Conflit israélo-palestinien : De la contrebande d’armes à celle du sperme

669 4

imagesUn nouveau mode de contrebande utilisé par des prisonniers palestiniens a été découvert. Il s’agit de celle du sperme. Des Palestiniens emprisonnés en Israël utilisent une filière pour envoyer leur sperme à leurs familles restées au pays. 

Tous les moyens sont bons pour parvenir à son objectif, dit-on toujours ; il est d’autant plus vrai quand les espoirs s’amenuisent.

Pressée de toute part et sur tous les plans par le voisin israélien, la Palestine est en train de ‘’s’estomper’’ au regard de l’implantation sauvage et permanente des colonies israéliennes dans ses territoires et l’émiettement de ceux-ci.

La lutte menée par les Palestiniens contre annexion et colonisation pour exister a très souvent conduit et depuis des dizaines d’années à l’arrestation de certains d’entre eux et leur emprisonnement dans l’Etat hébreu si fort, soutenu par la plupart des puissants du monde.

C’est dans ce désespoir grandissant, et en manque de soutien véritable contre le puissant voisin qui engloutit chaque année des terres palestiniennes illégalement, que s’est accentuée la contrebande dans les territoires palestiniens.

Dans cette situation de faiblesse avérée, les Palestiniens usent de tous les moyens à leur portée ou non, pour tenter de contenir ou de retarder un tant soit peu l’interminable invasion.

La paix n’est pas pour demain

De la Cisjordanie  à Gaza, de Jérusalem à Ramallah, les Palestiniens sont convaincus qu’ils sont les seuls à leur cause. Le trafic d’armes et de marchandises diverses à travers les tunnels construits entre Gaza et l’Egypte n’a été inventé que dans cet objectif.

La paix n’étant pour demain, avec un Israël qui pèse sur la Palestine comme une grue sur une fourmi, et au regard également des bombardements sanglants et des liquidations sans cesse de Palestiniens, des milliers croupissant déjà dans les geôles israéliennes, il faut donc être plus inventifs.

Cette pratique qu’est la contrebande du sperme est une manière pour les prisonniers de s’inventer, de se récréer, de se reproduire et perpétuer leur lignée car assez souvent l’espoir de sortir n’est pas perceptible

La fécondation se fait in vitro dans des cliniques spécialisées de Cisjordanie et leurs femmes porteront les enfants de prisonniers. Des femmes palestiniennes ont témoigné ainsi qu’un docteur de clinique.

Ce trafic,  en expansion, semble être devenu une cause nationale palestinienne et est perçu par les Palestiniens comme une autre façon de défier l’impérialisme et l’occupation israéliens.

Boureima LANKOANDE

Pour Burkina 24



Article similaire

There are 4 comments

  1. mehdi mountather |

    La fin de l’?tat satanique isra?l et la fin de satan Bachar assed avant le 14.2.2014 pour ?viter un cataclysme historique dans le monde apr?s ces punitions d’ALLAH temp?te de neige en Usa en Japon en chine de temp?te en temp?te en France et en Europe les inondations en Arabie saoudite les s?ismes en Gr?ce et en Iran volcan en Indon?sie la foudre sur la statue de christ a Rio les r?voltes arabes si la fin du monde aux non musulmans de convertir a l’islam pour ?viter l’enfer

  2. Boukar? Illa |

    bonne arriv?e au SIDA. ces prisonniers qui s’encu…… dans les prisons isra?liennes et qui contaminent des idiotes d’amoureuses de suicidaires pseudo martyrs

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *