisé 28 millions de dollars, révèle  le représentant de l’UNFPA.

Maîtriser les défis

Malgré ces résultats jugés satisfaisants, des difficultés demeurent.  Le démarrage tardif de la mise en œuvre des plans de travail annuels et la mise à disposition des fonds et de leur justification ont particulièrement retenu l’attention de Dr Kanté.

Le directeur de l’économie et de la planification y ajoute « la faible appropriation du programme par certains responsables de structures partenaires, les contraintes liées à la mise à disposition des fonds et la faible maîtrise des procédures de gestion du programme ».

Des défis qui sont mis sur la table de la revue afin d’atteindre les résultats du 7e programme, lesquels résultats seront reversés à l’évaluation de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) prévue en 2015, a annoncé Inoussa Ouiminga.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *