Burkina : Les Etalons musiciens font aussi leur chevauchée

415 4

L’année 2013 n’aura pas seulement été celle des Etalons footballeurs. Les représentants des couleurs nationales au plan musical ont aussi fait sensation.

Greg, le Burkimbila, en novembre 2012 à Burkina 24 (Ph : B24)
Greg, le Burkimbila, en novembre 2012 à Burkina 24 (Ph : B24)

Coup sur coup, Smarty, Greg et Floby ont fait flotter le drapeau du « Pays des Hommes intègres » au-delà de ses frontières. Le rappeur made in Burkina a en effet été la découverte … des prix découvertes de RFI, rejoignant dans l’histoire des grands de la musique africaine comme  Tiken Djah Fakoly.

Greg, lui, c’est sur les bords de la lagune Ebrié qu’il a fait entendre sa voix de rossignol en coiffant au poteau des voix non méconnues de la scène musicale africaine comme Serges Benaud, en remportant le trophée du meilleur espoir africain. Il confirme ainsi le grand espoir placé en lui.

Le « 11e chanteur » était là !

Smarty a remporté le Prix découvertes RFI en 2013 (Ph : DR)
Smarty a remporté le Prix découvertes RFI en 2013 (Ph : DR)

Quant à Floby, c’est au pays de Yayi Boni qu’on lui a reconnu le mérite de plusieurs années d’efforts et de sortie d’albums favorablement accueillis par les mélomanes et les critiques.

Fait remarquable, les Burkinabè se sont mobilisés derrière leurs Etalons chanteurs tout comme les footballeurs. En témoigne le nombre de votes recueillis par l’interprète du « Chapeau du Chef » (7 000 votes sur les 18 000) et le promoteur de « Laafi la boum fan » (la paix est essentielle) (19 802 votes).

Floby recevant son prix au Bénin (Ph : DR)
Floby recevant son prix au Bénin (Ph : DR)

Au-delà des artistes lauréats, il y a aussi ceux qui vendent les couleurs du pays à travers leur talent. En fait partie, justement, « L’Etalon de la musique burkinabè », Zêdess, dont on entend régulièrement la voix et les chansons engagées sur les médias internationaux.

De nombreux autres artistes ont fait une percée remarquable avec notamment des tournées et des concerts organisés hors des frontières du pays et du continent.

Reste maintenant  à tout faire pour que ceci ne soit pas le point culminant, mais le point de départ d’une musique burkinabè longtemps restée hors gamme et qui veut maintenant entrer dans le tempo de la marche musicale africaine et mondiale.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre