Crise au nord Mali : le pays cherche un autre médiateur

441 6

Photo illustratif.
Photo illustratif.

En visite en Algérie ce weekend, le président malien Ibrahim Boubacar Keita sollicite la médiation de l’Algérie dans son différend avec les groupes armés, médiation bloquée depuis quelques mois après les accords de Ouagadougou. 

Les délégations des communautés du nord s’y rendront également dans la même perspective, qui est la reprise en main de la médiation par le voisin algérien, ‘’plus proche’’ des différentes parties.

Des questions se posent quant à la suite à donner à l’œuvre entreprise par le président Blaise Compaoré, devenu impopulaire dans son propre pays ces derniers temps en raison de la fièvre qui monte sur son éventuelle volonté de modifier l’article 37 pour se maintenir au pouvoir après 27 ans de règne.

En réalité, les accords de Ouagadougou, ne semblent satisfaire l’ensemble des parties en conflit. Le gouvernement malien «reprocherait aux médiateurs burkinabés d’accorder trop faveurs aux groupes rebelles touaregs».

IBK n’ignore pas les efforts du Président Compaoré, mais, ne veut pas entendre parler d’Azawad, car le Mali est un et indivisible. La médiation Compaoré serait-elle donc caduque ?

Dans la même foulée,  le Mouvement populaire du 22 mars 2012 (MP22) s’oppose à l’accord de coopération militaire entre le Mali et la France dont la signature aurait lieu le 20 janvier.

Le MP22 juge cet accord colonisateur avec les tenants et aboutissants y afférents ; la France elle-même accusée de soutenir le MNLA, séparatiste. Avec les Troupes françaises au Nord Mali, l’unité du pays ne semble pas suffisamment garantie selon certain analystes.

Boureima LANKOANDE pour Burkina 24

Source : lesafriques.com

 



Article similaire

Il y a 6 commentaires

  1. comment quelqu'un qui ne pense pas ? la paix chez lui peut aider un pays voisin ? retrouver la paix? que les voyous du mnla quittent Ouagadougou.IBK la solution c'est mater ces voyous.

  2. Attention c??tait le m?me discours dans la situation ivoirienne apr?s le tour du monde on a fini par atterrir ? Ouaga que Gbagbo fuyait comme une peste. Il ne s'agit pas de Blaise mais du Burkina , il ne s'agit pas de IBK mais du Mali , alors soyons prudents.

  3. Bien vu ! Il a compris maintenant que Blaise n’a pas la solution de sa crise. Surtout qu’il est actuellement vomis par la majorit? de son peuple. Bon vent ? toi Mr. President.

  4. Blaise s’est foutu le doigt dans l’oeil, trop d’impopularite. D’abord sur le plan national avec sa fedap /bc qui confond parti politique et association, avec la tentative de modification de l’article 37 par voie r?f?rendaire et son s?nat mort n?. Ensuite comme depuis toujours sa m?diation caduque dans la sous r?gion m?me si elle est pass?e en c?te d’ivoire est tr?s dure a aval? au pays de Soundiata. Enfin la communaut? international saura que Blaise n’est pas un facilitateur mais un boulanger complicateur .

  5. Encore un succ?s incontestable de la m?diation Burkinab? sous les auspices de son excellence Blaise COMPAORE?
    Il ne pouvait en ?tre autrement dans cet accord de dupes. L’essentiel c’est que les terroristes quittent Ouagadougou La 2?me colonne : Soro, Ado … les financiers; MNLA, ANSARDINE… la main arm?e.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *