De 1960 à 2014 : « Les réformes politiques n’ont pas changé grand-chose », selon la CGT-B

236 7

Il a été commémoré aujourd’hui 3 janvier 2014 le 48e anniversaire du soulèvement populaire du 3 janvier 1966 qui a marqué la fin du pouvoir de Maurice Yaméogo, président de la république de l’époque. Sous le thème « les réformes politiques au Burkina Faso de 1960 au 3 janvier 2014 et les positions du mouvement syndical burkinabé : état des lieux et perspectives »,  une conférence animée par Bassolma Bazié, Secrétaire Général de la Confédération Générale du Travail du Burkina (CGT-B), a été l’acte principal de la commémoration.

Bassolma Bazié, Secrétaire général de la CGT-B (Ph : B24)
Bassolma Bazié, Secrétaire général de la CGT-B (Ph : B24)

Au-delà de se rappeler aux souvenirs de cette période qui témoigne de la force de la société civile, cette célébration procède de «  l’éducation des travailleurs  et des masses dans leur quête de plus de pain et de liberté », a précisé le conférencier.

Aussi, dans sa présentation, il a fait un rappel du contexte de la commémoration du soulèvement du 3 janvier 1966.

Les réformes n’ont « véritablement pas changé grand-chose »

Il a ensuite évoqué les  réformes politiques de l’indépendance à nos jours et conclu que « du 5 août 1960 au 3 janvier 2014, de nombreuses réformes politiques ont été opérées en Haute-Volta, actuel au Burkina Faso. Cependant,  ces réformes n’ont pas véritablement changé grand-chose ni dans le fonctionnement des institutions, ni dans le quotidien des Burkinabè ».

Au titre des perspectives au niveau des syndicats, le conférencier a proposé entre autres, de « se référer à ses origines et histoire en tant qu’outil de défense ferme des intérêts des travailleurs, raffermissant l’éducation et la solidarité », de revoir « leur rôle véritable en tant qu’organisation de défense de droits humains » et que «  le rôle et l’engagement des intellectuels soient clarifiés et renforcés ».

 Effectivité des candidatures indépendantes

 Pour lui, doivent être renforcées «  nos organisations et l’Unité d’Action Syndicale (UAS) ». Il a émis le vœu « que le principe des  candidatures indépendantes aux élections législatives et  communales soit accepté et institutionnalisé; et qu’elles soient effectives ».

Au cours de la cérémonie, le Secrétaire général de la CGT-B a remis une médaille de reconnaissance à Roger Tall, doyen de la lutte syndicale, ancien du SYNTSHA.

 Dofini BANLO (COLLABORATEUR)

Pour Burkina 24

Il y a 7 commentaires

  1. C’est bon de faire l’historique du 3janvier 1966 mais ce serai encore mieux de se comport? comme les vaillants travailleurs de janvier 1966.Quand Tol? sagno clame partout qu’il ne veut plus de 3janvier au Burkina car dit-il l’arm?e risque de prendre encore le pouvoir il ne fait que baillonner la lutte des travailleurs et renforc? le pouvoir de Blaise en cachette.Son rempla?ant Basi? tient le meme discours.Votre complicit? masqu?e avec Blaise greve les r?vendications des honnettes travailleurs.L’histoire vous jugera!

  2. Le 3 janvier 1966 doit ?tre r??dit? et tous les ingr?dients sont r?unis.On attend les mots d’ordre qui n’ont que trop dur

  3. du moment ou les reformettes de blaise n’ont rien apport?es au pays sinon ? le scotcher au pouvoir et que l’opposition a mis en place un ?tat major il ne reste plus q’a se remettre ensemble pour chasser blaise et ceci d?s le 11/01/13 car il est cent fois pire que Maurice Y:march?s publics mal ex?cut?s,corruption,incivisme,universit?s manquant d’amphi et prof,salaires de mis?re,culte de la personnalit?…bcp ds ce pays feront mieux en 5 ans que ce fameux cne + bac en 25 ans.le pays n’est pas une troupe ? ses ordres.

  4. Donc la grille salariale ne vous dit rien mes pauvres responsables syndicaux? vous croyez que vous allez aller ? la retraite avec les indemnit?s? vraiment vous ?tes path?tiques comme syndicat,nul,nul nul a tel point que je me demande si je ne doit d?chirer ma carte syndicale que j’ai prise.

  5. Nos a?n?s ont reussi un changement en 1966 et nous?A quoi riment ces comm?morations st?riles?Rdv pour un cours d'histoire?A quoi doit nous ?tre utile l'exemple de nos d?vanciers?Le gouvernement de la 4eme Republique se moque de nous sur la relecture de la grille indemnitaire et vous que fa?tes vous?Rien,vous attendez leur bon vouloir,aucune r?action

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre