Alliance opposition politique-syndicat : les syndicats veulent d’abord « une plateforme claire »

213 30

Interrogés lors d’une conférence de presse ce 21 janvier 2014, les responsables syndicaux ont réagi à l’appel de l’opposition politique lancé aux syndicats de se joindre à la lutte contre la mise en place du Sénat et la modification de l’article 37. Pour eux, il faut d’abord que l’opposition et les syndicats se retrouvent pour élaborer « une plateforme claire ».

Bassolma Bazié, conseiller du mois des Centrales syndicales (Ph : B24)
Bassolma Bazié, conseiller du mois des Centrales syndicales (Ph : B24)

La méfiance des syndicats vis-à-vis de l’opposition politique burkinabè ne semble pas faiblir. Le 18 janvier 2014, lors de  son discours au meeting de protestation contre la modification de l’article 37 et la mise en place du Sénat, Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition, a réitéré son appel à l’endroit des syndicats à rejoindre la lutte.

Des confidences des responsables syndicaux lors d’une conférence de presse ce mardi, une invitation de la part  du Chef de file l’opposition a été adressée aux « partenaires sociaux ». Mais ces derniers ne se sont pas présentés à la marche.

Interrogés, ils ont expliqué pourquoi. « Le mouvement syndical qui se veut un acteur actif sur le terrain ne peut pas se limiter à une invitation pour aller jouer un rôle passif à une organisation ou à une manifestation sur le terrain », déclare Bassolma Bazié, Secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B) et conseiller du mois des centrales syndicales.

Pour lui, il faut que l’opposition rencontre les syndicats pour discuter et arrêter « une plateforme claire » sur laquelle la lutte commune doit se mener.

« Aujourd’hui, quel est le parti politique qui reste encore dans le CODMPP ? »

« Les alliances peuvent se faire, mais  à condition qu’on s’entende sur quel type de plateforme mettre en œuvre dans le sens de la défense ferme des intérêts matériels et moraux du peuple burkinabè », dit-il, ajoutant que la lutte ne doit pas se circonscrire à l’article 37 et au Sénat, mais également à la fraude, la corruption, l’impunité, la vie chère, etc.

Pour lire la VIDEO, cliquez sur l'image
Pour lire la VIDEO, cliquez sur l’image

Se référant à  l’histoire du Burkina, Bassolma Bazié  a rappelé que ce sont les syndicats qui ont porté le plus souvent les luttes au  Burkina.

Il a indiqué que c’est d’ailleurs grâce aux actions des syndicats contre le parti unique et  pour la naissance du multipartisme que les partis politiques ont aujourd’hui le droit de porter des mouvements de protestation.

Outre ces éléments, les syndicats semblent ne pas avoir oublié les comportements passés des partis politiques à leur égard.

« Chat écaudé craint l’eau froide », philosophie  Justin Coulibaly, Secrétaire général du SYNATIC, qui a rappelé à la mémoire l’histoire du Collectif des organisations de masse et de partis politiques (CODMPP), qui s’était formé pour  faire la lumière sur la mort du journaliste Norbert Zongo.

« Aujourd’hui, quel est le parti politique qui reste encore dans le CODMPP ? », interroge-t-il avant de répondre : « C’est  Me Sankara (de l’UNIR/PS, ndlr) seulement ».

La balle est donc renvoyée dans le camp de l’opposition.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 30 commentaires

  1. A Leur ACtuel il ne sagit pa dopinion politiq m? dun comba dign citoyen.faison coz comune pr bar? la voi a x? votour.c ki pe mobiliz? l peupl burk c son x? de platform rvendicativ.l rst viendra.vs n pouri? jam? rmplir l? ru d waga avc vo platform ala con

  2. On s'associe aux combats par conviction et non pour conformisme. Je ne pensent pas ces gens soient capables de changer le quotidien des burkinab? sans prendre en compte les aspect que les syndicats ont soulign?. C'est vrai que Blaise doit partir sans condition mais il faut que le peuple soit vigilant dans le choix des politiques de gouvernance. A mon avis c'est pas une question de personne seulement mais aussi une question de syst?me de gouvernance.

  3. Et qu'est qui vous fais croire que ceux qui marchent actuellement sont capables d'am?liorer notre lendemain s'ils n'int?grent pas les questions que les syndicats posent a savoir la corruption, l'injustice et la vie cher. Soyons plus clairvoyants!

  4. Je ne partage pas cette position. L’opposition peut discuter au de qui parmi elle? La bagarre est pour le respect des institution, ensuite les syndicat d?fendront leur droit tant qu’il y’aura violation sous n’importe qui.C’est une position au font qui n’arrange pas sauf la petite bourgeoisie intellectuelle qui profite du syst?me. Vous alliez voir dans ces jours les syndicalistes aux bons soins par le pouvoir.

  5. Merci les amis. Je pense comme la majorit? de ceux qui ont r?agi que le politique doit savoir que des organisations s?rieuses comme les syndicats qui ont toujours port? les luttes de notre peuple ne peuvent plus accepter de se faire arnaquer. La lutte du peuple burkinab? aujourd’hui depasse les questions du s?nat et de l’article 37 de la constitution. Ilfaut donc que les choses soit claire d?s le d?part entre les deux parties avant d’aller ? l’assaut contre les principaux maux qui minent le d?v?loppement de notre pays. Apr?s l’assassinat de Norbert ZONGO et la lutte commune engag?e pour faire la lumi?re, nous avons vu les politiques qui ont fui pour aller ensemble ? la soupe quand le pouvoir avait fait semblant de faire quelques ouvertures sur des questions politiques. Ils ont tout simplement oubli? que la lutte devrait se poursuire. Ils compris qu’ils aient vid?s de l’assembl?e nationale apr?s un mandat. Toute cette situation doit donc etre clarifi?e avant toute alliance.

  6. Balibi Olivier Nebie , comprenez moi quand je dis qu'ils ont raison. on ne marche pas juste pour se faire voire; il faut qu'il y'ait un but et des int?r?ts commun dans la lutte.si les syndicats n'y retrouvent pas les leurs,alors c'est tout normal qu'ils se r?servent. le lendemain meilleur auquel tu aspire ne s'acqui?re qu'en se fixant des luttes PERSONNELLES.merci!!!

  7. Syndicat ou pas Syndicat, la marche vers l'alternance est irr?versible. Un proverbe de chez nous dit que : C'est pour respecter l'arachide qu'on le grille avant de le manger, si non on peu le manger cru aussi. Que les SYNDICAT sache que tous ces marcheurs qui sortent massivement r?pondre ? l'appel des politiques sont avant tout pour la plus part des syndiqu?s. M?me si les Syndicats r?pondent pr?sent officiellement ? l'appel, la mobilisation ne sera pas tout autre, si ce n'est le fanion CGTB que nous verrons flotter en plus des autres. Que ceux qui ont des conflits personnels ou incorporatrice sache que pour l'heure c'est l?int?r?t sup?rieur de la nation qui doit primer.

  8. Cher opposant, ne faites pas attention ? ces gens l?. Ne croyez surtout pas que les marcheurs n??taient compos?s que de militants de partis politiques. Tant que votre combat sera noble nous seront ? vos cot?s. N?en d?plaise ? ceux qui ne prennent aucune initiative et qui s??rigent toujours en donneurs de le?on. Nous les travailleurs connaissons notre adversaire. Nous luttons pour une cause. Et tant que votre cause est la notre, nous n?avons pas besoins que nos responsables syndicaux nous invitent ? lutter. Nous ne participons pas aux marches pour porter tel ou tel opposant au pouvoir. Nous marchons pour lib?rer notre pays. Si eux ils posent des conditions avant d?y participer oubliez-les. Leur fa?on de lutter est d?ailleurs nulle : 24 heures de gr?ve et on attend l?ann?e prochaine. Si le gouvernement jette des broutilles ils sont promptes ? ?tre satisfaits et ? suspendre la luttent. Quant ? vous responsables syndicaux vous vous faites des illusions en croyant qu?il vous suffit de claquer du doigt pour que les travailleurs tombent ? vos pieds. Remarquez que la base depuis un certain temps ? commenc? ? se remuez, las de votre inaction et de votre ?gocentrisme. En 2.14 on saura qui est qui.

  9. Effectif. Apr?s le gain de cause le politique oubli les raisons de base de la lutte. N?anmoins il faut se comprendre pour un combat commun qui est la JUSTICE SOCIALE. VIVE LE FASO!!!

  10. On ne se bat pas pas au chevet d’une m?re malade. Que les syndicats se le disent une bonne fois pour toute; certes ils peuvent se m?fier de beaucoup de choses mais ? l’heure actuelle, il n’est point besoin de se positionner en leader. Le train a d?marr?, il faut le prendre en marche et si toutefois quelquechose ne vous convient pas vous descendez. De grace, “TOUT SANS WADE, RIEN AVEC WADE” ?a vous di quelquechose? Faisons de m?me l’union sacr?e pour mettre fin ? tout ceux dont nous souffrons tous aujourd’hui.

  11. moi je pense que nous devons faire la des choses le politique cherche le pouvoir alors que le syndicat d?fend ses int?r?ts et cherche des conditions de vie meilleur. Dc 2 luttes diff?rentes

  12. Les syndicats ont raison de n point soutenir l'opposition bourgeoise!En plus de la trahison des parti politiq doposition lors de l'affaire Norbert ZONGO,il y a le fait que ces parti politique soutiennent les m?mes politiques que le parti au pouvoir en ce sens que:
    -ils ont contribu?s a mettre en place ce syst?me;
    -ils ne veulent pas combattre le mal par la racine.
    Que les uns et autres se detrompent d'une choz:tant q l'aplication des PAS(SCADD) n sera pa stop?,tant que nous ne departissons du diktat politico-economique de la France,donc du n?oliberalisme(dt certain en sont des partisant fier),les burkinabe auront tjr des salaires minables,les enfant du peuple seront confront? a une tentativ dexclusion de leducation,les burkinabe auront tjr des difficult? pour se soigner.Et c? c q loposition veu cautionner et dans le but de maintenir la predominence de la minorit?(riches) sur la majorit?(pauvre).un habit propre dans une eau sale na jamai rendu cette eau propre n'en parlon d1 habit sal dan d leau sale.com koi 1 neoliberal dan un syst?m de p?r?nisation d la neocolonisation ne peut resoudr en aucun cas les probl?mes fondamentaux du peuple burkinabe.

  13. ecoutez les gars! opposition syndicat= meme combat actuellement.voulez-vous que celui qui nous sert des salaires de mis?re depuis 25 ans soit au pouvoir apr?s 2015?ne souhaitez-vous pas que l'argent du s?nat soit r?dirig? vers la sant? ,l'?ducation…
    vous dites qu'il ne reste que Me Sankara au collectif mais constatez qu'il ya une dynamique au sein de l'opposition avec de nouvelles t?tes et une nouvelle vision.je suis du syntsha j'?tais ? la marche du 18/01 et avant ? celle du 13 D?cembre .venez aux marches et vous verrez que la marche du 13/12/14 sera monstre.Avec Rock ou Zeph je suis s?r que les travailleurs seront mieux trait?s .

  14. Je ne partage nullement la position des syndicats. Ici il ne s’agit pas d’une lutte politique mais bien un combat citoyen. Il ne s’agit pas de prendre parti pour tel ou tel parti mais de barrer la route ? un projet satanique.
    Concernant la justice pour Norbert ZONGO l’echec est d? justement ? cette plate forme minimale. A defaut d’allonger les revendications le plate forme a fini par perdre son sens. Si on s’etait limit? ? “la justice pour Norbert ZONGO” les choses seraient pass?es autrement. C’est quoi la lutte contre la corruption? Quand est dit on que la corruption a recul? et quand est ce elle avance? Je ne nie pas l’existence du fl?au mais elle secondaire par rapport ? la defense de la republique. L’eradication de l’impunit? et la corruption passerontn?cessairement par la sauvegarde de la republique. Donc luttons pour ?a et apr?s on verra.

  15. Si je ne me trompe pas la plaque forme revendicadive de l’opposition comporte ?galement la mal gouvernance.Et dans cette mal gouvernance il y a une bonne partie des pr?ocupations des travailleurs.Aujourd’hui rester en marge de la protestation trahirait certaines valeurs d’ un vraie syndicat.

  16. voil? qui est clair, non au senat, non ? la modification de l’article 37 mais aussi non ? l’impunit?, non ? la vie ch?re et oui aux libert?s fondamentales!

  17. C’est un homme averti, c’est tout! lui, il a une conviction ? defendre, pas se meler dans le tas sans se poser de question.

  18. oui, les syndicats doivent se faire respecter; on se souvient encore de la trahison de Maitre HERMANN apr?s la mort brutale de NORBERT ZONGO

  19. Les syndicats ont bien raison d’avoir peur des politiciens mais ? un moment dans l’histoire de toute nation et devant certaines situation, il arrive que les deux camps se mettent ensemble sans Plateforme au pr?alable. car il y a des probl?mes qui viennent et impactent tout le niveaux de vie d’une nation. sans sa r?solution rien n’avance. c’est comme un serpent qui rentre dans une foule en train de faire un c?r?monie ou m?me dans un march?; pour qu’il ait le calme et la poursuite des activit?s, il faut qu’ensemble la foule tue le serpent pour que le calme revient pour permettre de continuer.

  20. Oui, ils ont raison. Les partis doivent faire leur mea-culpa aux syndicats et inscrire ou diff?rer les autres revendications non moins essentiels au futur gouvernant. Soyez les bienvenus dans l’opposition, mea maxima culpa.

  21. Il ne faut pas melanger les choses. Les syndicats ont plus que deux points (non ? la modification de l’article 37;non ? la mise en place du senat)de revendication.Les employer des secteurs sociaux (sant?,?ducation,…) tirent le diable par ka queue et victimes des injustices du r?gime actuel ne se sentent souvent concern?s par les points de revendication du l’opposition burkinab?. Pour que cette alliance puisse marcher,il faudrait que les partis politiques de l’opposition ? sa t?te Mr Zephirin Diabr? incorporent autres points revendication afin de toucher le maximum de burkinab

  22. Cher syndicat, c’est quelle plateforme en dehors des questions de l’heure qui mobilisent toute la nation et pour lesquelles, vous trainez les pieds? A moins que vous vouliez vous aussi, conqu?rir le pouvoir d’Etat? Aussi, arr?tez de nous embrouiller avec vos histoires d’id?ologies. Le peuple ne mange pas les id?ologies. Nous voulons juste une politique de bonne gouvernance qui passe par une r?partition ?quitable des ressources de ce pays, une justice ?quitable, des ?coles, des routes, des h?pitaux, des logements, la modernisation de l’agriculture,la baisse des prix des produits de base. Le reste, c’est du bla bla

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre