Alain Edouard Traoré : “Le gouvernement ne peut pas se permettre de faire du dilatoire avec les syndicats”

200 20

Interrogé sur la grève annoncée des syndicats de la Fonction publique les 4 et 5 février prochain, lors du point de presse du gouvernement ce 23 janvier 2014, le porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré a indiqué que le gouvernement ne peut  “pas se permettre de faire du dilatoire” avec ses partenaires sociaux. Il a également donné son avis sur la marche du 18 janvier 2014 organisée par l’opposition.

Alain Edouard Traoré au point de presse du gouvernement du 23 janvier 2014 (Ph : B24)
Alain Edouard Traoré au point de presse du gouvernement du 23 janvier 2014 (Ph : B24)

Les syndicats de la Fonction publique accusent le gouvernement de faire du dilatoire dans les négociations sur la grille indemnitaire des agents de l’Etat et ont programmé un arrêt de travail pour les 4 et 5 février 2014.

Pour Alain Edouard Traoré, porte-parole du gouvernement, “il peut y avoir des quiproquos, mais le gouvernement ne peut pas se permettre, et j’insiste là-dessus, le gouvernement ne peut pas se permettre de faire du dilatoire avec les syndicats”.

Il dit le gouvernement conscient des conditions de vie des Burkinabè et respecte les syndicats. S’il y a eu des retards dans ces négociations, il les met au compte des lourdeurs administratrices.

Une administration ou un processus est parfois victime de certains aléas, il faut faire des calculs, il faut se baser sur des données, il faut travailler avec des partenaires”, a expliqué Alain Edouard Traoré.

Interrogé par les journalistes sur la marche du 18 janvier 2014, Alain Edouard Traoré  a rappelé que le gouvernement avait fait un communiqué à ce sujet.

“Dans une démocratie, c’est l’urne qui est l’arbitre final” 

Cliquez sur l'image pour lire la VIDEO
Cliquez sur l’image pour lire la VIDEO

Quant au dialogue auquel le gouvernement se dit disposé, le porte-parole  du gouvernement a expliqué qu’il s’agit du dialogue engagé depuis août par le Président du Faso et dans lequel le gouvernement est engagé depuis toujours.

Depuis 20011, il n’y a pas une seule action où le gouvernement n’a pas essayé de discuter”, rappelle-t-il.

Cependant, explique Alain Edouard Traoré, la marche n’est qu’un mécanisme démocratique que le gouvernement respecte en tant que tel. Pour lui, l’important est ailleurs.

Le dialogue est une démarche de bonne gouvernance, dit-il.  Le dialogue est une attitude de responsabilité, une vision de concertation, qui veut que même en tant que gouvernement, bénéficiant d’une majorité, il est important que nous puissions discuter avec les autres. Mais cela n’amoindrit en rien que dans une démocratie, l’arbitre final, c’est les urnes».

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 20 commentaires

  1. C'est connu de tous que le dilatoire, le m?pris et lla division des agents sont une m?thode l?gendaire dont use ce r?gime contre nous et pour ses propres int?r?ts. Aucun porte-parole du gouvernement n'acceptera contredire Alain TRAORE sur ses propos.

  2. Nous avons pens? que la venue du gouvernement de Tiao allait voir le solutionnement de nos probl?mes.Mais depuis qu'il a pris fonction il ne fait que pr?ner le dialogue ,la concertation …Mais ? quoi cela sert si rien n'en sort?Communiquer ce n'est pas parler pour rien.Je crois que Tiao et ses ministres devront se ressaisir et prendre la soci?t? civile et les syndicats au s?rieux.Nous avons besoin de concret pas de parole en l'air.Prenez garde !

  3. Il faut qu'on parle tous le m?me fran?ais, le gouvernement ne fait pas du dilatoire, qui suppose qu'il a la volont? mais qu'il veut gagner du temps. C'est un manque de volont? , des strat?gies pour , comme d'habitude, pour duper l'honn?te travailleur.

  4. Merci mr le ministre.Toute id?e venant de vous est la bienvenue.tout burkinab? digne de ce non doit accepter les urnes pour une bonne d?mocratie.

  5. Monsieur le ministre, vous ?tes mal venu de parler d’arbritage d’urnes, vous ne pensez pas? Les urnes vous ont sanctionn? non? Vous devez votre poste actuel ? la dictature

  6. je felicite une fois encore le porte parole pour sa maitrise et la bonne conduite en face des situations qui mettent en jeu l’inter?t general du pays

  7. BURKINABE YAKO NI TOOGO.il faut que les leaders de l’opposition comprennent qu’ils n’auront jamais le pouvoir s’ils ont PEUR d’aller en prison

  8. Etant donn? que c’est en fran?ais qu’il s’est exprim? je crois qu’il n’y aura plus de quiproquo.

    Les syndicats n’ont qu’? patienter encore le gouvernement prendra le temps qu’il lui faut pour “bien calculer”.
    Pour les politiciens” votre marche ne change rien ? notre d?termination, au contraire elle est le signe de la vitalit? de notre d?mocratie. Le r?ferendum va nous departager”. Merci ? toi pour ta franchise.
    Comme vous voulez marcher pacifiquement continuer ainsi, ceux d’en face sont entra?ne de recuperer la rue ? leu profit.

  9. mrs ERIC et NOB, pour les militaires, c’est un cas de force majeur. il fallait agir vite pour la securit? nationale. mais demandez voir les consequences pervers que cela a engendr? dans l’economie… peut-etre encore plus couteux que la somme vers?e. l’economie est une chaine; si un maillon est amput? sans controle toute la chaine subit les dommages. donc soyez raisonnables.

  10. on augmente pas l’argent comme on augmente des arachides! il faut reflechir sur tous le mecanisme, de la provision jusqu’? la repartition et aux effets pervers cre?s comme l’augmentation arbitraire des prix par les commer?ants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre