Top 4 des rétropédalages gouvernementaux de 2013

628 21

L’année 2013 a été éprouvante pour le gouvernement burkinabè. Les décisions contestées couraient les rues, l’obligeant à revenir sur ses pas. Malgré lui. Voici quatre de ces décisions qui ont le plus défrayé la chronique.

Le gouvernement lors d'un conseil des ministres (Ph : DR)
Le gouvernement lors d’un conseil des ministres (Ph : DR)

1- Le retrait du sujet unique aux examens scolaires

L’annonce a été faite en début d’année scolaire, en janvier 2013. Certaines matières aux examens du baccalauréat, proposées jusque-là avec des sujets au choix, seront désormais à sujet unique. Les élèves descendent dans la rue et protestent.

Le ministre en charge des Enseignements finit par annoncer que la mesure est levée. Elle sera formalisée en mai 2013 par un arrêté.

2 – La piqûre du SYNTSHA

L’épisode « SYNTSHA » (Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale)  demeurera certainement la pilule la plus amère que le gouvernement Tiao aura avalée. Le 17 décembre 2012, une patiente meurt dans un centre de santé.

 Un agent, également syndiqué au SYNTSHA, est accusé de ne l’avoir pas assistée pour raison de grève. Le gouvernement le licencie en Conseil des ministres le 6 mars 2013. Le syndicat entame une grève le 2 avril et demande l’annulation de la décision.

 Le 4 avril, le Premier ministre déclare devant l’Assemblée nationale que le gouvernement ne pliera pas. Le SYNTSHA change sa formule de grève. Le 17 avril, un communiqué conjoint gouvernement-syndicat annonce la levée de la sanction de l’agent de santé.

3 – Le Sénat « virtuel »

Il ne peut pas être qualifié de rétropédalage au sens exact du terme, mais il a de fortes ressemblances. Le Sénat est intégré à la Constitution burkinabè en juin 2012. Le calendrier de sa mise en place est tracé et semble inéluctable.

Le Sénat sera mis en place à la prochaine rentrée législative, à savoir le 25 septembre 2013.  Les contestations commencent dès le début de l’année, par voie de presse surtout. Mais le gouvernement persiste.

Au milieu de l’année, les contestations deviennent plus physiques. C’est dans ces conditions que les élections sénatoriales sont tenues. Mais contre toute attente, le 12 août 2013, le Président du Faso demande un rapport circonstancié sur le Sénat, qui est apparu aux yeux de certains comme un rétropédalage et qui a pris pour d’autres,  les allures d’une mise sur cale en attendant…

4 – Kaya ou la volte-face

Le récent coup de théâtre a été celui sur la fête du 11-Décembre 2015 qui a balloté l’espace de 72 heures entre Kaya et Ziniaré.

Devant l’Assemblée nationale, le ministre en charge de l’administration, Jérôme Bougouma, annonce qu’au lieu de Kaya en 2015, ce sera Ziniaré qui aura l’honneur d’abriter le 55e anniversaire de l’indépendance du pays.

Coup de sang à Kaya où les jeunes se transforment en douaniers et bloquent la Nationale 3 à la circulation, le 22 décembre au matin.

Dans la soirée, un communiqué, qui ne situe pas l’objet de son existence, annonce que Kaya abritera finalement le 11-Décembre 2015… au grand bonheur des quotidiens burkinabè qui s’en ont donné à cœur joie.

Rassemblés par Abdou ZOURE

Pour Burkina 24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 21 commentaires

  1. nous somme les plus nombreu mai les moin soude toujour pret a lache devan kelk miett kon nou offre.mais sincermen sans arme vou croyez que notr gouvernement sera flexible tant que la masse elctorale ne va pas nous soutenir?quel misere!

  2. a tous ceux qui clame haut et fort on veut le changema,article 37,moi g vous pose cette question?qui a donne le pouvoir a blaise?Et si vous avez la reponse sachez que seule cette personne peut la lui retirer ou qu,il ne remetra le pouvoir q,a la mem person,mem si on vote tous non au referendum,le resultat final sera oui

  3. Yen a marre d’1 president incompetent dont le seul merite est de maintenir 50% des Burkinab? ds l’extreme pauvret? et 70% ds l’illetrisme. blaise notre patience n’excedera pas 2015.

  4. que de l’irresponsabilit?!!!
    disons le!! des d?cisions prises ? l’emporte pi?ce!!sans fondement, sans analyse, vraiement du nimporte quoi.
    Je pense que les Burkinab? ont compris qu’il ne faut plus suivre le navire comme des moutons!! Get up for your rights!!! dixit BOB Marley.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *