Université Ouaga 2: l’UFR/SJP reconnaissante envers deux de ses enseignants retraités

1084 12

L’unité de formation et recherche en sciences juridiques et politiques (UFR/SJP) de l’Université de Ouagadougou a rendu hommage aux professeurs Laurent Bado et Jean Toé Yado, deux enseignants de droit à la retraite, ce jeudi 09 janvier 2014.

Le mythique amphithéâtre A600 de l’université de Ouagadougou était comble de monde, étudiants et anciens étudiants ainsi que le personnel de l’UFR, venus rendre hommage aux professeurs Laurent Bado et Jean Toé Yado.

A la retraite depuis 2 ans, ces deux enseignants ont servi pendant une trentaine d’années, l’université de Ouagadougou comme enseignants à la faculté de droit, et ont marqué bien d’esprits par leur trait de caractère.

Du Pr Toé son collègue et ami Pierre Meyer soulignera sa “rigueur”, principal trait de caractère de l’homme qui a su toujours se mettre au service de l’administration Burkinabe. Actuellement membre de la commission électorale nationale indépendante, le Pr Jean Toé Yado a occupé plusieurs hautes fonctions dans l’administration, dont notamment secrétaire d’État aux mines de 1987 à 1989.

Pour son mot, Laurent Bado a encore servi à l'assistance l'un de ses "show", provoquant des rires et des applaudissements. ©Burkina 24
Pour son mot, Laurent Bado a encore servi à l’assistance l’un de ses “show”, provoquant des rires et des applaudissements. ©Burkina 24

Tout comme son collègue, Laurent Bado, bien apprécié de ses étudiants et bien connus, aussi bien sur le campus qu’en dehors des amphis, a d’abord servi dans l’administration publique avant d’être intégré à l’université.

Le Pr Salif Yonaba qui connait bien l’homme, a fait de lui le portrait d’un éducateur, au-delà du simple enseignant; un homme “d’une simplicité déconcertante” qui se définit lui-même comme un paysan et qui, dans le milieu politique “s’est efforcé de rester un intellectuel” a fait remarquer Salif Yonaba.

De nouvelles compétences pour prendre la relève des retraités

Trois des quatre promus CAMES. De gauche à droite, le Pr Soma, le Dr Kabré et le Pr Ouédraogo. ©Burkina 24
Trois des quatre promus CAMES. De gauche à droite, le Pr Soma, le Dr Kabré et le Pr Ouédraogo. ©Burkina 24

A l’heure où ils abandonnent le chemin des amphis, ils peuvent se réjouir de voir la relève assurée. En effet, au cours de la même cérémonie, l’UFR/SJP a adressé ses félicitations à quatre des ses enseignants, promus sur les listes d’aptitude du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES): Le Pr Abdoulaye SOMA, Agrégé des Facultés de droit à la 15ème session du concours d’agrégation de 2011, le Pr Séni Mahamadou Ouédraogo, agrégé des Facultés de droit à la 16ème session du concours d’agrégation de 2013, le Dr Dominique Kabré et le Dr Souleymane Toé, tous deux Maîtres-assistants, à la 16ème session du concours d’agrégation de 2013.

“Au moment où vous partez, voilà que vos étudiants que vous avez enseignés, sont là, prêts à prendre la relève” a s’est exprimé le Dr Dominique Kabré, porte-parole des promus, à l’endroit des Professeurs Bado et Toé.

Justin Yarga

Pour Burkina 24



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 12 commentaires

  1. CES BRAVES ENSEIGNANTS ONT FAIT CE QU'ils ont pu;c'est l'Etat qui n'a pas fait pas son travail ; l'ingratitude et la clochardisatoin ont ponctu?e la vie de ces monuments du savoir LAURENT BADO et JEAN TOE YADO .Puisse le SEIGNEURS leur accorder une retraite paisible!

  2. au moins guib? ouattara ? fait preuve de bravoure pour le peuple de SIA (bobo).elle a montr? que les volta?ques ?taient des strat?ges et courageux.

  3. adama dit moi concr?tement ce que ou?zzin ? fait pour la haute volta quant il etait d?put? ivoirien ? bourdon en france.SVP explique moi un peu toi qui pr?tend lire l'hitoire.

  4. Le Pr BADO le m?rite bien. Je le f?licite mais comme partout ailleurs dans ces universit?s burkinab?, nombreux sont les Profs qui vont en retraite sans avoir v?ritablement form? dans leurs domaines des ?tudiants pour la rel?ve. Les jeunes profs qui ont ?t? pr?sent?s ont certes ?t? enseign?s par les deux retrait?s mais ne sont pas ? proprement parl?, des gens qu'ils ont encadr?s et accompagn?s jusqu'? leur th?se. Le souhait est que chaque enseignant universitaire d?veloppe une telle initiative de former et d'accompagner des ?tudiants dans son domaine ? devenir docteur et le Burkina gagnera. Quoique ce ne fut pas le cas ici, je f?licite ces braves jeunes enseignants qui se sont battus pour sauver l'honneur de leur g?n?ration. Puisse Dieu donner longue vie ? BADO et aux Enseignants qui entrent avec brio dans la fonction.

  5. felicitations aux autorit?s universitaire pour cette belle initiative.je disais et je rep?te ce pays a ?t? perverti par blaise et courtisans et obliges:je suis infirmier dans un lyc?e portant le nom du 1er president de ce pays.j'ai mal il m?rite mieux que ?a.c'est un a?roport une universit? ou un hospital qui devrait porter son nom.et cela est valable pour OUEZZIN,NAZI BONI,THOM SANK,NORBERT ZONGO…Mais c'est pour bient?t.sortons massivement le 18/01 pour acc?lerer la dynamique de changement.merci camarades.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *