Vote des Burkinabè de l’étranger : Des acteurs suggèrent d’ajouter d’autres pièces à la Carte consulaire

552 0

Dans le cadre du vote des Burkinabè de l’étranger à la présidentielle de 2015, la société  société civile et les partis politiques suggèrent une relecture du code électoral afin d’intégrer l’utilisation d’autres pièces pour le recensement en plus de la carte consulaire.

Les membres de la CENI à la rencontre de ce 30 décembre 2013. Au milieu, le Président Me Barthélémy Kéré (Ph : B24)
Les membres de la CENI à la rencontre de ce 30 décembre 2013. Au milieu, le Président Me Barthélémy Kéré (Ph : B24)

Les  17 et 18 décembre 2013, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avait initié une rencontre avec des partis politiques et organisations de la société civile. Il s’est agi pour Me Barthélemy Kéré et son équipe de recueillir des recommandations et suggestions en rapport avec le projet d’organisation du scrutin présidentiel 2015 dans les ambassades et consulats.

La rencontre tenue ce jour 30 décembre 2013 a servi de cadre pour une restitution et échanges en vue d’amender ce qui a été proposé comme recommandations et suggestions.

 Il faut signaler que la démarche de la CENI a été justifiée par le fait, à entendre Me Barthélémy Kéré, « le code électoral consacre le vote des Burkinabè vivant à l’étranger en 2015  sans pour autant définir un mode opératoire précis, adapté à notre contexte ».

Cartes nationale d’identité, passeport et certificat de nationalité

Aussi, les recommandations et suggestions recueillies ont été épluchées par les membres de la CENI à leur session plénière du 23 décembre 2013. De ce qui a été retenus comme points consensuels, l’on peut noter le renforcement des capacités techniques et matérielles de la CENI, des ressources humaines, de son indépendance pour, entre autres, lui assurer une indépendance financière.

Il a également été suggéré de ne pas conditionner le recensement sur les listes électorales à l’opération de délivrance des cartes consulaires. Les participants aux échanges ont formulé le vœu que le code électoral soit relu en vue de prendre en compte d’autres pièces que la carte consulaire pour l’enrôlement des électeurs.

 Il s’agit comme autres pièces de la carte nationale d’identité, du passeport et du certificat de nationalité.

La CENI ne disposant pas de chiffres concernant les Burkinabè de l’étranger ira courant juin 2014 dans les 54 ambassades et consulats généraux du Burkina Faso à l’extérieur pour le recensement. Elle compte être dans les délais dans l’ensemble de son programme et être prête en fin 2014, « si l’Etat prend les décisions qui sont les siennes à bonne date ».

Dofini BANLO (COLLABORATEUR)

Pour Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *