Burkina : Le gouvernement fait le point des mesures sociales

Le Premier ministre Luc Adolphe Tiao a présidé ce 17 janvier 2014 à Ouagadougou une rencontre d’échanges avec les différents acteurs intervenant dans le processus de la mise en œuvre des mesures sociales adoptées en septembre 2013. L’occasion est offerte afin de faire le point des mesures. 

Les participants à la rencontre d’échange sur les mesures sociales (Ph : DR)
Les participants à la rencontre d’échange sur les mesures sociales (Ph : DR)

En sa séance du 11 septembre 2013, le conseil des ministres a adopté une vaste opération de mesures sociales censées réduire le poids du coût de la vie sur les populations.

 La rencontre de ce 17 janvier vise donc à en faire le bilan avec les partenaires techniques et financiers(PTF) et les bénéficiaires eux-mêmes. Avant de procéder aux échanges, le Premier ministre a rappelé que les objectifs visés par les mesures étaient de plusieurs ordres.

D’une part, le gouvernement devait contrer le poids de la crise financière et économique qui s’abat sur tous les pays sans exception, faire face à la croissance du prix du cours du baril de pétrole à l’international et d’autre part trouver des solutions à la forte demande sociale.

» » » » Lire aussi : Burkina : Hausse des salaires de 4 à 5%, hausse du FONER et création de près de 90 000 postes d’emploi

 Les mesures ont été classées en 7 axes. Luc Adolphe Tiao a ajouté que les « mesures sociales s’inscrivent en droite ligne des actions déjà engagées par le gouvernement et visant à renforcer la solidarité nationalité, à relever le pouvoir d’achat des populations, à lutter contre le chômage et le sous-emploi, notamment des jeunes, et à soutenir les groupes vulnérables ».

Quatre mois après l’adoption des mesures, il était opportun de revenir sur la mise en œuvre et d’évaluer l’impact sur la vie des populations. Pour le ministre de l’Economie et des Finances, Lucien Marie Noël Bembamba, la mise en œuvre a connu un engouement du côté des populations. Quant à l’impact, il est certain précise le ministre.

Quelques chiffres

Le relèvement des indemnités de logement et de sujétion a connu une exécution de 100% fait remarquer le ministre en charge des finances.

 Ce sont respectivement pour les deux aspects, 7 463 246 786 FCFA et 3 000 000 000 FCFA qui ont été déboursés avec une incidence sur le budget de 2013. Il  avait été prévu l’appui alimentaire en faveur 500 000 personnes indigentes  et pour ce faire, 6 000 tonnes de vivres ont été acquises et livrées dans les 13 régions ainsi que dans des provinces.

Pour cet axe, à savoir la consolidation des  filets sociaux en faveur des groupes vulnérables, six milliards quarante huit millions cinq cent dix mille (6 048 510 000) ont été débloqués.

A rappeler que l’opération était prévue pour coûter à l’Etat burkinabè,  64 766 699 948 FCFA. La communication, septième axe, a coûté 300 000 000 FCFA à travers les couvertures médiatiques, la conception et la diffusion des spots publicitaires, la production de documentaires intitulés « Burkina Faso  mouvement », etc.

Lorraine KALMOGO (Collaboratrice)

Pour Burkina 24 



12 commentaires

  1. Nous suivons de pr?s le beau travail que ferons IGS et autres contr?leurs. Ils seront mieux orient?s par les syndicalistes. en tout cas des amis souhaitent que les filets sociaux se poursuivent pour leurs poches et ……

  2. 90 pour cent des travailleurs du priv? vivent un calvaire extr?me et n’ont pas le choix que subir.c’est comme si on etait au 18 iem si?cle.aillaient pitier de ces gents

  3. nous ne constatons pas de changement dans le priv?.ceux qui ont construit les plus grandS ?difices du burkina se trouvent dans des habitats spontan?s et n’ont pas de s?curit? sociale et subissent les arri?r?s de salaire.PERSONNE N’EN PARLE

  4. Si nous menons une petite enqu?te sur les b?n?ficiaires ,vous verrez qu'ils ne sortent de nulle part.ils ont soit un parent cdp soit un amis ou copains cdp.ceux qui ont b?n?fici? du financement ne sont pas les seuls qui ont un projet porteur.un jeune qui sort du bas quartier ne connaissant personne dans le milieu du pouvoir ,ne peut en aucun cas recevoir un financement m?me si son projet est porteur.voici la r?alit? que les jeunes vivent dans ce pays.

  5. j dirai plutot,des mesure d communication et non sociale.coment la communication a elle seule va prendre 3millard dan des mesure sociale?et on dit que nos ressource sont limit?,ca m?me.

  6. on veut du concret fin d ce mois sur la nouvel grille indemnitaire.qel injustice:les uns ont 4,les otres 2,les uns avec des statut particulier,les otres avec des salaire minables ds le m?m pays.d?sol

  7. 300.millions juste pour la propagande .j'invite ceux qui resident ? koudougou ? faire un tour ? la p?diatrie de l'h?pital et vous verez que cet argent devrait ?tre allou? ? autre chose.

  8. Pour notre malheur on dira ? mon oncle au village que c’est le CDP, si ce n’est Blaise, qui offre ces c?r?ales; ? mon oncle on ne lui a jamais expliqu? que le budget national n’est pas la poche de Blaise.
    Vous voulez que j’applaudisse? Jamais, le concours de ce m?me budget ? la rescousse des entreprises familiales dans ce m?me budget est plus important que votre concours ? la population d?munie; quelle sournoiserie ? la limite criminelle?

  9. EN PRELUDE DE LA MARCHE DE PROTESTATION ON FAIT UN TOUR DE TABLE DES MESURES SOCIALES DE SEPTEMBRE SOIT PRES DE SIX MOIS DE CELA POUR MESURER LA PORTEE DE CELLES CI.DES EFFORTS ONT ETE FAIT CERTES,MAIS IL FAUT ALLER AU DELA CAR LE PEUPLE EN A MARE DE CES EXACTIONS QUI PERDURENT.

  10. 300 000 000 pour la communication pour un ?tat qui utilise ses propres moyens de communication! Soyons s?rieux dans ce pays l?. si vraiment toutes ces sommes ?taient mises dans les mesures sociales, l’impact devrait ?tre plus que ce qui est constat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page