Programme national de volontariat : Le paiement des arriérés a commencé

740 2

Le Programme national de volontariat au Burkina Faso (PNVB) a lancé depuis le 23 janvier dernier, le paiement des arriérés d’allocations des volontaires recrutés au titre du Programme spécial de création d’emplois (PSCE). Constat à Ouagadougou, ce 24 janvier 2014 au guichet du SIAO.

Les volontaires au guichet SIAO à Ouagadougou (Ph : B24)
Les volontaires au guichet SIAO à Ouagadougou (Ph : B24)

Le paiement des arriérés d’allocations du PNVB au titre des volontaires du PSCE a débuté depuis le 23 janvier 2014. Cette opération concerne les arriérés d’allocations et de pécules de fin de mission depuis la mise en œuvre du PSCE et jusqu’au mois de janvier 2014.

 Les ordres de virements ont été déposés le 22 janvier 2014 et les paiements sur billetage se feront  les 23, 24 et 27 janvier 2014 à Ouagadougou, explique-t-on du côté du PNVB.

« Les retards. C’est le seul problème »

Ce 24 janvier, ils sont nombreux à venir chercher leur dû au guichet situé au  mur nord du SIAO. Un peu de soulagement se lit sur les visages. Mais l’attente a  été longue et cela s’est senti dans leurs réponses lorsqu’on demande à quelques uns leur sentiment : « Les retards. C’est le seul problème ».

 Arnaud Kambou, volontaire au titre du PSCE, est à son 2e contrat signé en août mais dit n’avoir pas « touché un rond » jusqu’à ce jour. Mme Mireille Ouédraogo, elle est volontaire depuis plus d’un an, mais pas au titre du PSCE. Elle fait le même reproche.

Arnaud Kambou, volontaire PNVB au titre PNVB : "Le PNVB nous aide vraiment, mais le seul problème, c'est les retards de paiement" (Ph : B24)
Arnaud Kambou, volontaire PNVB au titre du PSCE : “Le PNVB nous aide vraiment, mais le seul problème, c’est les retards de paiement” (Ph : B24)

Un nouveau système de gestion mis en place

Moussa Kiettega, comptable à l’agence comptable du PNVBexplique que ce sont surtout les volontaires enrôlés sous le PSCE qui sont concernés par les retards de paiement. Evariste Vokouma, le nouveau directeur du PNVB, avait en effet expliqué à Burkina 24 en juin 2013  que les arriérés allaient être payés, “si l’autorité de tutelle nous accompagne financièrement»

Mais un nouveau système de gestion a été mis en place depuis et il devrait conduire au paiement de tous les arriérés, assure-t-on du côté du PNVB.

Moussa Kiettega, comptable au PNVB, assure que tout se déroule bien au guichet SIAO (Ph : B24)
Moussa Kiettega, comptable au PNVB, assure que tout se déroule bien au guichet SIAO (Ph : B24)

Pour la journée du 24 janvier, Moussa Kiettega assure que le paiement se déroulait normalement et qu’il n’y avait pas de difficulté particulière, sauf que certains volontaires « ne savent pas que les attestations doivent être visées par le responsable des ressources humaines de leur structure d’origine » et non leur supérieur hiérarchique.

Le PNVB, « ça nous aide vraiment »

Arnaud Kambou ajoute quelques couacs avec certains agents payeurs et le système d’information qui, à son avis, gagnerait à être mieux huilé.

Pour le reste, à part le reproche des retards de paiement, Mireille Ouédraogo trouve que le PNVB, « c’est bien ». « On apprend. Ça fait plaisir de ne pas toujours rester à la maison », apprécie-t-elle. « Ça nous aide vraiment », ajoute Arnaud Kambou.

Le Groupement d’intérêt public-Programme national de volontariat au Burkina (GIP-PNVB) a pour mission de valoriser, promouvoir et développer toutes formes d’engagement volontaire au Burkina.

» » » Lire aussi : Programme national de volontariat: la fin des arriérés d’allocation pour fin juillet 2013

Il est placé sous la tutelle technique du Ministère en charge de la Jeunesse et de l’Emploi et de la tutelle financière du Ministère de l’Economie et des finances. En 2012, il lui a été attribué l’exécution du volet volontariat du PSCE. Plus de 10 000 volontaires ont été recrutés depuis lors.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. Si je comprends bien, c’est le PSCE qui ne d?bloque pas vite les sous. PSCE, encore une politique du gouvernement, bonne au d?part, mais qui est en train de prendre la brouss. Dommage.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *